Accueil > Critiques > 2011

Trotz Ensemble - Love Is Strange [Rough Cut]

jeudi 10 février 2011, par marc

Le charme du contre-emploi


« On appelle une musique expérimentale quand l’expérimentation a raté ». Cette phrase magnifique m’a souvent aidé à appréhender certains groupes qui soumettent à l’écoute des brouillons inaboutis qui n’ont aucun intérêt intrinsèque mais qui peuvent avoir servi de rampe de lancement à des choses plus matures. Mais ici, l’aspect jusqu’au-boutiste est indispensable. Parce que la crainte maladive de prendre l’auditeur à rebrousse-poil peut amener à faire des compromis qui rendent la démarche moins passionnante.

Commençons donc par situer cet album, étrange objet à la base puisqu’il est la bande-son d’un spectacle (pas vu malheureusement), donc qui court le risque d’être un peu vide une fois que l’aspect visuel est éludé. Eh bien non, l’album a le bon goût d’être d’une cohérence remarquable.

La porte d’entrée, qui donne son nom à l’album, est une reprise d’un antique morceau (1957, à l’échelle du rock…) de Bo Diddley qui a déjà fait les belles heures d’artistes aussi expérimentaux que les Everly Brothers, Sonny and Cher ou les Wings. Quand comme moi on ignore ce détail, le morceau en question entre tout à fait dans la tonalité générale de l’album, à la fois proche et un peu froide, et qui connaît bien des déclinaisons ici. Des chœurs un peu désincarnés, une rythmique tout en allusions, et une mélodie intemporelle remplissent l’espace sonore. On retrouve ce charme vénéneux sur le final Beyond The Roof Of The Jungle, avec en sus un côté Tv On The Radio en plus inquiétant.

Dans les mélanges de feu et de glace, difficile de ne pas penser au Kills sur The Night Of No Revenge. Mais au lieu des boites à rythmes et des guitares garage du duo Anglo-américain, on retrouve une ambiance moins poisseuse mais plus industrielle, plus froide. La voix masculine peut d’ailleurs évoquer certains Bauhaus récents par son occasionnelle affectation. Parlons-en d’ailleurs de cette voix, qui est une des bonnes surprises de l’album. Un peu distanciée (j’ai parfois pensé à Alan Vega), maitrisée, c’est pourtant la première fois que Yannick Franck s’en sert puisque renseignements pris, il pratique plutôt avec son groupe Y.E.R.M.O et son label Idiosyncratics un drone (instrumental donc) assez sombre. On en retrouve d’ailleurs des traces au détour de Miracles

Mais ses talents ne s’arrêtent visiblement pas là puisqu’il y a des correspondances entre la musique et la photo, Pristina (Fading Faces) étant inspiré de son travail fait à Pristina. Autre surprise (décidément), son comparse musical est François Gustin est aussi membre des Tellers et Hallo Kosmo, sympathiques formations peu connues pour leurs audaces formelles.

Un musicien en contre-emploi et un chanteur occasionnel ont donc ensemble livré une bande-son attachante, à préconiser à tout esprit curieux qui dans les années ’80 préfèrent aux synthés kitsch l’intensité industrielle de Front 242 (Pressure) ou Einsturzende Neubauten. Si cette musique n’est que le pan auditif d’un projet plus global, il peut aisément s’isoler de son contexte pour constituer la bonne surprise belge de ce début d’année.

Ca s’écoute et se commande ici
http://www.spankmemore.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Trotz Ensemble - Love Is Strange [Rough Cut] 10 février 2011 12:58, par Mmarsupilami

    Outre que je vais suivre la recommandation (non, peut-être ?), j’aime beaucoup la phrase initiale. Moi, qui passe souvent mon temps à écrire aussitôt après certains trucs "expérimental", des choses du style "mais ne soyez pas rebuté par le mot, ça s’écoute bien, etc, etc". C’est une bonne phrase...

    repondre message

    • Trotz Ensemble - Love Is Strange [Rough Cut] 10 février 2011 15:11, par Marc

      C’est une citation passe-partout dont je n’arrive plus à retrouver l’auteur. Une autre dans le genre (et presque aussi passe-partout) : "On peut être obscur à force d’être profond, mais il est vain de tenter à être profond à force d’obscurité". De mémoire, c’est Borgès comparant Carlisle à Emmerson...

      repondre message

  • Trounce - The Seven Crowns

    Partons du principe que vous êtes aussi béotien.ne que moi. Le blast-beat est une technique de batterie qui superpose des doubles croches effectuées aux pieds et aux mains à un tempo élevé pour créer un mur du son. Bref, un hénaurme roulement de batterie supporte tous les morceaux, en permanence. Comme une fin de morceau épique qui durerait 44 minutes. A l’instar d’une plongée dans de l’eau un peu (...)

  • Evangelista - In Animal Tongue

    Beauté monstrueuse
    Parmi les labels chouchous des amateurs d’indé exigeant, nul doute que la maison canadienne Constellation fait partie des mieux cotées, que ce soit pour sa contribution à l’envol du post-rock ou son intransigeance. Connue – façon de parler – pour être la première artiste allochtone à s’y faire embaucher pour un CDI, Carla Bozulich s’est depuis lancée dans une pléthore de projets dont (...)

  • Wu Lyf - Go Tell Fire to the Mountain

    Much ado about nothing
    On va tout de suite se calmer. Dans une première moitié de 2011 qui proclame davantage la bonne forme des talents confirmés qu’elle ne révèle de nouvelles têtes essentielles, le premier album de Wu Lyf était attendu comme le messie par une horde de zombies en manque de chair fraîche et prêts à enfoncer des portes (ouvertes) au premier murmure de la hype. Ça, pour sûr, (...)

  • Faust - Something Dirty

    Canal historique
    Des guitares zèbrent le ciel, le clavier tombe en pluie, une voix perce le brouillard. Vous l’aurez remarqué, la météo n’est pas au beau fixe et les amateurs de cartes postales ne sont pas à la fête. I Lost The Signal propose ainsi pour un blues ralenti et tendu un peu inquiétant par la voix vénéneuse de Géraldine Swayne. Something Dirty ménage d’autres surprises, comme son introduction (...)

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Peritelle - l’Ampleur des Dégâts

    Alors que les dossiers de presse font état d’un album qui n’existe que dans la tête de ceux qui le défendent, il est difficile de faire mieux que Un album de la presque-maturité où la mélancolie succède presque au second degré... Cela risque d’en faire pleurer plus d’un·e !
    Cette laconique présentation met le doigt sur ce qui fait la spécificité de Peritelle, ’presque’. Parce que c’est dans ces (...)