Accueil > Musique > 2011 > White Lies - Ritual

White Lies - Ritual

lundi 17 janvier 2011, par Laurent

Bottes de sept lieues


Les White Lies sont de retour. Pour ce trio cafardeux dont le premier album s’intitulait “To Lose My Life” et dont le porte-étendard scénique continue de s’appeler Death, c’est une nouvelle plutôt enthousiasmante dans la mesure où Charles Cove, Harry McVeigh et Jack Lawrence-Brown auront donc résisté à la tentation du suicide collectif. Bien leur en a pris d’ailleurs, puisque ce “Ritual” de passage devrait en toute logique leur ouvrir les portes d’un triomphe olympique aussi sûrement que l’avaient fait en leur temps les seconds albums d’Interpol, Editors et autres fleurons de la cold-wave pour les stades.

Gonflés aux stéroïdes, les gamins londoniens – 66 ans au compteur en additionnant les trois – partent à l’assaut des âmes perdues avec des refrains king size. Bigger Than Us, chantent-ils d’ailleurs en plage 3, conscients d’avoir enfilé les bottes de sept lieues de l’ogre rock pour arpenter en si grandes foulées les marches de la gloire. L’ambition dévorante derrière cette couche de fausse modestie, les White Lies ne s’imposent aucune retenue et le programme est clair : The Power and the Glory. Reste à savoir s’ils ont fait le choix de l’audace ou celui de la facilité. « Would you think me a coward though I’d be the hero ? » Ni l’un ni l’autre, sans doute.

Le chemin suivi par les Whites Lies, s’il s’avère relativement prévisible, surprend du moins par la vitesse à laquelle ils l’ont parcouru. « I got a sense of urgency, I got to make something happen. » Sur ce plan, pas de doute : le zèle est tel qu’il rend les progrès accomplis pour le moins impressionnants. Toutefois, on ne saurait résumer “Ritual” à ses moments de grandiloquence vertigineuse et le groupe a d’autres arguments à faire valoir. Ainsi, les programmations d’Is Love semblent lorgner vers le dancefloor de ces indie discos que chante si bien The Divine Comedy : sans peine, on peut s’imaginer les futurs remixes et des prétentions qu’on n’aurait pas conçues auparavant de la part d’un groupe aussi neurasthénique. Let’s Dance to Joy Division, comme disaient d’autres.

C’est que les synthétiseurs, ingrédient jouant généralement le rôle d’aromate sur “To Lose My Life”, sont indéniablement mis en avant sur “Ritual”, où les White Lies sonnent comme des modèles plus tardifs et au succès plus logique, de New Order à Soft Cell en passant par Ultravox, ou comment promouvoir la dépression pour les masses. Le groupe défend ce credo avec une certaine intelligence sur les titres downer-tempo, non sans quelques touchantes maladresses : Peace & Quiet et ses échos involontaires de Tears for Fears, Come Down et son gospel gothique décidément trop connoté eighties.

Cependant que le cœur de l’album propose une belle poignée d’hymnes moins fiers-à-bras : Streetlights, vaguement réminiscent de Gary Numan, le brûlot Holy Ghost, plutôt efficace, et un Turn the Bells franchement irréprochable avec sa rythmique de science-fiction. Les White Lies ont donc sans doute encore une belle énergie créatrice à canaliser et, maturité aidant, un proche avenir pour convaincre. On attend donc sans trop y croire la suite du parcours, écriture remoulée et ambitions revues à la baisse.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

  • Rodolphe Coster and Band – High With The People

    On va être tout à fait honnêtes, on n’avait jamais entendu parler du Bruxellois Rodolphe Coster malgré un parcours visiblement déjà fourni, avec un gros pied dans la musique de danse contemporaine. Mais ce n’est pas le plus important, on a copieusement apprécié cet album immédiatement familier.
    New York est ici un endroit d’enregistrement ici mais aussi un style, avec une forte dose de post-punk poisseux, celui qui sert de base à des formations du coin comme The Rapture ou LCD Soundsystem. Listons (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)

  • A Place To Bury Strangers – See Through You

    Comme Animal Collective, A Place To Bury Strangers nous indique que la musique est la rencontre de morceaux et d’un son. Ces morceaux pourraient être traités de façon binaire et être du punk ou du post-punk de consommation courante mais leur traitement en fait autre chose. Alors que toutes les musiques très typées ont tendance à uniformiser leurs représentants, ils ont toujours eu cette propension à se distinguer. Et on a suivi le cours de leur discographie depuis les débuts, même si on a (...)

  • Motorama - Before The Road

    Mine de rien, les Russes de Motorama sont arrivés à trouver un style bien personnel, même si les composantes peuvent se retrouver par ailleurs. On l’avoue, la tentation de reprendre intégralement la critique de Many Nights et de mettre à jour quelques titres de morceaux a été grande. Mais si l’honnêteté nous pousse à réécrire un article, on se doit aussi de préciser que ce qui en a été dit à l’époque s’applique toujours.
    Non, ce n’est pas encore solaire, mais leur façon de distiller de la mélancolie sans (...)

  • Projet Marina - Loin des Dons Célestes

    On le répète même si c’est une invitation implicite au remplissage de boîte mail, découvrir les artistes en ligne directe est toujours un plaisir. Et c’est ainsi qu’on a rattrapé avec leur second album le train du duo français.
    Il pratique une musique d’hybridation, entre veine froide électronique des eighties et tentations plus modernes. Mais s’ils revendiquent une inspiration de Tuxedomoon dont le violoniste Blaine Reininger vient relever deux morceaux ou Coil, on n’approche jamais du versant abrupt (...)

  • Ultra Sunn - Night Is Mine (EP)

    Vous commencez à nous connaître, vous savez qu’on ne recule jamais devant une petite dose de darkwave bien sentie. Musique de niche et de passionnés, elle garde une étonnante vivacité. Le duo mixte du jour (Sam Hugé et Gaelle Souflet) nous vient de Bruxelles et sort un premier EP sur le label espagnol Oraculo Records et est édité par Jaune Orange.
    Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils maîtrisent les codes du genre et savent ce que sont des gimmicks. Ils sont en effet seuls à la manœuvre et nous (...)

  • NinjA Cyborg - The Sunny Road EP

    L’introduction sur leur page Bandcamp est tellement correcte que je m’en voudrais de simplement la paraphraser. “Ce duo pyrénéen dont la passion pour les synthétiseurs analogiques n’a d’égal que leur amour pour le cinéma d’action des années 80, nous livre avec leur premier EP la bande originale d’un nanard action / SF qui aurait pu sortir en 1985, le tout mis en scène à grands coups de Juno 60 et de TR606”. Voilà tout est dit ou presque, sauf que je vous dois un commentaire sur le résultat.
    La série (...)

  • Hermetic Delight - F.A. Cult

    Il est étonnant de voir à quel point la scène d’influence cold est vivace chez nos voisins du sud. Rien que cette année on a déjà entendu Princess Thailand, Sure sans oublier des formations comme Lebanon Hanover. Sans aller sur des traces aussi batcave, on peut pour partie placer les Strasbourgeois d’Hermetic Delight dans cette mouvance. Au moins pour une part parce qu’il y a aussi beaucoup d’autres choses ici.
    Des éléments dream pop par exemple, ce qui n’est pas exactement une excentricité dans la (...)