Accueil > Musique > 2011 > Beastie Boys - Hot Sauce Committee Part Two

Beastie Boys - Hot Sauce Committee Part Two

mardi 3 mai 2011, par Laurent

Vieux singes et vieilles marmites


Écouter les Beastie Boys en 2011 peut difficilement être associé à autre chose qu’un plaisir régressif. On n’a pas dit coupable, loin de là. Mais à l’image du clip désopilant qui a accompagné l’attente de cette sortie anachronique, c’est un parfum de nostalgie qui semble embaumer les nouvelles productions du trio new-yorkais. Et là, difficile de savoir sur quel pied danser : celui qu’on prend à retrouver les grimaces de nos vieux singes, plus aptes que n’importe qui à se singer avec talent, ou ce panard qui dribble avec le sol, dans l’impatience d’être surpris par le prochain morceau qui jouera à la toupie avec nos synapses.

C’est que les attentes pouvaient raisonnablement se la péter avec ce Make Some Noise introductif, single imparable, piqûre de rappel d’un certain âge d’or. Or, or, or quand bien même la suite ne décevra pas le fan transi, c’est en vain qu’il cherchera le moindre morceau du même acabit. En revanche, c’est avec le goût du souvenir heureux que les menus précédant cette sauce chaude lui ont laissé dans la bouche, qu’il s’y délectera de mille saveurs connues, tant d’ingrédients familiers qui l’immergeront de bout en bout dans un trip passéiste. Et on ne voit franchement pas quelle honte il y a à faire perdurer un univers dès lors qu’on l’a, jadis, façonné de toutes pièces.

Ces voix filtrées et triturées au feedback sur Nonstop Disco Powerpack ou Tadlock’s Glasses, ces basses étouffant leur fuzz sur Long Burn the Fire, tout nous ramène aux vieilles marmites dans lesquelles les Beastie Boys ont concocté leurs meilleurs potages. « My rhymes age like wine as I get older », scande un MCA en rémission du crabe qui a failli tuer le groupe avec lui, gage d’un album de pur fun enfanté dans la douleur, si bien que “Hot Sauce Committee part one” s’est vu reporter ad uitam aeternam. C’est, en attendant, prêts à en découdre que les trois MC’s rappent pour ne rien dire mais en le disant mieux que personne.

« We gotta party for the motherfuckin’ right to fight », histoire d’affirmer que le spectacle continue et que la déconne est la clé du combat ; retour aussi, évidemment, sur le premier tube du groupe et cette jeunesse entamée il y a un quart de siècle pour persister aujourd’hui en version pied-de-nez au mauvais sort. On a d’ailleurs longtemps cru – ou voulu croire – que “Hot Sauce Committee part two” s’apprêtait à renouer avec le son des débuts, celui de “Check Your Head” en particulier. En réalité, le trio a ratissé plus large dans sa discographie pour proposer un éventail varié mais homogène de son savoir-faire.

Quand les chœurs cybernétiques d’OK semblent faire écho au robot géant d’Intergalactic, Say It sonne comme la suite de So What’cha Want – jusqu’au titre qui pourrait lui répondre. Le duo avec Nas sur Too Many Rappers (New Reactionaries version) a les allures d’un remix très fin de siècle (Fatboy Slim, quelqu’un ?), tandis que la collaboration avec Santigold (Don’t Play a Game That I Can’t Win) ressemble à un hit dancehall avec des rappeurs invités. Réduits à un rôle de figuration, les Beastie Boys signent avec ce morceau un trop long interlude mais s’arrogent le mérite d’une proposition étonnante, tout sauf frileuse à tout le moins.

Pour le reste, Lee Majors Come Again est le traditionnel brûlot punk qui aurait pu trouver sa place sur “Ill Communication”, Funky Donkey n’aurait pas déparé “To the Five Boroughs” et l’instrumental Multilateral Nuclear Disarmament pourrait être une chute de “The Mix-Up”. Cela dit, en fait de toutes les références précitées c’est au gloubi-boulga de “Hello Nasty” que ce huitième album fait le plus souvent penser. Ah oui : et de tous les instruments fétiches que les Beastie Boys ont ressorti de leurs cartons, c’est la cow-bell qui se taille ici la part du lion – au point que le meilleur moment du disque pourrait être ce solo sur Make Some Noise, accaparé d’hilarante façon par Will Ferrell dans le clip susmentionné.

Sans réaliser l’exploit de se renouveler ou de contribuer à la cause des grandes réformes hip-hop – ce pour quoi ils ont largement payé leur tribut lors des deux dernières décennies du siècle passé – Mike D, Ad-Rock et MCA nous font simplement le plaisir, immense en soi, de nous abreuver d’une poignée de nouvelles facéties. Brandissant leurs micros dans une arène faite d’absurdité et d’hédonisme, il remettent un tant soit peu de désordre dans un monde qui se regarde trop sérieusement le nombril. Un sain vandalisme pour une bande de sales gamins de quarante-cinq balais, toujours prêts à crasher les sauteries pète-sec. Comme au bon vieux temps.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

3 Messages

  • FUCTAPE - FUCTAPE

    Au moment d’aborder un album, on est parfois submergés par les informations, les intentions et les comparaisons aussi élogieuses que non pertinentes. Le collectif de Toronto (une vingtaine de membres quand même) ne suit décidément pas cette tendance tant il est compliqué de savoir qui fait quoi, voire qui en fait partie tout court. C’est sans doute voulu et cohérent avec le forcément un peu disparate résultat. Mais jamais on n’a l’impression d’entendre une compilation.
    Dès l’intro au piano avec des (...)

  • run Sofa - The Joy of Missing Out

    On ne peut pas dire qu’en tant que ville industrielle, Charleroi nous ait livré autant de frissons musicaux que, disons Sheffield ou Manchester. Et si ça changeait ? On n’en sait rien mais un environnement pareil peut aussi être stimulant comme peut le prouver le groupe du jour, distribué par les Liégeois de Jaune Orange montre une belle vitalité.
    L’immédiateté, les avis rapides et tranchés, c’est bien mais parfois il faut un peu de temps pour apprivoiser un artiste, même sur un EP de six titres. Il (...)

  • Peritelle - Ne Soyez Pas Triste

    On avait déjà copieusement apprécié ce que faisait Carl Roosen en tant que Carl ou Carl et les Hommes-Boîtes ou Facteur Cheval. Il est donc logique que l’attachement se poursuive avec Peritelle. On ne lui en veut même pas d’avoir pondu des textes pour le rejeton Geluck (Antoine Chance donc). C’est un de ces cas-limites où la subjectivité joue en plein. On ne va pas le nier, il faut même le reconnaître.
    Tout est question de ton et de collaborations. Ses partenaires de jeu sont ici Julien Campione (...)

  • Dum Spiro - Hors Chant

    Il faut parfois oser dépasser son pré carré, s’aventurer à la lisière pour découvrir du nouveau. Et ce nouveau, pour moi, est par exemple ce Dum Spiro, coordination des talents de musicien de Francis Esteves et du slameur Zedrine. Le résultat n’est pas a proprement parler un album de hip-hop vu que ça semble plus pensé comme un projet musical, pas des textes qui réclamaient un habillage (on signale même des instrumentaux). Dans un autre genre, on se rappelle de ce que nous avait livré Filiamotsa. (...)