Accueil > Musique > 2011 > Bon Iver - Bon Iver

Bon Iver - Bon Iver

lundi 1er août 2011, par Marc

Cocon


Il est remarquable de voir avec quelle vitesse certains artistes s’installent. Prenez Justin Vernon, débarqué de presque nulle part pour livrer un merveilleux album. On l’a ensuite retrouvé dans des side-projects un peu pénibles (Volcano Choir) ou auprès de chanteuses qu’on est content de connaitre (Lia Ices), voire des projets caritatifs et qualitatifs (Dark Was The Night). Bref, on a l’impression qu’il a toujours été là, entre ses chansons qui restent et lui qui occupe bien le terrain.

Cet album est soyeux, et repose sur ses ambiances cotonneuses plus que sur des morceaux fascinants. (Wash. et son piano-cocon). Ces morceaux n’enflamment pas, mais enveloppent. On sent dès le premier morceau une poussée de fièvre, mais on comprendra bientôt que ce Perth est tout simplement le meilleur morceau de l’album.

Les voix et leur traitement sont encore une fois pour beaucoup dans le succès de ces morceaux. Comme souvent avec eux, je n’ai pu m’empêcher de penser à Tv On The Radio (Minnessota, Wi), pour les guitares qui occasionnellement bourdonnent, pour la conjonction de deux voix dont une de tête, et les éruptions. On reste dans des eaux plus folk évidemment (on y joue du banjo), mais j’ai eu un peu de mal à me défaire de cette encombrante comparaison.

Les structures des morceaux sont toujours simples, soutenues par des idées limpides. Sur Michicant, une nappe de clavier suffit à instiller l’intensité. Pour Calgary, il s’agit d’une jolie mélodie qui pourtant ne constitue pas le point d’accroche principal de ce morceau qui monte un palier, alors que les autres restent sur les coussins du vestibule. L’intro de Beth/Rest par contre n’est pas engageante. Sortie du contexte de cet album cotonneux, ça pourrait apparaitre comme une balade au piano mal produite. Mais cet effet est voulu à ce titre ne déforce pas l’album.

On a pu se lover au sein de morceaux aussi fantastiques que For Emma, Forever Ago ou Skinny Love, et on craint de ne pas retrouver ces bouées ici. Mais il faut être honnête, à part ces moments que peu d’artistes atteignent de toute façon, tous les ingrédients de notre attachement à Bon Iver sont là. Donc si cet album ouateux manque de temps forts, même lents, et ne dépasse pas le nuage sur lequel il se complait, il séduit sur la longueur, sur la langueur.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)