Accueil > Critiques > 2011

Bon Iver - Bon Iver

lundi 1er août 2011, par marc

Cocon


Il est remarquable de voir avec quelle vitesse certains artistes s’installent. Prenez Justin Vernon, débarqué de presque nulle part pour livrer un merveilleux album. On l’a ensuite retrouvé dans des side-projects un peu pénibles (Volcano Choir) ou auprès de chanteuses qu’on est content de connaitre (Lia Ices), voire des projets caritatifs et qualitatifs (Dark Was The Night). Bref, on a l’impression qu’il a toujours été là, entre ses chansons qui restent et lui qui occupe bien le terrain.

Cet album est soyeux, et repose sur ses ambiances cotonneuses plus que sur des morceaux fascinants. (Wash. et son piano-cocon). Ces morceaux n’enflamment pas, mais enveloppent. On sent dès le premier morceau une poussée de fièvre, mais on comprendra bientôt que ce Perth est tout simplement le meilleur morceau de l’album.

Les voix et leur traitement sont encore une fois pour beaucoup dans le succès de ces morceaux. Comme souvent avec eux, je n’ai pu m’empêcher de penser à Tv On The Radio (Minnessota, Wi), pour les guitares qui occasionnellement bourdonnent, pour la conjonction de deux voix dont une de tête, et les éruptions. On reste dans des eaux plus folk évidemment (on y joue du banjo), mais j’ai eu un peu de mal à me défaire de cette encombrante comparaison.

Les structures des morceaux sont toujours simples, soutenues par des idées limpides. Sur Michicant, une nappe de clavier suffit à instiller l’intensité. Pour Calgary, il s’agit d’une jolie mélodie qui pourtant ne constitue pas le point d’accroche principal de ce morceau qui monte un palier, alors que les autres restent sur les coussins du vestibule. L’intro de Beth/Rest par contre n’est pas engageante. Sortie du contexte de cet album cotonneux, ça pourrait apparaitre comme une balade au piano mal produite. Mais cet effet est voulu à ce titre ne déforce pas l’album.

On a pu se lover au sein de morceaux aussi fantastiques que For Emma, Forever Ago ou Skinny Love, et on craint de ne pas retrouver ces bouées ici. Mais il faut être honnête, à part ces moments que peu d’artistes atteignent de toute façon, tous les ingrédients de notre attachement à Bon Iver sont là. Donc si cet album ouateux manque de temps forts, même lents, et ne dépasse pas le nuage sur lequel il se complait, il séduit sur la longueur, sur la langueur.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)