Accueil > Musique > 2011 > Im Takt - EP

Im Takt - EP

mardi 5 avril 2011, par Marc

Sans paroles


Krautpop. Ce n’est pas moi qui le dis, mais le court texte qui peut faire office de dossier de presse. La formule est jolie, c’est pourquoi je vous la livre. Mais elle n’est pas tout à fait précise pour ce jeune groupe, formé en 2009 et lauréat du tremplin des Jeunes Charrues 2010, qui doit être une sélection préliminaire au très alléchant festival.

La première idée qui m’est venue en tête pour ce rock tendu et festif ressemble un peu à la version instrumentale du premier album de Foals qui a circulé en son temps. On pourrait aussi évoquer les Canadiens d’Holy Fuck. Enfin, vous l’aurez compris, les tenants d’un rock très sudoripare et instrumental, de ceux qui estiment qu’un pied immobile est un pied mort (ou un pied de chaise, mais c’est une autre histoire).

C’est une remarque que je formule rarement, mais pour moi cette musique pourrait fonctionner avec un chanteur. Certains dans un genre connexe s’en passent fort bien et ils faut reconnaître qu’ils ne manquent déjà pas de fièvre (Fat Billy). C’est donc bien moins un point négatif pour moi qu’une question que je me pose

Petit EP de quatre titres, petite carte de visite qu’on garde dans le portefeuille en espérant qu’elle y reste d’ici la sortie d’un ‘vrai’ album, voilà ce qu’est l’offre du jour. Cet échantillon met en appétit, et je m’inscris sur les listes pour une critique de LP.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)

  • A Place To Bury Strangers – See Through You

    Comme Animal Collective, A Place To Bury Strangers nous indique que la musique est la rencontre de morceaux et d’un son. Ces morceaux pourraient être traités de façon binaire et être du punk ou du post-punk de consommation courante mais leur traitement en fait autre chose. Alors que toutes les musiques très typées ont tendance à uniformiser leurs représentants, ils ont toujours eu cette propension à se distinguer. Et on a suivi le cours de leur discographie depuis les débuts, même si on a (...)

  • Motorama - Before The Road

    Mine de rien, les Russes de Motorama sont arrivés à trouver un style bien personnel, même si les composantes peuvent se retrouver par ailleurs. On l’avoue, la tentation de reprendre intégralement la critique de Many Nights et de mettre à jour quelques titres de morceaux a été grande. Mais si l’honnêteté nous pousse à réécrire un article, on se doit aussi de préciser que ce qui en a été dit à l’époque s’applique toujours.
    Non, ce n’est pas encore solaire, mais leur façon de distiller de la mélancolie sans (...)

  • I LIKE TRAINS - KOMPROMAT

    Si vous voulez la version courte, ce cinquième album d’I LIKE TRAINS est un des plus percutants de l’année, et ça s’écoute en dessous de l’article. Si vous voulez un peu plus de détail, on peut commencer par un rappel des faits.
    On avait craqué tout de suite pour le groupe de Leeds, pour ce mélange de sons et structures post-rock utilisés dans des morceaux qui reposaient aussi sur la voix de baryton de David Martin. Il y avait ce sens du paroxysme qui vrillait l’âme au casque ou en concert. Il y avait (...)