Accueil > Critiques > 2011

Little Scream - The Golden Record

lundi 23 mai 2011, par marc

La liste s’allonge


Rendons au Mmarsupilami ce qui lui est dû, c’est son enthousiasme qui m’avait convaincu de découvrir Little Scream. Et encore une fois, c’était un conseil avisé. Il est toujours bon d’avoir des repères.

On n’est pas là pour un comparatif ni une étude de marché mais il faut aussi considérer qu’il y a pléthore de talents dans le secteur. Citons Agnes Obel, Deb Oh, Hannah Peel ou Lia Ices, et on peut même étendre l’analogie à Anna Calvi. On retrouve la même famille de qualités (fraicheur, versatilité, richesse de l’enrobage) et les mêmes bémols, à savoir la difficulté pour ces jeunes artistes de livrer des albums emballants de bout en bout. Et puis on réfléchit deux secondes (ça arrive même aux meilleurs) et on réalise qu’on parle dans tous ces cas de premiers albums d’artistes jeunes et pas encore au sommet de leur art. Cette considération doit en tous cas nous donner de beaux espoirs. Il suffirait à une de celles-là de continuer à grandir, et le chef-d’œuvre sera sans doute au rendez-vous. Peut-être que comme dans le cas d’Annie Clark, d’Hannah Peel ou Anna Calvi (donc celles que j’ai eu la chance de voir), c’est en concert que la révélation se fera.

Dans un contexte aussi concurrentiel, comment se place Little Scream ? Elle peut en plus de son talent compter sur deux éléments. Tout d’abord des collaborations de très haut vol puisque qu’on retrouve au casting des membres d’Arcade Fire (Richard Reed Parry, Sarah Neufeld), Silver Mt. Zion (Becky Foon), Stars (Patty McGee), The National (Aaron Dressner). Ensuite, la versatilité est encore plus marquée que les exemples cités.

On peut ainsi écouter de jolies balades gentiment hantées (The Heron and The Fox) comme une ampleur supérieure (Your Radio). C’est l’album d’un auteur qu’on écoute, avec ce que ça implique comme recherche sur les ambiances et sur les sons. On a donc peu de balade pure ou de folk décharné, un petit violon, un discret sifflement vient en renfort (Black Cloud). Elle se lance aussi plus volontiers que ses coreligionnaires dans des moments plus tendus (Red Hunting Jacket), avec une guitare gentiment vrombissante (Guyegaros). J’ai aussi senti des accents d’Anita Lane, comme ça on aura poussé le name-dropping gratuit suffisamment loin.

Ce qui m’a un peu manqué, quitte à paraître grognon ? Un morceau qui fait vraiment la différence, pour servir de carte de visite, de point d’accès. People Is Place pourrait être celui-là, surtout quand la fin prend la tangente. Mais ce n’est pas toujours aussi réussi (Boatman). On trouve donc de tout sur cet album d’une jeune chanteuse talentueuse qui sait s’entourer. La liste s’allonge, les lendemains seront bons.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)