Accueil > Critiques > 2011

Im Takt - EP

mardi 5 avril 2011, par marc

Sans paroles


Krautpop. Ce n’est pas moi qui le dis, mais le court texte qui peut faire office de dossier de presse. La formule est jolie, c’est pourquoi je vous la livre. Mais elle n’est pas tout à fait précise pour ce jeune groupe, formé en 2009 et lauréat du tremplin des Jeunes Charrues 2010, qui doit être une sélection préliminaire au très alléchant festival.

La première idée qui m’est venue en tête pour ce rock tendu et festif ressemble un peu à la version instrumentale du premier album de Foals qui a circulé en son temps. On pourrait aussi évoquer les Canadiens d’Holy Fuck. Enfin, vous l’aurez compris, les tenants d’un rock très sudoripare et instrumental, de ceux qui estiment qu’un pied immobile est un pied mort (ou un pied de chaise, mais c’est une autre histoire).

C’est une remarque que je formule rarement, mais pour moi cette musique pourrait fonctionner avec un chanteur. Certains dans un genre connexe s’en passent fort bien et ils faut reconnaître qu’ils ne manquent déjà pas de fièvre (Fat Billy). C’est donc bien moins un point négatif pour moi qu’une question que je me pose

Petit EP de quatre titres, petite carte de visite qu’on garde dans le portefeuille en espérant qu’elle y reste d’ici la sortie d’un ‘vrai’ album, voilà ce qu’est l’offre du jour. Cet échantillon met en appétit, et je m’inscris sur les listes pour une critique de LP.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)

  • Squid - Ô Monolith

    Le post-punk anglais avec morgue est un genre très particulier dans lequel les Londoniens de Squid s’étaient distingués. Il faut dire que ce substrat est utilisé dans tellement de contextes pour tellement de résultats, de Bloc Party à Black Country New Road en passant par Art Brut qu’on peut le décliner de bien des façons.
    Et Squid balaie à lui seul une belle partie du spectre, allant même tutoyer la (...)

  • Bärlin - State of Fear

    Cet imposant album d’un trio lillois nous semble familier sans que ce ne soit exactement identique à quoi que ce soit. Si on tente de retrouver son chemin, on est très vite tentés de s’y perdre pour mieux s’y fondre. Le chant très expressif dès Deer Flight, un peu comme si Patrick Wolf s’était mis au post-punk poisseux et éructait (aboyait même sur Revenge). On y secoue lentement la tête pendant que la (...)

  • Rodolphe Coster and Band – High With The People

    On va être tout à fait honnêtes, on n’avait jamais entendu parler du Bruxellois Rodolphe Coster malgré un parcours visiblement déjà fourni, avec un gros pied dans la musique de danse contemporaine. Mais ce n’est pas le plus important, on a copieusement apprécié cet album immédiatement familier.
    New York est ici un endroit d’enregistrement ici mais aussi un style, avec une forte dose de post-punk (...)