Accueil > Critiques > 2011

Marissa Nadler - Marissa Nadler

vendredi 24 juin 2011, par marc

Assurance


Le monde de Marissa Nadler est déjà connu, et notre souhait est qu’il aille à la rencontre du monde tout court. On l’avait quitté sur le bon Little Hells qui la voyait oser un pied hors de son pré carré, puis retrouvé pour la vente en ligne d’un album de reprises et enfin, elle a comme Iliketrains (via Pledgemusic) décidé de faire appel au public pour financer son album via la structure Kickstart. Donc, on peut dire qu’elle prend les choses en main, montant au passage un micro-label (Box Of Cedar Records, allusion récurrente dans ses textes).

Musicalement aussi, elle parait plus assurée, osant même de la slide-guitar sur The Sun Always Reminds Me Of You. Heureusement il reste sa voix pour se distinguer de la masse et en faire un morceau magnifique. Ses mélodies sont d’ailleurs encore une fois splendides. Baby I Will Leave You in the Morning est un de ces moments qui démontrent que l’ampleur lui va bien, à tel point qu’on se dit qu’on tient peut-être là un des meilleurs morceaux de sa discographie. Entre les deux, Mr John Lee Revisited est un rien moins convaincant, avec un peu trop d’effets (steel donc, claviers, mais bon, tout reste plutôt discret) qui n’apportent rien par rapport à un morceau qui se serait débrouillé tout seul avec 6 cordes. D’une manière générale, je ne me souviens pas d’un morceau médiocre chez elle, sachant aussi qu’elle se débrouille mieux en en faisant moins que trop. Ses trois premiers albums étant à ce niveau exempt de toute faute, baignés d’une beauté hiératique du plus bel effet.

Album de la maturité, c’est quelque chose qu’on manipule avec précaution, parce que cette constatation s’accompagne souvent de regrets. Même si j’avoue que j’aurais sans sourcillé apprécié une copieuse série d’albums dénudés servis par sa voix magique, sa nouvelle façon pourra la faire connaitre d’une plus large audience. Cet album est de toute façon un de mes jalons de l’année et je guette un éventuel passage en Europe. Il y a quelque chose chez Marissa qui touche immédiatement, mais il se peut que plusieurs albums soient nécessaires pour pleinement comprendre à quel point on tient une artiste majeure, de celles qui autour d’un univers très typé et reconnaissable peuvent susciter une émotion tout simplement humaine. Evidemment, on regrettera peut-être l’irrésistible simplicité des débuts, le contraste entre la noirceur des textes et la luminosité de la voix (il n’est pas interdit de penser à Lisa Germano sur Wind Up Doll). On dirait qu’elle n’enterre plus une copine par chanson. Ce n’est pas encore guilleret mais il faut moins de réserve de moral pour aborder In A Magazine que, par exemple, Box Of Cedar.

Sa voix et son ton uniques ne se diluent pas dans une production plus fouillée. C’était évidemment manifeste dans ses premières œuvres assez arides et froides (mais magnifiques), mais elle a tellement de personnalité qu’elle arrive à livrer un album accessible sans se renier. C’est pourquoi je le conseillerais sans doute aucun à tout qui voudrait découvrir cette chanteuse tellement attachante. Et puis il n’y a plus qu’à remonter la discographie, à se laisser porter, et sans doute à devenir un(e) inconditionnel(le), je ne vois pas d’alternative crédible.

http://www.myspace.com/songsoftheend
http://www.marissanadler.com/
http://marissanadler.blogspot.com/

Mmarsupilami est un peu déçu (7.7 quand même)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Marissa Nadler - Marissa Nadler 25 juin 2011 06:35, par Laurent

    Suis un poil déçu aussi (mais un poil hein). Faut dire que la slide-guitar, ça m’emballe rarement...

    repondre message

    • Marissa Nadler - Marissa Nadler 27 juin 2011 13:34, par Marc

      Ayant survécu au dernier Decemberists, je peux dire que je suis immunisé contre la slide. Il en faudra plus pour me gacher le plaisir. Mais je comprends que c’est un motif de (légère) déception.

      repondre message

    • Marissa Nadler - Marissa Nadler 29 juin 2011 01:22, par Franz Wild

      La slide... essence de la musique puisque qu’il s’agit d’un des arts les plus primitifs... le noteur sur l’arc a bouche est un ancêtre de la longue filiation vers la pratique du slide moderne. Hawaii... le delta, Louisville, Nashville, et tant de chemin jusque dans le rock progressif —> David Gilmour dans Dark side of the Moon et sur le titre « High Hopes » plus récemment... et j’en passe et des meilleures. Je ne suis pas arrive a écouter le fameux titre avec du slide. Mais bon... l’article est quand meme repris ici sur le blog Slide-guitars !

      Voir en ligne : Blog slide-guitars

      repondre message

      • Marissa Nadler - Marissa Nadler 29 juin 2011 08:25, par Marc

        Un blog sur la slide-guitar ! Hé bien ma journée est faite. Merci pour ton passage en tous cas, même si on ne doit pas avoir beaucoup de matériel pour toi.

        Petite question en passant : le morceau de bravoure de Gilmour à la slide, ce ne serait pas plutôt One Of These Days sur Meddle ?

        repondre message

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)