Accueil du site > Musique > 2011 > Cascadeur - The Human Octopus

Cascadeur - The Human Octopus

mardi 26 avril 2011, par Marc

Sensibilité casquée


Un bon album peut commencer par des mauvaises idées. En s’appelant cascadeur et en revêtant un casque, il y a quand même des chances pour que le public cible ne soit pas interpellé de la bonne manière. A moins de tomber sur des fans de rock sensible (il y en a un qui a dit « chochotte » dans le fond, il sort) et Daft Punk. Evidemment, si vous êtes un peu renseignés et au fait de l’activité musicale hexagonale, vous ne vous êtes pas fait prendre. Mais reconnaissons qu’il donne au critique fatigué (c’est moi) le prétexte à des jeux de mots faciles et un peu bidon.

On peut par exemple parler de casque de pompier puisque les références qui arrivent le plus vite au cerveau sont celles de certains Sufjan Stevens. C’est ce qu’on pense assez vite sur Walker (un hommage à Scott ?). Et puis des morceaux comme Waitin tirent du mauvais côté de la corde sensible. Il peut donc se révéler un peu énervant (Memories), surtout si comme moi vous ne succombez pas à un Chris Garneau. Mais ne vous détournez pas tout de suite, au moment de mettre la balance en équilibre, elle penchera plutôt vers la grâce plutôt que vers l’affectation. Antony est évidemment appelé à la rescousse du critique en mal de références (Meaning).

Je ne voudrais pas tomber dans la caricature facile, mais quand une musique peut complètement faire oublier son origine, c’est un côté très positif. Dans ses compatriotes, il est bon de se rappeler qu’il y a des artistes aussi formidables que Sebastien Schuller ou Boy and The Echo Choir. Le dernier morceau avec ses chœurs (plus sympathique que la version originale également présente) y fait d’ailleurs penser, et c’est une évocation qui ne peut que nous faire plaisir.

Une musique pareille se mesure à l’émotion, au talent pur, à l’âme mise à nu. Je voudrais simplement fixer l’enjeu, et sans doute essayer de comprendre pourquoi à partir du même moule certaines choses me touchent et d’autres pas. On peut faire son shopping, prendre ce qu’on préfère mais jamais aucun morceau ne semble hors de propos. Et puis il y a ces moments où on bascule de l’autre côté, où le délicat, en quelques notes, se mue en vraie beauté pure. Your Shadow a cette chance. Highway 01 et sa montée en puissance qui tire certes sur des ficelles connues mais le fait avec grâce. Après un album qui peint avec les mêmes teintes, on remarque que l’attention n’est pas écornée au moment où déboulent ces deux meilleurs moments en toute fin.

On n’écoute pas qu’un album à la fois (enfin, si, mais bon, vous m’avez compris) et la comparaison avec le magnifique King Creosote & Jon Hopkins n’est pas tendre parce qu’on sent plus d’élégie ici, plus de sucre. Tout est relatif bien entendu, et il faut prendre un peu de distance pour que les deux puissent plaire. Il serait dommage que des plaisirs s’annulent, n’est-ce pas ? Il ne faut pas non plus espérer l’album qui renverse, mais un bon album léché, à la sensibilité parfois trop précieuse mais qui livre suffisamment de bons moments pour mériter l’écoute de tout auditeur sensible.

Article écrit par Marc

Share on Facebook

Répondre à cet article

9 Messages de forum

  • Cascadeur - The Human Octopus 26 avril 2011 13:41, par mmarsupilami

    J’étais juste sur le point de l’épingler d’un simple "musique pour nunuches"...
    Bref, sans âme ni corps !
    Je te trouve indulgent !!! _ ;-)

    Répondre à ce message

    • Cascadeur - The Human Octopus 26 avril 2011 13:48, par Marc

      Bah, il y a 2-3 morceaux qui sauvent le tout pour moi. Donc oui, il existe bien bien mieux dans le genre (tous ceux qui sont cités) mais c’est un album agréable quand même. La cote d’alerte n’est clairement pas atteinte pour moi.

      Répondre à ce message

  • Cascadeur - The Human Octopus 27 avril 2011 18:36, par Benjamin F

    Pour ma part, je vais jouer la carte de l’avis extrême et tranché pour me placer du côté de ceux qui le trouvent pourris :) Autant je trouve que ta remarque a du sens pour le Anna Calvi, autant là je pense qu’il n’y a pas besoin d’énormément de mauvaise fois pour trouver ce disque très mauvais (et d’ailleurs je n’ai lu que peu d’avis positifs comparé au Calvi^^)

    Je trouve ainsi que le songwriting est facile et prévisible. Le rendu est très froid et on sent vraiment les ficelles derrières certaines chansons. Ça m’a vraiment fait penser à ces films où l’on va tout faire pour te tirer des larmes en espérant que tu ne vois pas la mécanique et que tu crois qu’il s’agit d’émotion.

    Si je me trompe et qu’il s’agit d’un album sincère, et bien je serai fichtrement passé à côté :)

    Répondre à ce message

    • Cascadeur - The Human Octopus 30 avril 2011 15:51, par Marc

      Bon, on n’est pas complétement d’accord sur ce coup-là. Evidemment il s’agit de ficelles qui sont tirées ici, mais il y a quelques grands morceaux (et pas mal de plus anodin). C’est assez digne dans le genre, même si pas renversant. On n’est pas au niveau d’un Sebastien Schuller évidemment...

      Répondre à ce message

  • Cascadeur - The Human Octopus 15 mai 2011 23:23, par mandarine

    Je suis sciée du ton acerbe et agressif de certains commentaires : on croirait qu’on parle du nouveau Céline Dion ou du dernier Lara Fabian ! (et quand bien même..) Je suis certaine que le même Cascadeur, signé sur un label indépendant, n’aurait pas droit à de telles foudres...
    Il y a du mépris et un certain snobisme intellectuel dans l’écriture de gens dont je suis bien curieuse d’entendre les productions ! Musique pour nunuches ?? Mais quel grand musicien et juge se permet d’écrire cela, se montrant insultant non seulement envers l’artiste mais aussi envers son public ?
    Que le "look" , ou plutôt la recherche plastique puisse gêner, mettre mal à l’aise, je peux le comprendre, mais pourquoi ne pas se remettre en question et essayer d’en comprendre les enjeux au lieu de "descendre" un peu facilement un travail de qualité comme si le mec jouait du piano avec un doigt en chantant faux ?
    Par ailleurs, comment peut-on écrire, par exemple, que Sébastien Schuller est bien au-dessus, dans le sens où l’on n’entend pas chez lui les références qui ont nourri son travail ?... Et Morricone au hasard ? Ou encore Radiohead première période ? A ce niveau-là, ce ne sont plus des références... même si j’aime sa musique.

    Une fan énervée par ce qui s’appelle un peu quand même de la mauvaise foi...

    Répondre à ce message

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0