Accueil > Musique > 2011 > El National Quaterback - Monarchs

El National Quaterback - Monarchs

jeudi 3 février 2011, par Marc

Hold on


Si on a toujours privilégié l’indépendance en tant qu’amateurs de musique, au cours des années on est amenés assez naturellement à rencontrer ou simplement avoir des contacts avec des responsables de petits labels, lesquels sont plus actifs pour faire connaître leurs poulains. Je ne cache pas une certaine admiration pour ceux qui s’engagent dans cette voie, qui sont derrière des projets excitants comme Spank Me More Records (Trotz Ensemble, Le Double, Casse-Briques), Cheap Satanism (Joy As A Toy, Trike, Keiki…), Depôt 214 (Cecilia ::Eyes) ou Jaune Orange.

C’est donc de l’écurie liégeoise que sort ce jeune groupe formé en 2005. Première référence, c’est John Vanderslice qui s’est chargé du mixage. Ce nom ne me disait rien avant que je me rende compte qu’il était aussi derrière l’excellent Gimme Fiction de Spoon. Seconde référence qui me fait plaisir, la citation du Hold on to what you need/We’ve got a knack for fucked up history tiré de l’énorme Spitting Venom de Modest Mouse. J’avoue avoir un peu galéré pour la retrouver, celle-là.

Pour le reste, ce qu’on en a dit pour le passage au Botanique reste d’application, à savoir que c’est énergique et en devenir. Que cette énergie est dispensée de façon non obligatoirement linéaire, ce qui nous gratifie au passage d’une petite poussée de fièvre sur Sinsemenza, des chœurs qui poussent Elephant Shell qui a aussi quelques touches ensoleillées bienvenues. Easy Poller présentant quant à lui un abord plus immédiatement plaisant.

Quand le chant est livré à lui-même sur Lapland (qui me rappelle Drunken Barn Dance pour son évocation de beuveries), il pêche un peu par excès de fragilité. Osons le dire, ce n’est pas l’atout principal du groupe. Il est bon de le rappeler, un premier EP de six est une carte de visite. Et celle d’El National Quarterback est un revenez-y pour le futur. S’ils creusent la voie de la puissance et de l’entrain pop, on a un nom à garder pour les jours prochains.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • El National Quaterback - Monarchs 3 février 2011 16:08, par Laurent

    John Vanderslice qui vient d’ailleurs de publier son fort agréable dernier album... je le chroniquerai peut-être dans uen autre vie (ou celle-ci si je reçois soudain un congé supplémentaire).

    repondre message

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent logiquement relever le tout. Même s’il faut être honnête, c’est quand cette influence est la plus marquée (...)

  • Marble Sounds - Marble Sounds

    La douceur de Marble Sounds est un refuge qui ne nous a jamais déçus. Le versant moins folk de sa formation jumelle Isbells a sorti un cinquième album et la bande de Pieter Van Dessel garde la façon de rester intimes tout en étant amples et est remarquable.
    Sans surprisie, c’est toujours beau, fluide et éthéré. My Initial Intentions est même un instrumental. Et puis ils peuvent compter sur des mélodies fortes, qui peuvent se fredonner. Les morceaux restent courts mais proposent une progression (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)