Accueil > Critiques > 2010

Twin Thousands - Lp

vendredi 25 mars 2011, par marc

Large palette


C’est trop injuste. Evidemment, on sait qu’on se cantonne à quelques genres, qu’on est moins ouverts et versatiles qu’on se plait à le penser, mais quand on découvre un album enthousiasmant qui est passé complètement inaperçu, il pousse des ailes de redresseur de torts. Avec ce corollaire qui vous est peut-être familier à force d’entendre des groupes un peu semblables, chaque découverte (même encourageante) se double d’une pointe de mélancolie.

Sorti en 2010 dans l’indifférence générale, et en version virtuelle seulement, le premier album du groupe de Brooklyn a quand même quelques arguments, comme la présence d’un membre de Cursive ou une collaboration d’un membre moins connu d’Arcade Fire (Kelly Pratt). Cette allusion canadienne va d’ailleurs m’aider à mieux vous présenter Twin Thousands puisque je verrais bien cet album sorti sur Arts And Crafts, le label de Metric, Stars, Land Of Talk ou Broken Social Scene, quelques groupes qui peuvent mêler émotion et son très léché. Avec en sus un petit souffle héroïque (sur Volcano Season et ses cuivres en liberté) venu d’un autre point du Canada (Montréal donc) qui peut donner l’entrain nécessaire au poussage de beuglante qui entame cet album.

Mais ils savent aussi rentrer les griffes, le temps du second Like You A Lot que ne renierait pas Destroyer. Et puis encore élargir leur spectre sur 7 is 8, de l’électronique du début à une intensité prenante en passant par quelques passages noisy. Ce morceau-synthèse est le troisième et on a déjà eu un joli aperçu de l’étendue de leurs possibilités. Donc si tous ces éléments ne sont pas déroutants quand on en fait le détail, la vue d’ensemble peut déconcerter par sa versatilité, qualité qu’on avait déjà identifié chez les Norvégiens d’Harrys Gym. On passera donc d’une pop légère à la Au Revoir Simone qui aurait pris des vitamines (Tailfeather) à quelques belles poussées de fièvre (Fireworks).

Evidemment, elles pourront paraître occasionnellement pompières ces circonvolutions de Twin Thousands et les allergiques au goût de trop passeront un moment difficile. Pour ma part, j’ai beaucoup apprécié cette large palette qui a le bon goût de montrer que quand on possède un don, les façons de l’exploiter sont multiples.

http://www.myspace.com/twinthousands
Bandcamp est sans conteste une des plateformes les plus usitées du moment : http://www.twinthousands.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)