Accueil > Musique > 2011 > Panda Bear - Tomboy

Panda Bear - Tomboy

vendredi 6 mai 2011, par Marc

Surexposition


Vous connaissant, je pense que cette précision est superflue, mais Panda Bear est le prête-nom de Noah Lennox quand il évolue en solo, c’est-à-dire sans le reste d’Animal Collective. Cette configuration nous avait déjà valu le génial Person Pitch en 2007 et on attendait forcément beaucoup de cet album très régulièrement retardé et annoncé par un nombre inhabituel de singles et d’EP (trois au total).

Première constatation, Noah Lennox se lance dans un format plus ‘chanson’, moins orienté vers la mélopée en boucle. On peut maintenant distinguer des mots anglais, voire carrément des phrases, ce qui pouvait se révéler aléatoire précédemment. Ce n’est qu’un détail sans doute, celui qui s’est expatrié de New-York à Lisbonne ne concourra sans doute pas à l’Eurovision. Il n’en reste pas moins que l’essentiel est là, à savoir que ces lignes de chant s’intègrent toujours comme des composantes d’un son brouillardeux et solaire (Slow Motion). De mélopée il reste donc question, mais plus charpentée. Last Night At The Jetty en est la meilleure illustration. Sur ce morceau, il arrive à la fois à imposer un son assez unique (et toujours aussi difficile à définir) et un songwriting soigné sans qu’on ne sente le collage ou l’alliance contre nature.

La longueur des morceaux a changé aussi, ce qui nous en donne bien plus, avec un résultat forcément plus hétérogène. D’une manière générale, j’ai eu plus de mal à m’intéresser aux morceaux sans pulsation (Sherazade) tandis que la plus enlevée plage titulaire plait. Drone est un peu ennuyeux et linéaire (ce que son nom laissait deviner du reste) et pâtit de son manque de rythme. De plus, en évoluant vers plus de lisibilité, on risque c’est de buter sur des morceaux moins aboutis comme Friendship Bracelet qui peine à séduire.. Mais ce ne sont que quelques bémols qui ne viennent pas ternir l’impression d’ensemble. Laquelle me renvoie à des évocations plus qu’à une description précise. Dans ce cas, Lennox fait naître des images pleines de lumière. Ses chansons sont comme des jeux sur la surexposition, où les contours s’estompent au profit du travail du soleil.

On ne passera pas l’inévitable comparaison avec l’album d’Avey Tare qui ne m’avait pas plus enflammé que ça, c’est le moins qu’on puisse écrire. Il est toujours complexe de débroussailler le processus créatif d’un groupe aussi touffu qu’Animal Collective, et on retrouve chez chacun une des composantes du son des New-Yorkais. Donc l’énergie, la vague de fond, on la retrouve ici, et par rapport à la production mollassonne du chanteur, le résultat en solo est bien plus enthousiasmant ici, parce qu’en plus il arrive à se distinguer, à ne pas se laisser confondre aisément avec Animal Collective

Il faut l’avouer, j’ai un peu tourné autour de cet album. L’enchantement, ça ne se commande pas, mais il faut parfois être patient. Je n’ai pas été frustré si ces morceaux euphorisants sont moins surprenants que sur l’album précédent, mais la juxtaposition de plus de morceaux courts impose de les prendre un par un pour voir avec lesquels on a envie de prolonger l’aventure. Panda Bear continue de fasciner de toute façon et c’est bien là le principal.

s-Sur playlistsociety
Sur Ears Of Panda

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)