Accueil > Musique > 2010 > Le Double - Songs For Maggots

Le Double - Songs For Maggots

mercredi 5 janvier 2011, par Marc

Dualité


Cette période un peu creuse musicalement parlant, entre vapeurs de réveillon et rentrée en bonne et due forme, est propice au bouclage des critiques de l’année précédente. Plutôt que me lancer dans la tâche titanesque de jeter une oreille sur les 389 albums de la liste de Laurent que je n’ai pas écoutés, c’est une critique de proximité qui me sort de ma torpeur.

Première impression à l’entame de l’écoute, j’ai pensé assez vite à Sophia. Mais sans le charisme auto-apitoyé de Robyn Propper-Sheppard. La façon de poser une mélodie y renvoie clairement. Donc c’est au public de cet attachant artiste que je conseillerais d’abord Le Double. Mais il ne faut pas céder à la facilité de cette comparaison et penser naïvement qu’on a fait le tour du sujet, bien plus mouvant et complexe. Le Double semble donc un nom plutôt bien choisi par Samuel De Smedt, l’auteur de cet album.

Double pourquoi donc ? Parce qu’on peut situer ce Songs For Maggots à l’intersection de ceux courants. A ma gauche donc, du folk. Auderghem n’est pas un vivier musical (ou alors on me cache des trucs) comme Portland, Seattle ou Manchester (sans parler de Montreal ou Brooklyn), mais ce groupe s’inscrit dans une mouvance presque mondiale. Ou alors c’est moi qui écoute trop de choses semblables, ce qui est de toute façon ce que je ressens. On a déjà parlé de l’importance relative du contexte. Le Double peut donc ‘jouer avec’ dans le genre qu’il pratique avec un talent manifeste. Mais on connaît tellement de réussites qu’il est difficile de se défendre pied à pied. Que faire alors ? Varier, se souvenir de ses anciennes amours post-rock. Et c’est là que je me tourne vers la droite.

Parce que le milieu de l’album part vers d’autre rives, ce qu’on soupçonne dès la variété de Shine, Burn ! C’est encore plus patent What If, y compris dans un placement de voix qu’on devine postérieur à la composition (c’est pour ça qu’on parle de post-rock, dites ?). Et puis il y a des petits détails qui plaisent, comme entendre de l’accent liégeois sur la voix enregistrée de Yukon. Ce genre de petit clash me ravit.

Puisque je suis là pour donner mon avis, je vais en profiter pour dire que le chant manque un peu du pur charisme qu’on aime tant chez un Shearwater ou Bright Eyes. On ne demande évidemment pas à chaque chanteur d’avoir le charisme de ces monuments mais tout tient tellement la route musicalement que c’est surprenant. C’est évidemment une impression (forcément) subjective mais certains morceaux, surtout ceux où elle a l’occasion de monter (Perfection, Middle Class Folks) en pâtissent. Par contre, quand elle est plus contenue, on a d’excellents moments. Le Should We Sophia en diable par exemple ou le délicat et enchanteur The Guy.

Pas besoin d’aller très loin pour chercher des satisfactions musicales. On va donc suivre ce groupe, et plus que probablement s’arranger pour le voir en concert. Parce qu’en jouant à la fois sur le registre d’une écriture très classique et en se risquant dans des digressions musicales assurées, il arrive à créer un mélange attachant.

www.spankmemore.com
www.myspace.com/ledble

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)