Accueil > Critiques > 2011

Nox - Freaks

mercredi 23 mars 2011, par marc

Vu du ciel


Une bonne mémoire et une montre, ce sont deux choses qui rendent service au scribouillard musical que nous sommes. C’est ce qui permet de retenir le souvenir d’un bon concert en première partie. C’était lors de la soirée du label Depot 214 (Cecilia::Eyes) chez qui ils sortent leur second album.

La musique instrumentale d’une manière générale est plus rétive à la critique, où du moins c’est ainsi que je l’appréhende. C’est particulièrement vrai pour cet album qui fait la part belle aux climats. Il serait facile de faire référence à la météo. Trop facile sans doute, c’est pourquoi je vais le faire, puisque que trouve que c’est une musique où on regarde passer les nuages, parce qu’un ciel bleu serein, ce n’est pas ce qu’il y a de plus intéressant à admirer ou à photographier.

Certains morceaux sont plus spectaculaires, mais plusieurs installent une ambiance trouble et légèrement tourmentée sans chercher la montée qui tue. Nox ne cherche pas à donner à tout prix une rampe de lancement à une hypothétique montée. C’est pourquoi on ne parlera pas de post-rock. Et s’il est difficile pour moi de ne pas évoquer Godspeed You ! Black Emperor, les plaisirs sont différents puisque l’attente (parfois très longue) d’un paroxysme terrifiant chez les Canadiens fait place ici à un climat installé par une structure assez claire, avec des passages soutenus par une rythmique. C’est ce qui rend le languide The Monsoon tellement gratifiant. Fait amusant, Monsoon est aussi un groupe où officie aussi la violoniste Catherine Graindorge.

C’est évidemment le violon qui monopolise l’attention, et le moins qu’on puisse dire est qu’il est à la hauteur de la tâche. Moins purement mélodique que chez un Yann Tiersen, il se combine en stries aux percussions pour une combinaison souvent gagnante. Il y a bien des voix, qui me renvoient à Jack (Doppler Effect et son intrigant Strange How country music/Reminded her of Egypt)

Prenante sans être emphatique, la musique de Nox dégage une classe certaine. J’ai été accompagné longtemps par cette musique qui se regarde le nez en l’air plutôt que dans le guidon.

http://www.myspace.com/noxtrio/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Mono – Oath

    Ce qui est rare est précieux. Et dans un contexte musical où le post-rock se raréfie, les plaisirs que confèrent une formation comme Mono ne sont pas reproductibes par d’autres genres et deviennent d’autant plus précieux. Mais cette rareté ne confère pas pour autant le statut de chef-d’œuvre au moindre album du genre, loin s’en faut même.
    Une fois ces généralisations balancées, penchons-nous sur le cas (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Midas Fall - Cold Waves Divide Us

    Il ne nous est jamais arrivé de penser qu’une voix manquait à des morceaux. Même quand Albin de la Simone a jeté sur un album instrumental ce qui est devenu plus tard de ’vraies’ chansons, l’élément vocal ne semblait pas indispensable. Dans le cas de Midas Fall par contre, le chant a toujours semblé de trop, redondant par rapport à la majesté du post-rock qui l’entoure. On aborde donc cet album en (...)

  • Asia – Le Temps d’Aller Mieux (EP)

    A l’époque d’un premier album aux teintes folk en anglais qui nous avait beaucoup plu, quelques morceaux sortis discrètement (ou pas officiellement) avaient ouvert la voie vers la langue maternelle de la jeune Bruxelloise. On en avait brièvement parléd’ailleurs, manifestant une curiosité certaine. Le résultat est maintenant là, et on peut déjà dire qu’il plait aussi.
    Comme souvent, le changement de (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Chaton Laveur - Etat Sauvage

    Parfois il faut de la flexibilité mentale pour réconcilier des concepts. D’un côté on a un nom vraiment amusant mais improbable et une goutte d’eau qui poursuit un promeneur. De l’autre une musique qui revendique à juste titre une étiquette kraut-pop.
    Julie Odeurs et Pierre Lechien profitent donc de cette base solide qui permet la fantaisie par ailleurs. Laquelle peut s’exprime à travers des (...)