Accueil > Critiques > 2011

Alela Diane - Wild Divine

jeudi 14 avril 2011, par Laurent

Aveu de mortalité


Ah lala, Alela, qu’est-ce qui t’a pris de vouloir habiller tes chansons de velours et de satin, quand la nudité seyait si bien à leur galbe fauve ? Telle une sauvageonne fascinée par les manières de la ville, tu as civilisé ton art pour gagner ta place dans le grand monde. Mais de la haute, tu l’étais bien davantage quand tu laissais ton chant s’ébattre au gré des cascades ensoleillées de Nevada City. Aujourd’hui, entre les ombres de Portland, tu t’oublies pour de rire dans les penchants d’une zazou félidée.

Aller là, Alela, était peut-être la seule façon pour toi de ne pas tourner en rond comme une chatte aculée. Mais lorsque tu susurrais ces airs sans heurts, tu étais sans âge, aussi nébuleuse que les anges sont asexués. Désormais tes mélodies se sont vues nubiles, et elles ont choisi d’épouser cette batterie qui les retient sur la terre ferme, cet orgue qui leur maquille la peau, et toute cette électricité qui nous a volé tant d’idoles. Personne ne se sent trahi, tu sais, mais c’est que soudain tu nous apparais mortelle, laissant loin derrière toi l’image de ce mirage sublime à la jeunesse éternelle.

Alors là, Alela, il ne nous reste que ta voix pour croire encore à l’irréel. Et quand elle ne s’embarrasse presque pas d’oripeaux, quand tu oses la promener à l’air libre (Elijah, Rising Greatness), tu caresses à nouveau cette part d’innocence qui nous a fait croire si longtemps à ton immatérialité. Corps céleste, spectral, évanescent, tu évolues encore à dix coudées par-dessus monts et vaux. « I’m on the wind and I can’t go back, I am a dream on the wind. » Cette chanson fantôme, c’est toi, toi qui martèles des accords venus de nulle part.

Aliène-la, Alela, ton envie de mûrir : elle te rapproche de plus en plus sensiblement de la tradition des poétesses qui, de cités en campagnes, ouvrent leurs cœurs à plus vieux qu’elles. Tu aimes ton papa et partages tant avec lui : les jeux de cordes, l’écriture, l’ambiance des tournées… mais les goûts de sa génération ne seront jamais de ton âge. Car tu es une prêtresse, une voix de la nature, et ton existence ne peut tendre vers la consomption : elle se doit d’être cyclique, renaissance perpétuelle. Aléas, Alela, du feu magique qui dort en toi.

“At the end of the day
The song that I sing is the same
And then a year has been sung
A year is gone and I am older
But then I’ve never been so young anyway
O, I’ve never been so young anyway”


Répondre à cet article

8 Messages

  • Alela Diane - Wild Divine 14 avril 2011 15:39, par Joris

    Beau texte, et je suis d’accord sur le fond. Alela Diane reste charmante, rien que par sa voix, mais elle ne sonne plus aussi divine et intemporelle...

    repondre message

    • Alela Diane - Wild Divine 14 avril 2011 16:09, par Laurent

      Oui, la transformation, sans parler d’aseptisation, me fait un peu penser à ce qu’on a connu avec An Pierlé. Je m’entoure d’un groupe et hop, muselés mes instincts ! Divine je sais pas, mais sauvage certainement plus...

      repondre message

      • Alela Diane - Wild Divine 14 avril 2011 19:24, par le cousin de la reine de trêfle

        allez,à mon tour, j’en rajoute un peu : d’accord avec tous...cette batterie !
        petite mise au point, Laurent : une chatte acculée ne tourne JAMAIS en rond (un chat non plus) ;je le sais, j’en ai plusieurs ... bonsoir, tous

        repondre message

        • Alela Diane - Wild Divine 14 avril 2011 20:04, par Laurent

          Ah, zut... j’aurais dû réviser "30 Millions d’Amis" et tourner 7 fois sur un toit brûlant avant d’écrire... ;D

          Merci pour cette précision zoologique, je ne suis pas près d’oublier !

          repondre message

  • Alela Diane - Wild Divine 13 mai 2011 13:52, par Joelle

    Je suis complètement d’accord avec cette magnifique critique de Laurent : Avec ce 3me CD, en ajoutant cette maudite batterie qui nous scande le réel et toute cette électricité qui nous fait revenir à la modernité, Alela est en train de perdre son intemporalité et sa grâce. Mais bon, ce disque est quand même super car il y a quelques pépites : The wind, The rising greatness et peut être Adélaïde, chanson bonus qui n’est pas sur le CD mais qui parait il est superbe. Espèrons qu’elle revienne à l’épure de ces premières chansons dans ces prochains CD !

    repondre message

    • Alela Diane - Wild Divine 13 mai 2011 19:37, par Laurent

      Jamais entendu parler de cette Adelaide... merci pour l’info, j’investigue (et croise les doigts pour qu’il n’y ait pas de batterie ^^) !

      repondre message

  • Alela Diane - Wild Divine 15 mars 2012 17:42

    Cela a été un révélation, j’adore !
    Film porno

    repondre message

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Sufjan Stevens – Javelin

    Chez Sufjan Stevens, il y a les choses qu’on admire et celles qu’on adore et ce ne sont pas nécessairement les mêmes. Et si chez les fans de la première heure le meilleur était au début, c’est sans doute son fantastique Carrie and Lowell qui a été le plus acclamé et est considéré comme la ‘base’ de son style. Parce que Sufjan, c’est bien plus large que ça, entre albums hénaurmes et risqués, ambient pas (...)

  • Taughtme - Laugh On Me

    L’album enregistré en Islande semble être un passage obligé pour bien des musiciens. A l’instar de compatriotes comme John Grant ou Low Roar (le regretté Ryan Karazija), Blake Aaron Henderson a suivi les conseils de son ami harpiste Úlfur Hansson et est allé enregistrer son cinquième album sur la fameuse île.
    Et comme presque tout ce qui émane de ces terres d’exception, il en ressort une délicatesse (...)

  • Rufus Wainwright – Folkocracy

    S’il n’est pas immédiatement associé à une scène folk historique, le pédigrée de Rufus Wainwright ne laisse pas de doute. Il est le fils de Loudon Wainwright III et Kate McGarrigle (chanteurs folk proches de la scène de Laurel Canyon) après tout et tant qu’à rester en famille ses sœurs Lucy et Martha sont là, sa tante Anna McGarrigle aussi. Mais ce n’est pas vraiment un album familial pour autant, il y a (...)