Accueil > Musique > 2011 > Rafale - Obsessions

Rafale - Obsessions

lundi 2 mai 2011, par Marc

Melting-pot daté


C’est rarement le cas, mais le producteur de ce premier album des Français de Rafale m’est mieux connu que les deux autres protagonistes Julien Henry et Marc Aumont. Arnaud Rebotini est en effet connu aussi bien pour son travail avec Black Strobe que pour ses œuvres solo ; j’avoue être plus familier du groupe, pas toujours d’une subtilité folle, mais qui reste amusant sur scène, où son côté Motöthead electro est à même d’assurer le spectacle. On ne sera donc pas surpris de retrouver (souvent en plus subtil, ce qui n’est pas un exploit en soi) la même énergie exprimée sur un son lourd et menaçant. C’est exactement comme ça que commence cet album en tous cas.

Première constatation, la variété est bien présente, à tel point qu’on les sent très soucieux de couvrir le spectre le plus large possible. Ce qui nous amène logiquement à préférer certains morceaux à d’autres tout simplement parce que le style nous parle plus. Mais ce n’est pas un passage en revue exhaustif, vu que beaucoup des tendances actuelles (le dubstep par exemple) ne sont pas abordés, pour privilégier quelques sons plus datés.

Rafale est sans doute en ordre de cotisation auprès de la FFD (Fédération Française de Distorsion), ce qui nous vaut un Life In Mono d’une subtilité toute relative mais qui n’a pas été testé par nos soins dans des conditions d’utilisation réelles (c’est-à-dire sur un dancefloor pas trop tôt et pas trop à jeun non plus). On retrouve donc une veine Ed Banger qu’on pensait éteinte, de même qu’un soupçon de revival electroclash (Revival ou L’Animal), quand on ne rappelle pas carrément l’Italo-disco à notre bon souvenir sur Endless Disco. Mais le tout est passé à leur sauce, donc plutôt puissant et lourd. D’une manière générale, il faut dont aimer le spectaculaire, la pyrotechnie et la puissance.

Cette matrice peut se teinter de trance Everglades, mais personnellement, dans le genre, ma préférence va à l’entêtant Never Ever, plus léger et qui semble vouloir faire revivre l’allant de certains Underworld. a leur crédit, on peut aussi dire qu’insérer des instrumentaux est une bonne idée. Ils permettent en tous cas de ne pas laisser retomber l’ambiance sans forcer à une suite ininterrompue de morceaux sudoripares.

Écouter dans des conditions calmes un album très varié et qui vise le dancefloor n’est pas le meilleur service qu’on puisse rendre au premier album de Rafale. Certains morceaux séduisent vraiment, et l’ensemble ne manque pas de cohérence malgré la versatilité, mais l’impression de déjà-entendu reste un peu trop prégnante vient contrebalancer la cohérence du son de ce disque.

http://rafale.tv/
http://www.myspace.com/rafalemusic

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Marie Davidson - Working Class Woman

    Vous avez peut-être déjà entendu parler de Marie Davidson en tant que moitié du duo darkwave Essaie Pas qui nous plait beaucoup ici. Ceci est son premier album sur Ninja Tune, son quatrième en tout et s’il pourra plaire sans souci aux amateurs de la formation de base, il a suffisamment de spécificité pour s’imposer de lui-même.
    Comme pour Essaie Pas, on est un peu dans la queue de comète electroclash. Avec un accent anglais crédible (et québécois en français, forcément) et qui claque avec une belle (...)

  • DJ Shadow - The Less You Know, the Better

    Au plus que, au mieux que
    « Here we are now at the middle. More and more, I have the feeling that we are getting nowhere. Slowly, we are getting nowhere... and that is a pleasure. » Voilà par quel soliloque DJ Shadow scinde les deux faces de son nouvel album, entre une première moitié relativement déroutante et une seconde nettement plus familière. Décidément insaisissable, Josh Davis n’a jamais commis qu’une véritable faute : celle d’avoir commencé par la fin. “Endtroducing”, ou comment générer (...)

  • Agoria - Impermanence

    La permanence dans le changement
    Sacré Agoria. Capable de tracer des ponts imaginaires entre électro pointue et bidouillage bon enfant (“Blossom”). De convier sur un même album, il y a cinq ans, Princess Superstar et Peter Murphy (“The Green Armchair”). D’enrober un navet avec une bande originale anxiogène et des intentions ambiguës – relever le niveau ou tirer sur l’ambulance (“Go Fast”) ? Bref, un champion du contre-pied, un fervent pratiquant de l’inconstance. Sa philosophie manifeste, à ce stade (...)

  • Robyn - Body Talk parts 1 & 2

    Hypoglycémie
    L’été touche à sa fin et, tout au long de cette torride saison favorable à l’explosion des sens, à l’ivresse et à la sueur épicée, on a trop souvent erré dans les méandres de quelques disques dépressifs – la liste est trop longue – alors que tout aurait dû nous inciter à célébrer une certaine pop hédoniste, taillée pour les rougeurs solaires. C’est que, comme évoqué çà et là, on a longtemps cherché une bande-son digne à la fois de la torpeur des canicules et du goût sucré de la pastèque. Le sucre n’a (...)