Accueil > Critiques > 2010

Kiss the Anus of a Black Cat - Hewers of Wood & Drawers of Water

lundi 29 novembre 2010, par Laurent

Profondeur et légèreté


Il est de ces artistes dont on se demande chaque fois s’ils ne regretteront pas un jour d’avoir choisi leur pseudonyme selon des critères un tantinet puérils. Des formations telles que Fuck ou Shit Robot auraient sans doute des choses à dire à ce sujet, et on les imagine, à vrai dire, réunis dans quelque thérapie de groupe (de rock) pour partager leur expérience.

Bonjour, nous sommes les Fuck Buttons.
Bonjour, Fuck Buttons ! (collégial)
Alors voilà. Les radios ne passent pas nos singles, MTV nous a rebaptisés Stuck Buttons pour diffuser nos clips, du coup personne ne nous trouve sur iTunes. Les gens ont honte de dire qu’ils vont à nos concerts, ils disent qu’ils vont voir Caribou. Et nous… et nous... bouhouhouuuu !
Allons, allons.

Les malentendus sur son groupe, Stef Irritant doit en être familier depuis qu’il a un jour eu l’idée un brin allumée de lui donner un nom implicitement zoophile, à rallonge qui plus est. Peu de points communs pourtant avec le trash metal ou la techno doom auxquels on aurait pu précipitamment l’associer, ce qui eut rebuté plus d’un curieux devant une borne d’écoute : Kiss the Anus of a Black Cat pratique une sorte de blues chamanique, modérément porté sur l’électricité et, quoi qu’il en soit, éminemment accessible.

Si, par le passé, on aurait dû parler de drone folk, le présent album – au titre tout aussi décourageant à épeler – offre un grand supplément d’espace et de limpidité à la musique d’Irritant – encore un patronyme trompeur. L’invitation à la transe n’en est pas moins explicite : le tourbillon de fausse accélération à la fin de Taking the Auspices ou les invocations païennes de Harrow n’ont d’autre intention que d’ouvrir nos perceptions étriquées à quelques hallucinations sacrées, quelque part entre les danses iroquoises, la fièvre vaudou et les visions sibyllines de la pythie de Delphes.

Impossible de ne pas penser à Current 93 : ce qui peut s’apparenter ici ou là à une influence évidente tourne ailleurs au mimétisme, comme sur l’introduction de Veneration, où la voix semble habitée par un véritable esprit maléfique. Sauf que là où la secte de David Tibet nous égare parfois dans ses inquiétants labyrinthes, Kiss the Anus of a Black Cat ne perd jamais de vue la porte de sortie et nous y mène par le chemin le plus sûr. Selon les conceptions, on verra là un aveu de faiblesse ou, au contraire, une forme de supériorité qu’on hésite à qualifier de pop.

Preuve tout de même de ses intentions d’ouverture, “Hewers of Wood & Drawers of Water” s’autorise quelques collaborations au discret parfum d’aventure, en particulier lorsque l’organe mutin d’An Pierlé vient, sur la plage titulaire, pousser sa complainte lumineuse. D’une impeccable clarté noire, réussissant le pari d’allier profondeur et légèreté, ce disque parvient à creuser des gouffres effrayants sans jamais s’y enliser. On le parcourt en sachant pertinemment qu’on ne doit rien craindre de l’obscurité, et il finit même pas nous la rendre amicale. Pas de doute, certains cauchemars nous veulent du bien.

L’avis de Benjamin sur Playlist Society


Répondre à cet article

4 Messages

  • The Imaginary Suitcase - Alone, we go faster. Together, we go further (...)

    Dix ans déjà et maintenant dix critiques de notre côté (on se place tout de même comme exégètes officieux), c’est le temps de la célébration. Pour fêter ça, ce n’est pas vraiment le genre de la maison de sortir une best-of pour les fêtes. Par contre, profiter de l’occasion pour retrouver des collaborateurs qui l’ont accompagné, c’est bien plus le genre de Laurent Leemans. Regarder dans le rétroviseur pour (...)

  • Sïan Able - Veni Vidi Sensi

    D’accord, un premier EP qui plait, c’est un bon début mais confirmer avec un bon premier album, c’est l’étape cruciale d’une carrière. Donc Sïan Able (anagramme de son vrai nom Anaïs Elba) passe la vitesse supérieure et son talent ne se dilue pas dans la taille d’un album.
    On l’a déjà dit, les styles plus soul ne sont pas nécessairement ceux qu’on goûte le plus. Pourtant on l’avait tout de suite adoptée, (...)

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent (...)