Accueil > Musique > 2011 > Oh No Oh My - People Problems

Oh No Oh My - People Problems

samedi 29 janvier 2011, par Laurent

Bien huilé


« I try hard not to repeat myself but I’m drawing circles in my mind. » Voilà peut-être comment, sur Circles & Carousels, Greg Barkley cherche à se justifier d’écrire indéfiniment la même chanson. Mais que cette chanson est bien écrite ! Teintée à la fois d’un tendre vague à l’âme et d’une fraîche énergie juvénile, cette plume-là doit autant à l’évidence claudicante de Clap Your Hands Say Yeah qu’au peps mélancolique d’un Ben Folds. Du coup, le groupe sonne comme maints autres héritiers de cette indie-pop gentiment geek, parmi pléthore de noms aussi méconnus tels que Winter Gloves, Harlem Shakes, et à vous de compléter à l’envi.

J’avais sagement pris mes distances avec cette frange d’universitaires nasillards qui pratiquent leur rock comme on s’investit dans un kot à projet, constatant sans révisionnisme déplacé qu’ils ne constitueraient jamais qu’un détail de l’histoire du genre. Cependant, au détour de l’un ou l’autre excellent album (celui des Suckers par exemple), j’apprenais à me réconcilier avec mes vieux amis. D’autant qu’Oh No Oh My avaient laissé derrière eux le souvenir d’un premier album pétillant et d’un de ces morceaux parfaits pour animer les fins de barbecues arrosés (The Party Punch, tout un programme).

C’est donc avec un certain plaisir qu’on retrouve le quartette de Nashville avec des prétentions plus affirmées et une poignée de bonnes chansons pour les soutenir. Presque à tous les coups, on retrouve leur formule miracle : introduction acoustique, présentation de la rythmique et de discrètes programmations, des couplets souvent assez contagieux pour pouvoir se passer d’un vrai refrain, et une chute savamment amenée pour rehausser le tout. De manière heureuse, plusieurs morceaux parviennent néanmoins à se distinguer en proposant de légères variations à ce qui constitue, du reste, une mécanique bien huilée.

C’est ainsi que Walking Into Me tient la route avec un son de synthé plus ringard que les mœurs devraient l’autoriser ; que Brains a des accents de générique de série signé Mike Post ; que quelques arrangements soignés font résonner ici une trompette (Again and Again), là un mélodica (Not the One) ou encore, à diverses reprises, un quatuor à cordes (I Don’t Know, entre autres). Ailleurs, Oh No Oh My se plaît régulièrement à surfer sur la vague du revivalisme seventies tel que l’ont envisagé les New Pornographers (You Were Right, No Time for Talk), sans jamais négliger de miser gros sur le gimmick imparable, la mélodie instantanée à fredonner sous la douche.

On apprécie surtout quand, plus finauds, les Texans s’essayent à une certaine élégance anglaise très fin de siècle (Dodgy, quelqu’un ?), que ce soit en moins de deux minutes (So I Took You) ou, mieux encore, en prenant leur temps (Should Not Have Come to This). C’est pourtant sur la longueur que Summerdays s’avère être le maillon faible de l’ensemble, ce qui, pour un titre de clôture, n’est jamais très enviable. Mince accroc ; en repensant encore il y a peu aux différents classements de fin d’année livrés dans les commentaires par nos visiteurs réguliers, il m’est apparu assez clairement que ce deuxième album d’Oh No Oh My devrait les séduire à plus d’un titre. Une fois descendus du carrousel, vous me direz quoi.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)