Accueil > Musique > 2011 > The Rural Alberta Advantage - Departing

The Rural Alberta Advantage - Departing

mercredi 2 mars 2011, par Marc

Union


Sans qu’on sache trop pourquoi, il y a des évènements qui restent en mémoire sans être intrinsèquement bouleversants. Ainsi, je pourrais dire dans quelles circonstances j’ai découvert The Rural Alberta Advantage. Ce ne sont pas les circonstances en question qui sont importantes (un voyage en train vers un endroit où on a rallongé la Belgique avec des planches), mais la sensation que j’ai eu alors d’écouter un groupe qui venait vraiment de nulle part et qui trouvait sa place immédiatement dans mon intérieur (joliment décoré). Le premier album, surtout avant sa ressortie chez Saddle Creek en 2009, c’était une trace personnelle dans la poudreuse, l’ivresse des terres vierges, ce genre de petit groupe qu’on tente de refiler à tout prix à son entourage (je suis comme ça, désolé pour l’entourage).

Vous aurez aisément compris que je comptais sur ces retrouvailles et je peux dire qu’elles se sont bien déroulées, parce que la liste de ce qui nous avait plu est encore là. On retrouve ainsi cette batterie épileptique qui faisait leur charme, avec des roulements encore plus hystériques sur Stamp. Je sais que c’est un des procédés susceptibles de me séduire, et c’est en connaissance de cause que je me laisse aller.

Ralentis et arrangés de façon plus douce et orchestrale, on aurait une twee-pop que leur sens de la mélodie rendrait bonne. Autant le dire tout de suite, j’espère qu’ils n’évolueront pas dans cette voie, leur mélangé étant unique en l’état, et c’est pour ça qu’on les écoute, qu’on apprécie leur mélange unique. Et puis je ne pense pas qu’on puisse mieux employer cette voix éraillée et nasillarde mais qui tient son rang à chaque fois, plus placide que vraiment énervée, et qui arrive à ménager sur presque chaque morceau un retour au calme pour donner du relief au reste.

Moins flashy que le premier, cet album a la tonalité plus grise ne les rends pas incolores pour autant. Ils n’ont pas cédé à la mode des synthétiseurs et leurs petites touches de piano restent pertinentes. Et puis les groupes qui ne trouvent pas de condition dirimante à l’union de l’énergie et de la mélancolie sont forcément familiers. Par exemple, The Breakup est une brillante illustration de leur nouvelle orientation, arrivant à transmettre un enthousiasme communicatif et un désespoir tenace en une seule prise.

Même s’il y a comme sur le précédent album un ventre mou et qu’ils sonnent parfois comme une démo (Good Night), ils arrivent à en sortir par le haut, avec le plus posé mais plus puissant mal nommé Muscle Relaxants)

Ce qui nous faut de temps en temps, c’est un groupe qui nous fournit nos pastilles d’énergie dont on a besoin. Ces sympathiques canadiens nous les servent enrobées d’une mélancolie enlevée et n’ont pas de posologie qui en limite la consommation. Ils ont donc confirmé après leur premier album qu’ils restaient une des formations les plus attachantes qui soient. Il ne leur reste plus qu’une chose à faire pour entériner cette seconde réussite : pointer le bout de leur nez de ce côté-ci de l’Atlantique.

http://www.theraa.com/
L’avis du Mmarsupilami

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

11 Messages

  • The Rural Alberta Advantage - Departing 2 mars 2011 10:52, par Mmarsupilami

    Je cherche l’histoire des planches...
    Ce sont les passerelles des Fagnes ?
    L’estacade à Ostende ?
     ;-D

    Comme tu as eu la gentillesse de lier vers le bien que j’en dis, je me tais ici ! ;-)

    repondre message

  • The Rural Alberta Advantage - Departing 2 mars 2011 11:26, par Benjamin F

    Et bien double-critique du coup aujourd’hui pour nous où l’on partage cette notion d’attachement :)

    repondre message

    • The Rural Alberta Advantage - Departing 2 mars 2011 18:59, par Marc

      @Mmarsupilami :

      L’histoire de planches n’est pas à prendre au sens littéral, surtout que ce n’était pas à une extrémité de notre royaume amitieux... Disons que c’était long en train (surtout avec les retards des trains d’ailleurs), donc que j’ai eu l’occasion de m’attacher...

      lançons le débat bidon : quand un groupe est connu de peu de monde mais qu’il est presque uniformément apprécié, est-ce qu’on peut parler de ’groupe culte’...

      Il y a des dates de concert annoncées aux Pay-Bas, en France et en Allemagne, mais pas en Belgique. Dommage (pour nous)...

      repondre message

  • Une fois habitué à cette voix... en effet très nasillarde, c’est vraiment bon !. L’album précédent "hometowns" a toutefois ma préférence

    repondre message

    • The Rural Alberta Advantage - Departing 4 mars 2011 18:14, par Marc

      La voix (très particulière c’est vrai) n’a jamais été un obstacle pour moi. Evidemment, le premier album reste le préféré, mais ils ont maintenu le cap et sorti un bon second album, ce que tout le monde n’arrive pas à faire...

      repondre message

      • The Rural Alberta Advantage - Departing 5 mars 2011 11:39, par allow

        Tout à fait d’accord Marc et maintenant que je m’y suis fait, je n’imagine même plus une autre voix sur cette musique là !

        repondre message

        • The Rural Alberta Advantage - Departing 12 mars 2011 18:12, par Mathusalem

          Ouf, j’ai eu peur !...J’avais beaucoup aimé le premier album, en grande partie pour la naïveté juvénile, la production basique, cette impression de pénétrer dans le grenier d’un ranch perdu dans les forêts de l’Alberta afin de les voir enregistrer sur un huit-pistes…Etant encore sous le charme de cette satanée batterie mixée aux avant – postes. (Ceux qui ont encore en tête le sublime titammare de « Luciana » ne me contrediront pas)
          J’ai écouté ce deuxième album…Et en ressors ravi !
          J’étais pourtant persuadé qu’ils ne résisteraient pas à l’appel de la surcharge, de la grandiloquence. Dans le genre « Un peu de Steel Guitar par-ci, une touche de Fender-Rhodes par là, un soupçon de violon »…
          Hé bien non, rien de tout cela…
          Il y a des moments où la continuité dans la simplicité s’avère profitable…
          Agrémenté de quelques charges épiques (« Stamp » entre autres), dont les chœurs féminins pourraient faire songer un instant à une autre bande de canadiens, nettement plus connus ceux-là, cet album continue à suinter l’enthousiasme simple des choses faites avec le cœur…
          Ca sent encore bon la cabane au Canada…. Et c’est très bien comme ça.
          Dommage qu’ils ne tournent pas par chez nous…Je les imagine bien à Dour tiens…
          En tout cas, si c’était le cas, j’y serais sans faute… Et, dans la mesure su possible près de la batterie…Juste pour voir ce que donne l’hyperactivité en matière de percussions !
          Bonjour chez vous…

          repondre message

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)

  • Spencer Krug - Fading Graffiti

    Un premier album solo de Spencer Krug sous son nom propre. C’est étrange que ce soit la première fois. Parce qu’on le connaît depuis longtemps, qu’on relaie la bonne parole du Canadien sous toutes ses incarnations avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lakeet Moonface, avec ou sans Siinai. Avec les concerts, ce sont 19 articles sur ce site. Bref, Spencer est une vieille et très chère connaissance.
    On est donc en terrain connu même si ce qu’on entend sur ce Fading Graffiti n’est pas identique à (...)

  • Islands - Islomania

    Peu de groupes ont su se forger une place privilégiée dans nos oreilles comme Islands. On a accroché tout de suite le wagon, dès leur premier album, sans connaître les Unicorns. Outre la bonne surprise de leur retour inespéré, il y a eu cette magie du bon album écouté au bon moment. Cet état de grâce n’a pas été constaté à chaque fois mais il a bien eu lieu.
    La formation canadienne a toujours su imposer une coloration à chaque album sans jamais se dénaturer, au point de pouvoir livrer simultanément deux (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Jawhar - Tasweerah

    Un Nick Drake des sables, c’est ainsi qu’on nous l’avait présenté, c’est ainsi qu’on l’avait aimé. Mais Jawhar est un artiste, de ceux qui rechignent à se cantonner à un procédé, aussi riche soit-il. Et ce quatrième album s’éloigne sensiblement de cette référence de base. Pas par caprice, c’est tout simplement un effet secondaire de son évolution.
    L’emploi de la langue arabe est toujours un marqueur fort de la musique du Belgo-Tunisien. Evidemment l’anglais ne peut que fonctionner vu les genres pratiqués (Born (...)