Accueil > Critiques > 2011

Smith Westerns - Dye It Blonde

mercredi 2 février 2011, par Laurent

Gonflé


On croyait en avoir fini avec les légataires de Jeff Lynne, et pour l’année dernière on en était à peu près resté et . Mais depuis qu’il est permis à tous d’admirer publiquement le génie d’écriture d’Abba ou de déclarer à qui veut l’entendre que Genesis s’est décidément bonifié après le départ de Peter Gabriel, les chansons d’Electric Light Orchestra restent un point d’ancrage rassurant pour qui ne saurait envisager le graal pop sans une couche de vernis kitsch, ni le progressisme rock sans une dose honteuse de filtres antiseptiques. Entre-temps, on ne compte plus le nombre de feel-good movies hollywoodiens qui ont versé leur quote-part de royalties pour euphoriser un montage au son de Mr Blue Sky.

Et l’intérêt intarissable pour le soft-rock gentiment prog des années Giscard, ce sage psychédélisme des braves petits qui n’ont jamais fumé que la pelouse du jardin, de se renouveler encore grâce aux Smith Westerns, sympathiques vieux-jeu de Chicago à l’aube d’une belle non-carrière. On voudrait en dire du mal qu’on n’y arriverait pas, tant les mélodies universelles du groupe, ses refrains charmants et même parfois, ses arrangements inavouables de ringardise, ont l’art de séduire juste ce qu’il faut pour faire parler de lui. À vrai dire, si le combo de l’Illinois n’avait la désobligeante manie de s’emballer jusqu’à la boursouflure, le son sépia de ses compositions n’aurait pas déparé la B.O. de “Virgin Suicides” – à supposer aussi que Cameron Crowe l’aurait réalisé.

On aura donc beaucoup de mal à résister, fût-ce pour quelque temps, aux guitares cristallines, aux charges de claviers et au chant tout en émotion retenue qui rendent si attachantes les virées rétro à l’œuvre sur Weekend ou Imagine, part 3. Des chansons qui, avant de se gonfler d’orgueil comme des ballons de baudruche s’emplissent d’air, frisent à plusieurs reprises une certaine idée de la beauté. C’est ainsi que Still New ou All Die Young s’offrent quelques passages divinement aériens pas loin d’évoquer George Harrison dans son âge d’or solitaire, ou que le binôme formé par Only One et Smile se fait fort de rappeler qu’il y a une vie après les Bee Gees – et ailleurs que sous une boule à facettes.

Pour le reste, c’est avec des chevauchées lourdingues comme End of the Night que les Smith Westerns nous rappellent à l’orchestre lumineux de Jeff Lynne, bien qu’on pense aussi souvent à un autre Jeff à force de guitares pleurnichardes – celles du Wilco de “Sky Blue Sky”, et ce Mr Blue Sky-là s’appelle en réalité Mr Tweedy. On est cependant loin des profondeurs atteintes par les stars de l’alt-country, et le plaisir retiré à doses homéopathiques d’une écoute de gourmet ne pèse pas toujours lourd face à une redondance un peu décourageante. Pour faire simple, on dirait presque que la face B de l’album est une reproduction à l’identique de sa face A. Pas d’erreur de pressage à l’ère du tout digital, juste un jeune groupe qui se cherche encore... et se trouve trop souvent au même endroit.


Répondre à cet article

2 Messages

  • Smith Westerns - Dye It Blonde 2 février 2011 12:29, par Spiroid

    Effectivement, musicalement c’est assez convenu voire cliché, mais pour une raison que j’ignore, ça prend vraiment bien, et cet album résiste mieux que prévu aux écoutes répétées. Je l’écoute de temps en temps, et ça me fait toujours plaisir. Mais j’ai vraiment du mal à l’expliquer, je dirais bien que c’est la spontanéité avec laquelle c’est fait, mais j’dis ça à chaque fois alors...

    repondre message

  • Smith Westerns - Dye It Blonde 11 mai 2011 16:38

    pas mal cette chronique name droping,
    après le fond est assez puant, ce disque est plus que plaisant et les références que tu y associes sont assez incroyables,
    amis du narcissisme qui se lit écrire (transposition de s’écouter parler) bonjour ! (mescritiques.be, rien que ça, lol)

    repondre message

  • Iggy Pop – Every Loser

    Le fun perçu est une des mesures les plus pertinentes pur évaluer un album d’Iggy Pop. Si on l’a croisé récemment aux côtés de Catherine Graindorge, il revient avec un Every Loser qui convoque logiquement une belle pelletée de connaissances du rock ‘n roll (Duff McKagan de Guns ‘n Roses, Stone Gossard de Pearl Jam, Dave Navaro et Eric Avery de Jane’s Addiction’s, Chad Smith des Red Hot Chili Peppers et (...)

  • The Poison Arrows - War Regards

    Un lapsus peut vous propulser dans l’actualité. Un émail signé War Regards à la place du Warm Regards donne à cet album du groupe de Chicago un air de prémonition inévitable.
    Il est étrange de pénétrer l’univers d’un groupe à travers des remixes. Ceux-ci ayant plu, il semblait logique de reprendre le fil de leur discographie. On découvre en tout cas une musique dénuée de l’électronique des remixes, au (...)

  • Foo fighters - Wasting Light

    Sortie du désert.
    Bien que n’ayant pas écouté un album entier des Foo Fighters depuis quelques années, je dois bien avouer avoir une certaine sympathie pour Dave Grohl. Ce mec est cool, point barre. De clips décalés en prestations explosives, en passant par des interviews dans lesquelles le côté relax du bonhomme transpire, Dave s’est construit un des plus gros capital sympathie du monde du rock. Et (...)

  • Okkervil River - I’m Very Far

    Loin loin
    On aimerait ne pas en déduire une tendance de l’année, ne pas sombrer dans la sinistrose et se dire que ce n’est pas une fatalité de livrer des albums en 2011 qui sont inférieurs à leu prédécesseurs. Heureusement, il y a The Antlers et Fleet Foxes qui viendront contredire cette assertion que vient confirmer Okkervil River. Il faut parfois plein de mots pour dire que I’m Very Far est moins (...)

  • Piles - Una Volta

    Il y a des noms qui n’évoquent guère avant qu’on ne les croise dans des projets emballants à très courts intervalles. Ce projet à trois batteurs, Guigou Chevenier, Michel Deltruc et Anthony Laguerre se place en effet dans le sillage du Club Cactus dont on vous a parlé récemment. D’autant plus que le dernier nommé est membre des deux formations et de Filiamotsa. Mais à l’inverse des deux autres groupes, (...)

  • The Defigureheads - Chaos and Cosmos

    Si les noms de groupe issus de chansons célèbres sont légion (de dEUS à Radiohead en passant par Sisters of Mercy), je ne parierais pas que The Defigureheads fasse référence au légendaire album de The Cure. Parce que le genre pratiqué est un rock très teinté par les années ’70. Donc ce n’est l’originalité qui prime mais la compétence et la passion. Et sur ces deux fronts, le trio français répond à (...)

  • Björk - Biophilia

    J’aime, j’aime la vie
    Dans la musique de Björk, il a toujours été question de recherche : la quête d’un équilibre parfait entre sa soif d’explorations sonores et son profond enracinement pop. Comme les deux facettes d’une personnalité schizophrène, tantôt la chanteuse a-t-elle gardé les pieds sur terre, tantôt s’est-elle laissé dominer par ses délires visionnaires. Et si sa discographie, toujours (...)

  • Blanck Mass - Blanck Mass

    Dans « abscons », il y a « abs »
    Soyons fou et allons loin dans l’intime. Juste entre nous, j’ai un aveu à vous faire, un gros défaut à confesser : j’ai horreur d’attendre. Faire la file, tout ça... pouah ! Très peu pour moi : c’en est maladif. Vous allez me dire que dans le domaine de la production musicale, il faut justement savoir se montrer patient : sentir poindre l’excitation en attendant la sortie (...)