Accueil du site > Musique > 2011 > Battles - Gloss Drop

Battles - Gloss Drop

lundi 6 juin 2011, par Marc

La fête c’est du sérieux


Quand on joue, il est souvent bien plus amusant de le faire sérieusement. Il n’y a qu’à voir quel zèle on peut mettre dans ses hobbies (vous en lisez l’illustration en ce moment-même). Les exemples foisonnent littéralement. On sait que le rire réclame beaucoup de travail et de patience de la part des réalisateurs, acteurs, humoristes ou écrivains. De même, un petit match sans enjeu est toujours plus motivant qu’une séance de pousse-baballe. C’est peut-être ce qui a poussé inconsciemment Battles à nous livrer une fantaisie à la rigueur militaire (on dirait du Bashung). La pochette n’est peut-être pas appétissante mais elle est rose flashy, ça peut donner une idée, même vague, du contenu plus ludique.

Entre deux mondes, plus intellectuel dans la construction et la technique vraiment irréprochable, Battles a choisi de ne pas choisir. Et puis l’euphorie, une envie, ça ne se contrôle pas. A mille lieues de délires prog à la Mars Volta (pour moi vraiment crevants), ils créent un genre assez rare, profitant de leur maitrise pour servir une musique ludique d’aspect mais construite avec rigueur. La technique au service de la fête si vous voulez. Bon, si vous ne connaissez pas encore ces sérieux drilles, ne vous attendez pas non plus à lancer une farandole à tout bout de champ à l’écoute de cet album qui reste gentiment barré, et sur lequel il reste de nombreux vestiges de morceaux moins ‘faciles’ comme Rolls Bayce. Tordus que nous sommes, on n’y voit que la satisfaction d’être toujours un groupe à la pointe.

Cette batterie, à la frappe entêtante mais pas lourde, est une fois encore au centre des débats, et son abattement ne se dément jamais, même si le morceau qu’elle supporte n’est pas toujours à même de nous enflammer. On pense notamment aux petits interludes instrumentaux qui aèrent l’album. Quand ils s’aventurent dans des sons de foire malsaine, on n’est pas très loin d’un Animal Collective sous amphés (Sundome) et on se rappelle que dans leurs meilleurs moments, la bande de Brooklyn arrive elle aussi à mélanger une certaine recherche avec une euphorie bienvenue.

Les voix trafiquées sont moins présentes ici, ce qui est logique vu qu’ils ont invité des compagnons de jeu, sans doute pour compenser le départ du multi-instrumentiste Tyondai Braxton. On retrouve donc Kazu Makino, la voix de Blonde Redhead, le revenant Gary Numan sur My Machines ou encore Yamantaka Eye sur le plus fastidieux Sundome. Et quand Ice Cream reçoit le renfort de Mathias Aguayo, on n’est pas loin d’un Vampire Weekend en forcément plus solidement charpenté.

Les nouveaux dinosaures du post-rock ne nous ont pas enflammés cette année (on en va pas y revenir 102 ans non plus…), on accueille donc avec bienveillance cette petite giclée d’euphorie et d’énergie. Sans doute que cet album est moins abouti ou brillant que ceux qui ont précédé, mais la ferveur avec laquelle ils organisent la fête nous oblige à nous amuser.

Playlistsociety est déjà passé par là

Article écrit par Marc

Share on Facebook

Répondre à cet article

7 Messages de forum

  • Battles - Gloss Drop 6 juin 2011 21:05

    J’attendais l’article avec impatience !

    J’en suis bientôt à ma 100ème écoute du groupe en 3 jours (uniquement Gloss Drop) me dit Last.fm, preuve que je ne me lasse pas de cette album. Ce groupe est vraiment extraordinaire, des sons ,à la puissance énorme, super bien trouvés, une mélodie complètement barge comme si un batteur agressif de génie s’amusait à battre le rythme pendant que 1000 gsm sonnaient en même temps. Africastle et Futura sont pour moi, les deux gros gros titres à suivre sur cette album. Ca commence par un hochement de tête à l’écoute de la mélodie qui se construit lentement mais sûrement à la suite d’une succession de sons assez particulier qui se cherchent. La mélodie se crée et ça plait énormément puis, vient le batteur qui dirige l’orchestre pour donner un morceau énorme.

    Je dirais quand même, que le seul défaut est justement au niveau du batteur. On retrouve parfois le même rythme que sur Mirrored, le premier album. Wall Street peut être assez ennuyeux je trouve, et le rythme possède quelques similitudes avec les morceaux Tij et Snare Hanger de l’album précédent. Et j’irais même jusqu’à dire qu’on est pas obligé de prendre Mirrored en exemple puisque tout cet album semble tellement rapide et agressif niveau batterie, qu’on POURRAIT être fatigué de ce rythme effréné.

    Cependant, on peut admirer le travail qu’à réaliser le groupe qu’on annonçait comme mort suite au départ de Braxton. On entre dans un album plus "pop", plus coloré, plus rythmé, plus facile sûrement. Comparé à un Mirrored qui était une grande découverte dans l’histoire de la musique (allons-y franchement), ce dernier reste quand même très difficile d’accès et peu réécoutable en une journée comparé à ce Gloss Drop qui passe dans les oreilles comme une glace passe dans notre gosier en été.

    Dernier mot pour Toddler qui est une interlude très intéressante et pour laquelle je suis étonné de l’écouté sans forcément écouter l’album. C’est bien la première fois que je me met à écouter une interlude sans le reste. :)

    Dans mon top 5 de 2011, même si l’année n’est pas finie, je ne pense pas qu’un Red Hot Chili Peppers puisse changer celà. Enfin, gardons les yeux ouverts ! ’Fin je veux dire, les oreilles...

    Répondre à ce message

  • Battles - Gloss Drop 6 juin 2011 21:41, par nico

    Pour les avoir vu en concert (à l’AB il y a +- 2 mois, je crois), je suis moins emballé que part Mirrored (que je regretterai donc éternellement de ne pas avoir vu en live !). Mais bon, j’attends impatiemment de me faire un idée plus précise quand j’aurai (eu le temps d’aller acheter (quelle idée ! ^^)) le CD.

    En attendant, si vous ne l’avez pas encore vu, ne ratez par leur concert à emporter !

    Répondre à ce message

    • Battles - Gloss Drop 7 juin 2011 01:09, par Lionel

      Vu la prestation pour Mirrored au festival Rock Herk pour pas un rond (ce festival est à faire !) et j’utiliserai le même adjectif que j’ai déjà utilisé 1000 fois : énorme ! :)

      C’était aussi intéressant d’admirer le travail de samples de voix réalisés par Tyondai Braxton. La reproduction de l’album en live était juste parfaite. Ils avaient joués des morceaux de l’EP aussi.

      Par contre, autant je suis fan de l’album, autant la blogothèque me déçoit. Le fait de perdre le principe d’une caméra qui arrive à capter toutes les émotions que dégage un artiste devant tous les genres de public manque cruellement dans cette vidéo.
      Bon là c’est Battles, ils n’allaient pas sortir avec 2 grattes acoustiques dehors, mais... au niveau de l’image, j’aime pas trop, ça change trop vite, ça bouge trop, c’est trop agressif même pour l’agressivité d’un Battles. Niveau son aussi, pour Futura, la basse (toujours subjugué par le son de basse que dégage ce clavier) bouffe tout le reste.

      Répondre à ce message

      • Battles - Gloss Drop 7 juin 2011 15:21, par Paulo

        vu à Leuven il ya quelques années, bon concert, j’ai l’impression que le batteur a joué tout au long du concert sans arrêt, les morceaux s’enchainaient mais étaient bien distinct. a dour il y a deux ans je crois, c’étaient énorme en effet, on reprend le concert d’avant mais avec moins de distinction (la bière aidant) et plus d’improvisations.

        concert à l’AB il y a deux mois : plus convenu, morceau par morceau, Tyondai se fait un peu regretter, la technique des chanteurs en video, déjà vu à un concert de UNKLe, ça a un côté triste. mais d’autre part on peut se dire que ce n’est que le début de cette tournée, qu’en travaillant leur live, ils récupèreront le bon niveau de la tournée précédente.

        Pour les fans, essayer de trouver des albums de Don Caballero (American Don...), le précédent groupe du guitariste, c’est du Battles avant Battles !!

        Répondre à ce message

  • Battles - Gloss Drop 7 juin 2011 18:33, par Laurent

    Perso j’ose pas trop imaginer ce que ça va donner, le live sans Tyondai. De même que Tyondai en solo sans Battles, ça manque de quelque chose aussi... Je crois que je vais rester sur mes bons souvenirs des concerts de 2007 (effectivement énormes) et me limiter à une relation polie avec le groupe, qui reste génial mais a clairement baissé d’un cran.

    Répondre à ce message

  • Battles - Gloss Drop 17 octobre 2011 00:56, par kalish

    Bon ben j’ai trouvé un site qui m’a permis de l’écouter en entier, et mes impressions sont mitigées, c’est bon de vouloir faire plus accessible que mirrored, mais c’est aussi plus systématique, les mêmes sons un peu tout le temps, moins inspiré, à part peut-être white electric, un peu plus monotone, ça manque de temps morts et de composition globale. En plus les sons sont un peu fouillis et placés un peu n’importe comment, ça fait un peu plus bruit que réfléchi. Ca manque de graves également, toujours entendre ces sons quasi caribéens et cristallins, ça écoeure. Pourtant j’étais dans les premiers à vouloir une version plus pop de battles, et une élimination des voix vocodées atrocement mais pas comme ça, en fait un peu d’épure ferait du bien je crois. Et les featuring non, pas bon, sauf avec la chanteuse.

    ca se voit pas mais si c’était leur premier album, j’aurais trouvé ça bien intéressant, mais le risque d’être un groupe avec une identité forte est probablement de s’imiter.

    Répondre à ce message

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0