Accueil > Critiques > 2011

Vitas Gerulaitis - Vitas Gerulaitis

mardi 12 juillet 2011, par Marc

Smash dans les oreilles


Les sorties de Cheap Satanism sont souvent pour moi des incursions dans l’inconnu, à la lisière de ce que j’écoute habituellement, des tests d’ouverture pour mes oreilles. Et on peut dire que ce groupe au nom de tennisman roumain m’a occasionnellement forcé à sortir de ma zone de confort.

Il me faut être honnête, mes nerfs ont parfois été mis à l’épreuve, et je ne garderais les vocalises et les cris de Panda Géant que pour les occasions où un état nerveux tendu est requis (quoique à la réflexion, aucun exemple ne me vienne). Quand ce morceau se radoucit, je fais de même. Il faut que je sois disposé pour le déluge sonore contrôlé de Tu T’énerves Pas dont la voix faussement naïve m’a fait penser à quelques Vive La Fête millésimés. D’une manière générale, je me demande ce que ces morceaux ont à gagner à ces éructations un peu free, et il faut attendre que plusieurs entrent en jeu (Quinze Août) pour tenter de comprendre. Il faut aussi dire que les incrustations de dialogues sont souvent judicieuses (Méchante Armée).

C’est donc très déstructuré dans le chant, avec des rythmiques qui jouent aux montagnes russes. On en vient naturellement à songer à Battles, surtout que leur très réjouissant album est sur le gril en même temps. Evidemment, les américains en deviennent pop en comparaison, et l’immédiateté d’une des réussites de l’année fait inévitablement un peu d’ombre.

Oui, il existe bien des formations qui évoluent en toute liberté, qui laissent libre cours à leurs envies les plus débridées, quitte à prendre l’auditeur consentant à contre-poil, avec obligation pour celui-ci de faire son propre tri, ses propres choix. C’est le prix à payer pour celui qui ose s’aventurer, se mettre un peu en danger avec cette musique expérimentale et rigolote. Essayez quand même pour voir.

Ca s’écoute et s’achète ici : http://www.myspace.com/vitasguerulaitis

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • The Imaginary Suitcase - Alone, we go faster. Together, we go further (...)

    Dix ans déjà et maintenant dix critiques de notre côté (on se place tout de même comme exégètes officieux), c’est le temps de la célébration. Pour fêter ça, ce n’est pas vraiment le genre de la maison de sortir une best-of pour les fêtes. Par contre, profiter de l’occasion pour retrouver des collaborateurs qui l’ont accompagné, c’est bien plus le genre de Laurent Leemans. Regarder dans le rétroviseur pour (...)

  • Sïan Able - Veni Vidi Sensi

    D’accord, un premier EP qui plait, c’est un bon début mais confirmer avec un bon premier album, c’est l’étape cruciale d’une carrière. Donc Sïan Able (anagramme de son vrai nom Anaïs Elba) passe la vitesse supérieure et son talent ne se dilue pas dans la taille d’un album.
    On l’a déjà dit, les styles plus soul ne sont pas nécessairement ceux qu’on goûte le plus. Pourtant on l’avait tout de suite adoptée, (...)

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent (...)