Accueil > Critiques > 2011

Bon Iver - Bon Iver

lundi 1er août 2011, par Marc

Cocon


Il est remarquable de voir avec quelle vitesse certains artistes s’installent. Prenez Justin Vernon, débarqué de presque nulle part pour livrer un merveilleux album. On l’a ensuite retrouvé dans des side-projects un peu pénibles (Volcano Choir) ou auprès de chanteuses qu’on est content de connaitre (Lia Ices), voire des projets caritatifs et qualitatifs (Dark Was The Night). Bref, on a l’impression qu’il a toujours été là, entre ses chansons qui restent et lui qui occupe bien le terrain.

Cet album est soyeux, et repose sur ses ambiances cotonneuses plus que sur des morceaux fascinants. (Wash. et son piano-cocon). Ces morceaux n’enflamment pas, mais enveloppent. On sent dès le premier morceau une poussée de fièvre, mais on comprendra bientôt que ce Perth est tout simplement le meilleur morceau de l’album.

Les voix et leur traitement sont encore une fois pour beaucoup dans le succès de ces morceaux. Comme souvent avec eux, je n’ai pu m’empêcher de penser à Tv On The Radio (Minnessota, Wi), pour les guitares qui occasionnellement bourdonnent, pour la conjonction de deux voix dont une de tête, et les éruptions. On reste dans des eaux plus folk évidemment (on y joue du banjo), mais j’ai eu un peu de mal à me défaire de cette encombrante comparaison.

Les structures des morceaux sont toujours simples, soutenues par des idées limpides. Sur Michicant, une nappe de clavier suffit à instiller l’intensité. Pour Calgary, il s’agit d’une jolie mélodie qui pourtant ne constitue pas le point d’accroche principal de ce morceau qui monte un palier, alors que les autres restent sur les coussins du vestibule. L’intro de Beth/Rest par contre n’est pas engageante. Sortie du contexte de cet album cotonneux, ça pourrait apparaitre comme une balade au piano mal produite. Mais cet effet est voulu à ce titre ne déforce pas l’album.

On a pu se lover au sein de morceaux aussi fantastiques que For Emma, Forever Ago ou Skinny Love, et on craint de ne pas retrouver ces bouées ici. Mais il faut être honnête, à part ces moments que peu d’artistes atteignent de toute façon, tous les ingrédients de notre attachement à Bon Iver sont là. Donc si cet album ouateux manque de temps forts, même lents, et ne dépasse pas le nuage sur lequel il se complait, il séduit sur la longueur, sur la langueur.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • JJH Potter - Low tide

    Encore un artiste folk hexagonal et encore un détour qu’il est bon de faire. Ce premier album est publié par #14 records, le refuge du génial The Wooden Wolf, ce qui est évidemment ce qui a attiré notre attention. Une fois attirée, cette attention a été captée par cette voix claire et la limpidité revigorante des morceaux, hantés mais pas trop.
    L’accord des voix sur Lonely Star pourrait être une version (...)

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk (...)