Accueil > Musique > 2011 > Deerhoof - Deerhoof vs. Evil

Deerhoof - Deerhoof vs. Evil

mardi 8 février 2011, par Laurent

Hello Kitty


Si le genre n’existe pas encore, il est plus que temps de l’inventer : celui du rock blanc à chanteuse d’origine japonaise. D’Asobi Seksu à Blonde Redhead, de Nedry à Little Dragon, on ne compte plus ces formations qui immergent leurs sonorités tapageuses dans les brumes d’un organe tendrement mutin, furieusement rêveur. À croire que ce cliché de la jeune Tokyoïte en tenue d’écolière, capable – à force de gloussements et de bonds extatiques – de masquer les pires horreurs sous un ruban rose bonbon, ne connaît meilleure illustration qu’en se confrontant à la musique occidentale. On ne s’étonnera donc plus qu’il ait la vie si dure, ni que Deerhoof et sa vocaliste Satomi Matsuzaki continuent de l’entretenir avec un sens si prononcé du contraste.

Deerhoof, c’est d’abord cette découverte faite il y a un lustre à Amsterdam, en première partie d’un concert de Radiohead – un conseil : ne jamais rater les premières parties de Radiohead. On se souvient de ce batteur fou, marquant des rythmes parfaitement absurdes, de ce guitariste savamment à contre-temps, et bien sûr de cette petite créature au chant tantôt puéril, tantôt hurlant ses haïkus tout en malmenant sa basse. En bref, une expérience suffisamment insolite pour confirmer à Deerhoof son statut de charmant ovni dont les albums, à rebours de l’aventure, se révélaient d’efficaces antidotes à la morosité. Cela n’a pas empêché leur discographie de s’orienter, par la suite, vers des horizons de moins en moins cabossés.

Revoici donc les délurés San Franciscains, annonçant fièrement leur lutte contre le mal comme un trio de chevaliers galactiques menés par une peluche Hello Kitty. À qui s’adressent ces résolutions belliqueuses ? À l’industrie du disque et son armée de clones, que Deerhoof s’apprête à terrasser à coups de mélodies tordues ? Aux méchants robots de la bienséance musicale, auxquels le groupe va confronter son insoumission magnifique ? Au confluent de ces nobles combats, Deerhoof semble surtout décidé à vaincre toute résistance à son art insolite de la séduction. Plus accessible que jamais, “Deerhoof vs. Evil” exploite par moments une veine dream-pop jamais exempte de trouvailles et d’expérimentation, mais bien moins encline qu’autrefois à se regarder niaisement le nombril.

Est-ce là la principale force de ce, disons, septième opus, ou sa première faiblesse ? Toujours est-il que, chanté ou non en catalan (Qui Dorm Només Somia, premier titre manifeste), le rock très aéré de Deerhoof ressemble de plus en plus à une auberge espagnole. Des titres tels que Behold a Marvel in the Darkness ou Hey I Can rappellent d’ailleurs franchement les ravissants Ibères de Klaus & Kinski, et on aurait bien imaginé le disque enregistré dans la péninsule s’il n’était, une fois de plus, le fruit de bidouillages au fin fond d’un garage. Par ailleurs le propos se fait fort de ne pas brouiller les anciens repères, en convoquant les habituelles ficelles noise héritées d’une lointaine jeunesse sonique (The Merry Barracks, I Did Crimes for You).

Mais le glaçage fait aujourd’hui partie intégrante de la recette, et chaque part du gâteau renferme sa dose de ganache, des fantaisies surannées (Super Duper Rescue Heads !, Secret Mobilization) aux capsules psychédéliques pas si éloignées de la Go ! Team (Let’s Dance the Jet). Toujours aussi déjantée et ambitieuse derrière ses airs de ne pas y toucher, la musique du désormais quartette – depuis “Offend Maggie” et ses premiers clins d’œil au grand public – reste pourtant une drôle d’affaire, une escapade acidulée aussi fraîche que secouante (Almost Everyone Almost Always, vrai concentré de mal de mer). Deerhoof aura-t-il gagné la bataille contre ses propres démons ? À entendre le groupe perpétuer sa démence, c’est finalement loin d’être sûr.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

3 Messages

  • Evangelista - In Animal Tongue

    Beauté monstrueuse
    Parmi les labels chouchous des amateurs d’indé exigeant, nul doute que la maison canadienne Constellation fait partie des mieux cotées, que ce soit pour sa contribution à l’envol du post-rock ou son intransigeance. Connue – façon de parler – pour être la première artiste allochtone à s’y faire embaucher pour un CDI, Carla Bozulich s’est depuis lancée dans une pléthore de projets dont le plus brillant reste vraisemblablement son groupe phare Evangelista. Une plateforme pour ses envies de (...)

  • Wu Lyf - Go Tell Fire to the Mountain

    Much ado about nothing
    On va tout de suite se calmer. Dans une première moitié de 2011 qui proclame davantage la bonne forme des talents confirmés qu’elle ne révèle de nouvelles têtes essentielles, le premier album de Wu Lyf était attendu comme le messie par une horde de zombies en manque de chair fraîche et prêts à enfoncer des portes (ouvertes) au premier murmure de la hype. Ça, pour sûr, l’énigmatique groupe anglais a su faire le buzz avec une stratégie marketing vieille comme Mylène Farmer : le (...)

  • Faust - Something Dirty

    Canal historique
    Des guitares zèbrent le ciel, le clavier tombe en pluie, une voix perce le brouillard. Vous l’aurez remarqué, la météo n’est pas au beau fixe et les amateurs de cartes postales ne sont pas à la fête. I Lost The Signal propose ainsi pour un blues ralenti et tendu un peu inquiétant par la voix vénéneuse de Géraldine Swayne. Something Dirty ménage d’autres surprises, comme son introduction Tell The Bitch To Go Home qui sonne assez garage., tout en ajoutant suffisamment de bruit pour qu’on (...)

  • Trotz Ensemble - Love Is Strange [Rough Cut]

    Le charme du contre-emploi
    « On appelle une musique expérimentale quand l’expérimentation a raté ». Cette phrase magnifique m’a souvent aidé à appréhender certains groupes qui soumettent à l’écoute des brouillons inaboutis qui n’ont aucun intérêt intrinsèque mais qui peuvent avoir servi de rampe de lancement à des choses plus matures. Mais ici, l’aspect jusqu’au-boutiste est indispensable. Parce que la crainte maladive de prendre l’auditeur à rebrousse-poil peut amener à faire des compromis qui rendent la (...)