Accueil > Musique > 2011 > Handsome Furs - Sound Kapital

Handsome Furs - Sound Kapital

samedi 9 juillet 2011, par Marc

Synthétite


Il y a plein de choses à faire en couple. De la musique par exemple. C’est dans cette voie qu’on choisie Dan Boeckner (guitariste, co-compositieur et co-chanteur des formidable Wolf parade) et Alexei Perry. Selon mes souvenirs de concerts, ce n’est pas elle qui figure sur la pochette, encore que rien ne me permette d’être catégorique.

Des sons plus synthétiques s’étaient frayé un chemin sur le dernier album de Wolf Parade, mais ils tiennent ici les premiers rôles, ce que certains (voir ici) interprètent comme une émancipation. Ces sons parfois gras peuvent cohabiter avec un solo de guitare distordu sur Rapatriated. On se rend compte qu’il suffit de peu de variations pour qu’ils se distinguent. On est ici face à une synth-pop musclée, quoique certains passages jouent sur la corde sensible comme cette évolution de What About Us qui m’a étrangement évoqué Daan, en plus viscéral cependant. Les chorus enflammés de Wolf Parade s’éloignent donc de plus en plus.

J’avoue que c’est justement ce côté dans-ta-face et urgent qui m’avait séduit sur Face Control. Damage ou Cheap Music sont évidemment saignants, mais on accepterait de se laisser secouer un peu plus, surtout que l’intensité de Boeckner peut faire passer cette énergie. Sa présence et son intensité sont d’ailleurs des avantages indéniables, à même de les différencier, alors que le chant souvent dépersonnalisé des groupes pratiquant un dance-rock standard les rend anodins (les exemples sont nombreux, notamment chez nos compatriotes).

Alors que Wolf Parade semblait être la parfaite synthèse entre l’énergie de Boeckner et la folie de Krug, force nous est de constater que leurs projets qui pouvaient sembler satellites présentent non seulement plus de cohérence, mais aussi plus de force. Mais la mise entre parenthèses de Wolf Parade est sans doute une mauvaise nouvelle pour ce projet-ci, de moins en moins ‘side’. Parce qu’en voulant gagner en maturité (et en y arrivant), le manque de fioritures de Face Control se fait regretter. Pourtant, cet album est plus personnel, plus singulier peut-être. En tant qu’auditeur, échanger la nervosité contre des gros synthés n’est pas le meilleur cadeau qu’on puisse me faire cependant.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)