Accueil > Musique > 2011 > The Cave Singers - No Witch

The Cave Singers - No Witch

lundi 21 mars 2011, par Marc

Le charme de l’artisanat


On se dit qu’on ne nous y reprendra plus de tenter de remplir un article, de sortir les arguments au forceps, de s’imposer cette maïeutique critique. On aurait tort pourtant de n’y voir qu’un masochisme forcené, parce que la confusion du critique peut se doubler du plaisir de l’auditeur lambda (ce sont la même personne après tout). The Cave Singers, c’est donc un de ces nombreux groupes de l’entre-deux, sortant assez peu de morceaux marquants pour vraiment décrocher la timbale, mais suffisamment attachants pour qu’on écoute toutes leurs sorties.

Et il y a fort à parier qu’on reviendra quoiqu’il arrive vers le groupe de Seattle (tu as pensé ‘grunge’ ? Tu as un gage), parce qu’on apprécie toujours la proximité de cette voix éraillée, qui sonne comme un cliché du genre mais permet de se remettre très facilement dans le bain ou parce que le violon vient souvent à propos pour ajouter un peu de liant.

Mais comme vous êtes venus pour avoir un avis et une analyse superficielle, je me dois de vous dire qu’on constate sur cet album une patte plus seventies, voire même occasionnellement orientalisante (Outer Realms). Haystacks et ses chœurs féminins sonne comme une version roots des Rolling Stones (pas ma référence la plus usée ici).

Ils durcissent aussi quelque peu le ton (Black Leaf), ce qui ne suffit pas pour en faire de dangereux terroristes sonores. D’ailleurs, une certaine lenteur leur va aussi bien au teint (Distant sures). Leur nervosité s’exprime par l’emploi de fuzz sur la guitare, comme chez Two Gallants dont on est sans nouvelles, et il est fréquent qu’un morceau s’articule autour d’un gimmick de guitare (Haller Lake), comme chez les Dodos qui s’exposent plus qu’eux à un retour de flamme de hype. Sur l’album précédent, on pouvait encore compter sur Leap qui était plus immédiatement séduisant que le reste. Ce genre de morceau manque ici.

Ce n’est pas péjoratif de reconnaître que les Cave Singers ne sont pas des leaders dans leur style. On a pu lire parfois que les critiques sont des gens blasés et musiciens manqués sur les bords. Pour ma part, je clamerai toujours mon admiration de ceux qui continuent à prêcher leur musique honnête et artisanale sans que la médiatisation ne vienne leur élargir l’audience (tiens, ce n’est pas super heureux comme formule).

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)