Accueil du site > Musique > 2011 > Akron/Family - S/T II : The Cosmic Birth and Journey of Shinju (...)

Akron/Family - S/T II : The Cosmic Birth and Journey of Shinju TNT

lundi 21 février 2011, par Marc

Comme un gros chaudron


Il faudra s’y faire, maintenant, le folk drogué n’est qu’une composante comme une autre de l’univers musical de bien des groupes. Animal Collective a donc non seulement valeur de meneur, mais aussi de cas limite, leur mélange unique pouvant être étiqueté ‘mélange Animal Collective’ et incorporé à d’autres recettes. Même s’il est facile de stigmatiser la facilité des champs lexicaux sans risque comme celui de la cuisine, l’analogie est tellement simple que je n’y résiste pas. A l’instar des mélanges d’épices prêts à l’emploi (curry, tandoori ou mélange poulet), le mélange Animal Collective peut s’utiliser dans plein de concoctions, avec à charge du pauvre commentateur (c’est nous) de lister les combinaisons. Ca va de l’adjonction dans la synth-pop barrée (High Places) au shoegaze et plus si affinités (Deerhunter) en passant par le folk pastoral pour moutons flippés (Julian Lynch)

Dans le cas qui nous occupe, on retrouve même quelques gros riffs seventies supportés par des chœurs qui s’époumonent (Fuji I), mais heureusement porté par une certaine facilité pop (Another Sky). Le principal apport du trio new-Yorkais qu’ont souvent négligé les froids tripatouilleurs (y compris sur l’œuvre solo récente d’un de ses membres, Avey Tare), c’est l’euphorie. On la sent ici dès le Silly Bears qui débute les hostilités pied au plancher ou dans son emploi plus littéral le temps du plus enfantin Say What You Want To ou de la résurgence de Light Emerges. On peut voir cette musique comme un gros chaudron où se mêleraient beaucoup de choses, mais où on sentirait l’essentiel, c’est-à-dire l’entrain des cuisiniers à faire prendre la tambouille.

Comme pour contredire l’introduction un peu péremptoire, on retrouve aussi sur cet album quelques petites douceurs dénuées d’effet comme Fuji II qui contrebalancent des moments plus âpres (Another Sky). Sans doute est-ce pour faire le lien avec ce que j’écoutais il y a longtemps, mais pour toutes ces touches psychédéliques, j’en reviens souvent à Pink Floyd. Plus précisément ces deux Musiques de film pour Barbet Schroeder (More et Obscured By Clouds) où ils reprenaient soit des structures classiques pour des morceaux au format chanson standard ou livraient des passages instrumentaux plus délirants et atmosphériques. On retrouve ici un emploi un peu semblable de la slide guitar, bien plus psychédélique que country

Comme trop souvent dans des cas pareils, je me laisse emporter par une volonté de comprendre et d’expliquer qui prend le pas sur le ressenti primaire de l’œuvre. En me reprenant, entendez en me laissant aller, je constate qu’Akron/Family fait partie de ces groupes qui se distinguent par leur propension à être plus sympathiques que d’autres. Ils ont beau tirer dans pas mal de directions, s’inscrire dans un mouvement qui a fait de très nombreux émules, ils gardent une ligne directrice qui s’inscrit en filigrane, celle du plaisir.

On peut maintenant, si ce n’est fait, aller lire la critique de Benjamin F sur la toute jolie nouvelle version de Playlistsociety

Article écrit par Marc

Share on Facebook

Répondre à cet article

9 Messages de forum

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0