Accueil > Critiques > 2010

Tall ships - There is nothing but chemistry here EP

jeudi 20 janvier 2011, par Fred

Graine de star.


Ah ce petit goût de trop peu à la fin d’un de nos albums du moment. Et se dire qu’on va devoir attendre deux ans au mieux pour avoir la suite.
Heureusement des découvertes connexes arrivent parfois à combler ce manque. Comme l’EP de Prismo perfect avait complété le Post Nothing de Japandroids, ici se trouve peut-être une réponse pour les amateurs de Foals.

Car les anglais de Tall Ships sortent un second EP et tapent pile là où Foals nous avait conquis. Et ils n’oublient pas d’y ajouter une peu d’énergie brute et naïve à la façon Japandroid. Dans la catégorie rock, dynamique et audacieux, on va devoir les suivre de près.

Les 5 titres de cet EP font déjà découvrir une belle palette de sonorités. Ces trois-là ont plus d’une recette en magasin et pour une EP "maison"on en vient à être étonné de la qualité de ce qu’on entend. L’évolution sonore est évidente par rapport à leur premier EP. Les compos sont également plus tendues.

La voix guide Plate Tectionics, ce qui ne l’empêche pas de se taire pour laisser la place au guitares. Le tout est soutenu par la rythmique efficace.

Chemistry s’installe sur la longueur avec des guitares syncopées façon math-rock rappelle certainement le premier album de Foals. La suite est plus calme, avec l’entrée en piste de claviers cajoleurs et du chant. La tempête se transforme en brise d’été. C’est savamment orchestré. les guitares au second plan maintiennent la tension, un peu à la façon d’un Spanish Sahara, le chant est clair, les changements de rythme bien amenés

Snow, après un début plus sage et plus plat, rattrape son retard par une montée à la force des poignets. C’est précis et maîtrisé.

Je vous parlais de palette et même de versatilité, Ode to Ancestors en est la preuve. Passer de la mélancolie sur fond d’orgue, au chœur masculin, au jingle de luna parc dans une même chanson et sans perdre ni la trame harmonique ni l’intérêt, si ça n’est pas un exploit, ça y ressemble en tout cas. Un exemple d’un cas de "Paranoid Androidite" réussie....

Et Bearandblitz, avec ces airs de morceau nonchalant échappé du chez Yann Tiersen, se fera excuser de combler les deux dernières minutes de ce très étonnant EP.

5 titres pour vous les fans de Foals et les autres donc. 5 titres, c’est court et on attend d’en entendre plus. Ils faisaient la première partie des concerts de 65DOS cet hiver. Les échos de leur concerts sont fort bons. On nous évoque une prestation de multi-instrumentistes à la Battles (ou comment jouer de la basse, de la guitare et du clavier sur le même morceau). Il ne reste plus qu’à aller vérifier par nous-même.

http://www.myspace.com/tallshipsfromfalmouth

    Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Squid - Ô Monolith

    Le post-punk anglais avec morgue est un genre très particulier dans lequel les Londoniens de Squid s’étaient distingués. Il faut dire que ce substrat est utilisé dans tellement de contextes pour tellement de résultats, de Bloc Party à Black Country New Road en passant par Art Brut qu’on peut le décliner de bien des façons.
    Et Squid balaie à lui seul une belle partie du spectre, allant même tutoyer la (...)

  • Bärlin - State of Fear

    Cet imposant album d’un trio lillois nous semble familier sans que ce ne soit exactement identique à quoi que ce soit. Si on tente de retrouver son chemin, on est très vite tentés de s’y perdre pour mieux s’y fondre. Le chant très expressif dès Deer Flight, un peu comme si Patrick Wolf s’était mis au post-punk poisseux et éructait (aboyait même sur Revenge). On y secoue lentement la tête pendant que la (...)

  • Rodolphe Coster and Band – High With The People

    On va être tout à fait honnêtes, on n’avait jamais entendu parler du Bruxellois Rodolphe Coster malgré un parcours visiblement déjà fourni, avec un gros pied dans la musique de danse contemporaine. Mais ce n’est pas le plus important, on a copieusement apprécié cet album immédiatement familier.
    New York est ici un endroit d’enregistrement ici mais aussi un style, avec une forte dose de post-punk (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on (...)