Accueil > Musique > 2011 > The Sand Band - All Through the Night

The Sand Band - All Through the Night

mercredi 26 janvier 2011, par Laurent

Sédimentaire


Comme le sable, un premier grain s’est écoulé dans la clepsydre de notre vie : The Secret Chord est tombé il y a quelque trois années et depuis, on a ardemment attendu que l’étranglement laisse échapper d’autres perles de quartz (Hourglass).

Comme le sable, ils ont ainsi rassemblé d’innombrables atomes d’onctuosité sédimentaire pour former, avec une patience d’immortel, dix et quelques plages de finesse. Et de simples brouillons sur huit-pistes, les Liverpudliens ont bâti un véritable château aux détails craquelés (To Be Where You Are, Open Your Wings), une forteresse imprenable à la merci des marées.

Comme le sable, le moindre vent contraire ferait tourbillonner leur fragilité (Someday the Sky) ; mais ils étalent leur velouté jusqu’à l’agrégation, et c’est une terre ferme qui finit par nous soutenir et nous protège des reflux saumâtres – tout en nous offrant d’y baigner notre spleen (Set Me Free).

Comme le sable, ce qu’ils ont couché sur un disque peut ainsi se faire surface de mort, une arène où viennent périr les condamnés dévorés par leur propre mélancolie (The Song That Sorrow Sings, The Gift and the Curse). Le pouce baissé, quelques spectateurs réclament à grand cris le prix du sang.

Comme le sable, pourtant, ils peuvent s’ériger en erg au gré de ce que leur souffleront les mirages qui égarent leurs cœurs (All Through the Night) ; et l’on en viendrait à se demander si ces dunes gracieuses sont redevables au toucher du génie ou aux doux hasards du vent.

Comme le sable, on croit pouvoir les saisir d’une poignée ferme ; mais leur vérité nous glisse entre les doigts à mesure que l’on cherche à la contempler. Seuls restent quelques cristaux salés pour nous coller à la peau et nous rappeler à son souvenir.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

8 Messages

  • Wire - 10:20

    Un album d’inédits sortis pour le Record Store Day, ce n’est pas a priori la proposition la plus alléchante de la part de Wire, même si une discographie étalée sur 43 ans et des setlists imprévisibles regorgent de morceaux peu ou pas entendus. C’est sur le papier donc un album pour fans exclusifs, pour collectionneurs compulsifs et dont le résultat est hétéroclite. Enfin, tout ça serait vrai si Wire était un groupe habituel.
    Parce que Wire est tout sauf un groupe comme les autres. Ne refaisons pas (...)

  • Foals - Everything Not Saved Will Be Lost Part 1

    Parfois la sortie d’un album nous prend par surprise : on ne l’avait pas vu venir, on n’avait pas suivi les annonces.... Parfois, la surprise est même double car on apprend que c’est la "Part 1" et qu’il y aura donc une deuxième fournée, à l’Automne 2019 précisément. C’est le scénario pour ce nouvel album de Foals.
    Car Foals, c’est un groupe qu’on suit désormais sans déplaisir, sachant qu’ils peuvent surprendre, mais on ne les tient plus pour une des meilleures formations de la scène actuelle et on est moins (...)

  • Roger Waters - Is This The Life We Really Want ?

    Ici, on a toujours privilégié la critique et l’analyse plutôt que le versant personnel, on a toujours dit ‘on’ au lieu de ‘je’ mais bon, on a une vision différente pour certains artistes et il est aussi illusoire et inutile de la cacher. Ainsi le premier texte que j’ai écrit sur un album date de 1992 (non, il n’existe plus de trace du méfait) et traitait d’Amused to Death de Roger Waters, grand album au demeurant. L’ancien bassiste de Pink Floyd n’en a d’ailleurs rien sorti depuis, privilégiant de (...)

  • Ride - Weather Diaries

    Le point d’entrée d’un groupe, l’album qui nous l’a fait découvrir, est loin d’être anodin, et conditionne l’image qu’on en aura pour le reste de leur carrière. Quand on découvre leurs débuts, tout va bien, mais il arrive qu’on l’aborde par la bande sans le vouloir. C’est ainsi que j’ai découvert Jesus and The Mary Chain via leur atypique Stoned and Dethroned et Ride à travers Carnival of Lights pour découvrir après que cet album décrié (mais que j’aime beaucoup) était établi bien loin de leur camp de base. (...)