Accueil > Musique > 2011 > The Kills - Blood Pressures

The Kills - Blood Pressures

jeudi 7 avril 2011, par Fred, Marc

Gros chat


Les félins courent à tout berzingue dans la savane derrière des proies qui n’ont pas une chance d’en réchapper mais ce sont aussi de gros chats qui aiment paresser au soleil entre deux chasses. The Kills dégageaient une certaine odeur de danger, et une fois cet aspect envolé, il reste un félin d’intérieur, apprivoisé, idéal pour le cocooning mais pas pour les reportages frissonnants du National Geographic. Ce n’est pas un constat d’échec, mais l’observation d’une lente mutation.

Le premier morceau est ainsi engageant mais est quand même éloigné de l’aspect râpeux des premières productions, qu’on retrouve un peu dès The Heart Is A Beating Drum (qui fait du bien par où il passe). On pouvait le pressentir à l’écoute de Midnight Boom, cet équilibre était atteint et allait basculer. Pour beaucoup, tout était déjà trop policé et le basculement déjà opéré.

Ils arrivent à se faire oublier sur quelques titres, mais ce décrochage n’est pas habituel chez eux. Il arrivait d’être éprouvé, mais pas de laisser filer son attention. Ainsi j’ai eu du mal à me passionner pour un Nail In My Coffin (charmante attention au passage). Et puis c’est sans doute l’expérience de The Dead Weather qui me dicte ça, mais on sent ça et là la patte du gros son des White Stripes (Satellite). Une fois passée cette surprise sur le traitement général, on devra encore une fois reconnaître leur talent pour la composition, qui restent directes et efficaces. De toute façon, avec des arrangements aussi ténus, il serait difficile de cacher des compos approximatives. Et puis, The Kills arrive aussi à faire évoluer leur sonorité avec quelques trouvailles (la guitare de Baby Say, le beat de Heart is a beating drum).

Alison a quand même une sacrée voix, ce qu’on découvre d’autant mieux que la fureur et le ronflement des guitares la masquent moins. Ce n’est pas dans l’exercice de la conjugaison avec un clavier qu’on l’apprécie le mieux, mais elle s’en sort haut la main (The Last Goodbye qu’on aurait bien vu en final). Il y a du violon, ce qui semblerait marquer un passage de la ligne jaune (ou saut du requin pour ceux à qui ça évoque quelque chose). Il faut donc s’abstraire du contexte d’un album des Kills pour pouvoir l’apprécier. Mais avec un peu de recul, c’est peut-être une voie à explorer. Il n’en reste pas moins qu’à priori, ce n’est pas ça qu’on vient chercher dans un de leurs albums et c’est sans doute ce qui rebutera leurs fans, surtout ceux qui les suivent depuis le début.

De même, quand lui chante Wild Charms avec un écho réminiscent du Lennon seventies, on se dit qu’on ne s’est pas déplacé pour ça. Mais cette incartade ne dure qu’une minute 14. Mine de rien, quelques groupes qu’on considérait comme des drogues dures nous ont livré de la limonade récemment. Sucrée et rafraichissante, certes, mais pas addictive. Citons Mogwai, Explosions In The Sky ou The Strokes. Comme pour tous ces groupes, c’est une cote de satisfaction qui masque une baisse de régime.

Ce sont toujours les artistes qui proposent. Et il faut écouter ce qu’ils ont à dire. Ce que nous proposent The Kills, c’est non seulement une discrète évolution, mais la possibilité d’une écoute différente. On voit clairement le sens de l’évolution et c’est sans doute l’étape suivante qui va être déterminante. Parce qu’au final, c’est le public qui suit ou pas, qui ressent la sensualité ou non. Pour notre part, une fois une légère déception passée, il y a assez de bonnes choses pour qu’on attende la suite en ronronnant.

Article Ecrit par Fred, Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • The Kills - Blood Pressure 7 avril 2011 18:21, par Laurent

    J’ai lu l’article tout en me plongeant dans ma première écoute. Impression intéressante. Très bien vu, l’influence (inconsciente ?) du son labellisé Jack White sur Satellite ! Dans l’ensemble, je fais partie de ceux qui trouvent que le terrain avait été bien préparé déjà pour la mutation. Du coup, pas vraiment une déception pour moi.

    repondre message

  • Bazooka - Κάπου Αλλού (Kapou Allou)

    Non, la source d’artistes grecs ne s’est pas tarie, elle a même l’air de reprendre. On l’avoue, l’envie de s’enquiller un album en Grec n’est pas la proposition la plus sexy sur le papier. Si vous avez ce genre de réticence, sachez que vous pouvez l’oublier, elle disparaitra sans doute après quelques secondes.
    Bazooka pratique donc sa langue, mais pour être complètement honnêtes, c’est carrément secondaire. On ne se lance jamais dans l’exégèse d’artistes anglophones de toute façon. Ce qu’on entend (...)

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)