Accueil du site > Musique > 2011 > Cake - Showroom of Compassion

Cake - Showroom of Compassion

mercredi 12 janvier 2011, par Laurent

Une bonne tranche


Quitte à resservir, pour saluer ce retour inattendu, un bon vieux cliché – la métaphore archi-éculée du pote qu’on retrouve et qui n’a pas changé – alors autant le dire tout de suite : Cake, c’est plutôt le genre d’ami bien lourd qui n’a jamais vraiment présenté d’autres qualités humaines que celle de nous faire marrer dans les soirées, à parler plus haut que les autres pour raconter ses anecdotes borderline ; celui qu’on invitait pour amuser la galerie mais qui, au fond, ne nous a jamais vraiment manqué en sept ans d’absence.

Et effectivement, c’est fidèle à son ancienne image que le groupe de Sacramento ressort ses instruments traditionnels : trompette et Moog bien sûr, mais aussi l’inévitable vibra-slap et surtout, ce son de guitare caractéristique qui ne les a jamais quittés en dépit des divers changements de personnel endurés au fil des ans. “Showroom of Compassion”, comme l’ensemble de ses compagnons, se présente donc comme un album interchangeable de plus, et le groupe aurait pu le sortir il y a quinze ans sans être soupçonné de voyage temporel illégal.

La seule différence, vraisemblablement, réside dans l’absence quasi-totale de tubes qui ne dessert pourtant pas l’album. Construit sur une louable homogénéité, “Showroom of Compassion” sonne au final moins inégal que ses plus récents prédécesseurs et pourrait être le meilleur disque sorti par Cake au 21e siècle. Ces considérations sont évidemment dubitables et superficielles mais affirment que John McCrea et sa bande pourraient pondre ad uitam aeternam deux albums par décennie sans jamais parvenir à se déshonorer – ni à bouleverser la vie des mélomanes, cela va de soi.

Pour être précis et honnête, signalons que le disque contient au moins un hit digne de ce nom pour rivaliser avec le passé du groupe : Long Time, avec son motif robotique et une envolée musicale de circonstance, manque sans doute d’un refrain catchy mais pas d’attiser la nostalgie des fans de Jolene ou Frank Sinatra (la chanson, pas le crooner mort). En ouverture, Federal Funding joue même plutôt habilement des vieilles recettes en les délayant dans un semblant de psychédélisme à la mode d’antan. Et Mustache Man, même s’il ressemble à tous les précédents succès du groupe, synthétise efficacement son savoir-faire.

Pour le reste, Cake ne prétend pas renfermer une fève dans chaque part de sa galette et peine toujours à convaincre dans ses incursions country (Bound Away, Got to Move) ; tout au plus vous arracheront-ils un sourire amusé en jouant occasionnellement la carte de la pop fauchée (What’s Now Is Now, The Winter). Deux bons points tout de même, pour quelques inclinaisons déviantes : Italian Guy, construit sur un riff de violon patraque et un synthé ringard, et l’enthousiasmant instrumental Teenage Pregnancy, ont le mérite de mettre chacun un pied hors des sentiers battus.

Ce qu’on regrette finalement le plus sur “Showroom of Compassion”, c’est le cynisme moins mordant des textes, ni assez futés ni assez crétins pour rendre les chansons de Cake aussi jouissives que sur leurs débuts discographiques. Il faut sans doute les avoir adorés autrefois pour trouver un réel intérêt à cet album, mais on pourra toujours s’en payer une bonne tranche pour peu que l’humeur soit à la gaudriole. Quand on recroisera notre pote balourd en soirée, on ne demandera pas mieux que de l’entendre balancer ses vannes foireuses.

Article écrit par Laurent

Share on Facebook

Répondre à cet article

7 Messages de forum

  • Cake - Showroom of Compassion 12 janvier 2011 12:26, par Benjamin F

    Oui disque assez inintéressant. Au jeu des vannes foireuses, j’aurai ressorti le "The cake is a lie" de Portal :)

    Voir en ligne : http://www.playlistsociety.fr/

    Répondre à ce message

    • Cake - Showroom of Compassion 12 janvier 2011 12:59, par Laurent

      Certes, mais il va de soi que quand je parle de ceux qui ont adoré Cake il y a dix ans, j’en fais bien évidemment partie ! Pour ce qui me concerne, un agréable trip régressif donc... à quoi tu me répondras sans doute que tout ça ne vaut pas un bon vieux Wire. ;D

      Répondre à ce message

      • Cake - Showroom of Compassion 12 janvier 2011 13:31, par Mmarsupilami

        Mais tout, cela est très cohérent, chers confrères...

        Les bons gros amis, ceux qui nous ont fait rire à mort dans le temps, avec les années qui passent et les souvenirs qui trépassent, ils deviennent des "balourds"...
        Par contre, tous ceux qui étaient tellement lourds et profonds, ils deviennent fascinants dans nos souvenirs. Pourtant, parfois, ils nous ont tellement ennuyés !
        Et c’est ainsi que , quand renaît Current 93, nous sommes bouleversifiés (c’est à dessein que j’en prends un qui m’est cher et pas à toi, Laurent).
        Mais quand revient Cake, on sourit et on essuie un fard de honte d’avoir "eu bon" avec eux... ("avoir bon" = expression liégeoise dérivée de l’allemand, absolument non française, mais résolument claire et évocative).

        C’est toute la vie, ça ! Je suis exactement comme vous !

        Bon, sur ce quart d’heure philosophique, je m’en vais écouter "La Femme, Podium", dont dans quinze jours, je dirai que c’est bien léger et après, je réécoute Her Name is Calla (ça, c’est du lourd, du vrai !)

         :-DDDDDDDD

        Répondre à ce message

  • Cake - Showroom of Compassion 12 janvier 2011 13:56, par Laurent

    C’est pas facile d’avoir facile pour avoir bon... ;)

    Cela dit, aucun fard de honte : j’écouterai toujours "Fashion Nugget" avec le même plaisir dans dix ans. Current 93, je n’exclus pas mais j’ai peur de faire des cauchemars après...

    Répondre à ce message

    • Cake - Showroom of Compassion 12 janvier 2011 22:16, par marc

      J’avais été surpris de voir un album de cake sur un blog de ... disons... suggestions musicales. En 2004 déjà ils avaient tenté de montrer qu’ils vivaient encore avec un pressure chief en petite forme. Mais ton article m’a donné envie de depoussierer fashion nugget avec lequel j’avais eu beau (c’est plus proche de la prononciation liegeoise).

      Laurent, si current 93 te fait peur, tu peux passer par l’etape death in june

      Répondre à ce message

      • Cake - Showroom of Compassion 13 janvier 2011 15:09, par Laurent

        Tu penses bien qu’après ton alléchant article, je m’y suis déjà un peu collé. Mais avec ces disques-là, il faut laisser le temps au temps... donc je te dirai quoi dans six mois. ;D

        Répondre à ce message

  • Cake - Showroom of Compassion 1er février 2011 16:34, par Volfoni

    Vous avez de la merde dans les oreilles.. très bon album !

    Répondre à ce message

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0