Accueil > Musique > 2011 > Explosions In The Sky - Take Care, Take Care, Take Care

Explosions In The Sky - Take Care, Take Care, Take Care

vendredi 22 avril 2011, par Marc

pif paf in the sky


Les héros seraient-ils fatigués ? Après un Mogwai en petite forme, ce sont les Texans qui nous soumettent un Take Care Take Care Take Care en bien petite condition. Du précédent album, on pouvait conclure qu’un morceau sur deux était emballant. J’ai quand même la furieuse impression que peu des six (une quantité classique pour eux) figurant ici ne peut prétendre rivaliser avec ce qui n’était déjà pas un sommet de leur discographie. La déception ne vient pas d’une variation sur un style qu’on appréciait mais du manque d’étincelle alors que le style, lui, n’a pratiquement pas changé.

Le style d’Explosions In The Sky reste donc immédiatement identifiable, très mélodique et rempli d’arpèges lacrymaux et de guitares un peu stridentes. On pourrait penser que ces deux considérations sont dédaigneuses, mais c’est une des définitions de leurs paroxysmes, de ces moments irrésistibles qu’on ne se lassait pas d’attendre. Ces instants-là, ces vagues successives qui viennent se briser sur la grève de The Moon Is Down ne jouaient pas nécessairement sur la dynamique du bruit, sur une brusque distorsion mais sur des arpèges qui claquent ou un sens mélodique très rare.

Si ces définitions sont au passé, c’est qu’il en est nettement moins question ici. Par exemple, Be Comfortable ne décolle jamais, mais ne sert pas non plus d’atterrissage au morceau précédent. On attendra en vain l’embrasement. Dans ce contexte, un Postcard From 1952 prend un certain relief. C’est en tous cas le morceau le plus recommandable.

Il est peut être inopportun d’emprunter un champ lexical martial, mais au lieu d’être un théâtre d’opérations grandiose dont on ressort un peu meurtri (Those Who Tell the Truth Shall Die, Those Who Tell the Truth Shall Live Forever), Take Care (3x) est un combat de basse intensité, une guérilla. Mais le manque d’action ne doit pas masquer le fait que l’album glisse d’une traite sans déplaisir, et que je n’en ai jamais interrompu l’écoute.

Comme après tout album d’un groupe qu’on aime en demi-teinte, on est partagés entre la satisfaction d’avoir écouté à haute dose une musique agréable tout en se disant qu’on n’aurait sans doute pas accordé tant de crédit à une formation débutante. C’est donc un album un peu en roue libre, d’un groupe sans doute en panne d’étincelle mais qui mise sur son savoir-faire pour se rappeler à notre bon souvenir. Même s’ils sont dans un jour sans, pas trop en forme à cause du boulot, on retrouve certains copains avec plaisir. C’est encore le cas avec les Texans qui bénéficient d’une forte sympathie pour que cet album en quart de teinte n’énerve jamais.

http://www.explosionsinthesky.com/
Mmarsupilami est aussi heureusement déçu

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

6 Messages

  • Salut ici,
    Pas d’accord avec vous sur tous les points. On ne peut raisonnablement espérer d’un groupe qu’il se réinvente à chaque album. Et acceptant ce postulat, je ne peux que m’incliner devant la richesse de cet album. D’accord, ce n’est pas une surprise. Juste un très bon album de plus. Pas si mal !
    Mes impressions sur la bête sont sur www.goldsoundz.be

    repondre message

    • Tiens, j’ai essayé de poster un commentaire sur ton site mais ça n’a pas marché...

      On ne demande évidemment pas à un groupe de se réinventer à chaque fois, surtout quand ils ont une forte personnalité comme ici. Mais comme avec le très plat dernier Mogwai, on a l’impression d’une redite en moins bien. Des groupes qui étaient dans leur sillage comme This Will Destroy You poussent le principe et le son beaucoup plus loin (on en reparle bientôt).

      Ceci dit, ça reste un album agréable, mais bon, on parle d’Explosions In The Sky quoi...

      A bientôt dites

      repondre message

      • Tiens, j’ai essayé de poster un commentaire sur ton site mais ça n’a pas marché...
        C’est normal, on va peut-être changé ça, ou pas...

        Je vais écouter le nouvel arrivage de This Will Dstroy You à l’occasion et peut-être me rendre compte que je suis trop indulgent avec les derniers Mogwai et EITS. Même si la retenue observée par moments sur Take Care³ est pour moi tout aussi salutaire qu’un xième enchaînement loud/quiet/loud sans surprise.

        Même si je comprends que l’on peut ne pas trop s’y retrouver.
        Au plaisir

        repondre message

  • je suis un fan de la premiere heure et NON ce n est pas un album en demi teinte
    il est splendide et explose comme il faut
    cest du explosions in the sky à la mode the rescue avec une petite teinte de l album précédent
    c est un bon album, je l ecoute depuis trois jours et je men lasse pas
    idem pour le dernier MOGWAI il faut l ecouter beaucoup pour vraiment l apprécier comme il se doit !!!

    repondre message

    • On peut constater que les gens qui n’ont pas été déçus par Mogwai sont aussi très satisfaits de l’Explosions In The Sky. ce qui pourrait vouloir dire que c’est au niveau des attentes que les opinions divergent. Je ne les ai pas ressentis comme de mauvais albums, loin s’en faut, et je les ai tous les deux écoutés souvent, mais j’ai moins frissonné que par le passé...

      repondre message

      • Ma foi, je suis d’accord avec la critique. Je n’ai pas trouvé l’album transcendant, même si pas mauvais non plus : on est très loin de Those who tell the truth, et je pense aussi qu’un peu de renouvellement ne ferait pas de mal. EITS m’a procuré parmi mes plus grands frissons musicaux (Have You Passed Through This Night...) et je suis déçu d’avoir eu affaire a un album si peu ambitieux.

        Et je suis d’accord aussi pour dire que décidemment, nombreux sont les gens à avoir apprécié cet album ET le dernier de Mogwai (et inversement). J’ai détesté Hardcore, hormit la formidable et gigantesque piste intitulée Rano Pano. D’autant plus que, bizarrement, j’avais adoré The Hawk is howling (Scotland Shame...) à l’inverse de la majorité des critiques... Comme quoi, selon les attentes et les goûts, les avis peuvent énormément diverger (sans blague ? oui j’aime enfoncer des portes déjà grandes ouvertes avec des constats ultra-subversifs)

        Je fonce écouter le dernier This Will Destroy You, j’étais pas au courant qu’ils nous avaient pondu un nouvel album ! Merci pour l’information !

        (J’aime beaucoup le site)

        repondre message

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)

  • Cecilia::Eyes - Sore Memories Always End

    L’évolution est une notion compliquée à adopter pour un artiste. Il faut la découpler de celle du progrès d’ailleurs. Après sept ans d’absence discographique, l’envie est sans doute grande de reprendre les choses où elles en étaient, mais pas tout-à-fait. Ce qui est manifeste aussi, c’est que la formation hennuyère avait des choses à dire puisque cet album a une durée qui devient inhabituelle (75 minutes).
    Il y avait déjà eu des voix sur des versions alternatives de leurs titres et on sentait à l’époque (...)