Accueil > Critiques > 2011

The Dodos - No Color

lundi 18 avril 2011, par Marc


Dans le petit monde indie, où les gens se connaissent par blog interposé et parle plus ou moins de la même chose, The Dodos est depuis ses débuts un de ces groupes célèbres pour une minorité. Cette blogosphère a en effet très vite reconnu ce duo devenu trio grâce à quelques morceaux très plaisants qui ont précédé leur premier album et quelques prestations vraiment formidables. J’ai assisté à un de ces grands moments au Pukkelpop, où un groupe qu’on trouve sympa arrive à mettre à genoux une petite foule de curieux.

The Dodos sur album, c’est un peu différent. Parce que les deux ingrédients principaux, une guitare très sèche et une batterie qui martèle, semblent plus monotones une fois que la performance est enregistrée. On retrouve donc ce groupe où ils nous avaient laissés avec Time To Die. On peut certes noter une évolution, un retour à une forme plus directe, plus proche de Visiter. Mais il faut bien l’avouer, quand on prend un peu de recul, ce sont trois albums qu’on prend ensemble ou qu’on rejette d’un bloc (quoique cette dernière réaction soir rare).

Le premier album était intéressant parce qu’il ne ressemblait à rien d’autre. Le second était moins intéressant parce qu’il ressemblait fort au premier et le troisième pourrait ne pas être intéressant parce qu’il épuise les recettes des deux premiers. Mais l’intérêt intrinsèque n’explique pas tout. On dirait qu’on a signé un chèque de sympathie en blanc à ce groupe. Tout ce qu’on leur demande dès lors, c’est de ne pas nous décevoir, de rester fidèles à eux-mêmes. Et ici, on peut dérouler la check-list, rien ne manque, y compris les petites touches de différences qui nous empêchent de penser qu’ils tournent trop en rond.

Les mélodies sont toujours présentes, mais basées sur une scansion minimale, ce qui empêche une certaine variété. De plus, ce qui est surprenant, c’est leur habituelle manie d’étirer leurs morceaux, contraste avec leur relative aridité. Laquelle n’est pas incompatible avec la fête. Going Under est par exemple plein d’allant, mais l’effet sur moi est depuis toujours un peu d’usure. Ils introduisent aussi un peu de distorsion (When Will You Go ?) et une guitare qui se fait plaisir sur Don’t Try And Hide It. Comme sur leurs précédentes livraisons, il y a quelques surgissements, où leur style s’incarne en de meilleurs morceaux. Cette fois, c’est Companions et son violon qui semble le mieux construit, et emporte le plus facilement l’adhésion.

Le quatrième album des Dodos ressemble à leurs précédents. Pour ceux qui comme moi trouvent ça très sympa mais pas fondamentalement génial, il n’y a aucune raison de bouder ce No Color si les précédents ont plu.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Modus Pitch - Polyism

    Quand on découvre un artiste, il est bon d’avoir quelques références. Ici, des collaborations avec Get Well Soon ou Modeselektor, une participation au formidable projet White Wine de Joe Haege et surtout la présence de P.A Hülsenbeck (remarquable artiste en solo ou avec Jüngstotter) viennent à la fois rassurer et attiser l’attente.
    Avec un pied définitivement dans le jazz (cinématique Drive) et (...)

  • Bazooka - Κάπου Αλλού (Kapou Allou)

    Non, la source d’artistes grecs ne s’est pas tarie, elle a même l’air de reprendre. On l’avoue, l’envie de s’enquiller un album en Grec n’est pas la proposition la plus sexy sur le papier. Si vous avez ce genre de réticence, sachez que vous pouvez l’oublier, elle disparaitra sans doute après quelques secondes.
    Bazooka pratique donc sa langue, mais pour être complètement honnêtes, c’est carrément (...)

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de (...)