Accueil > Musique > 2011 > Yacht - Shangri-La

Yacht - Shangri-La

mercredi 6 juillet 2011, par Marc

Le remplaçant


Il y a des gens comme ça, dès le premier abord ils vous sont sympathiques. C’est en première partie de LCD Soundsystem que j’avais découvert le très sympathique Jona Becholt. Si le cd ne rendait pas justice à la folie du live, le second album le voyait débarquer chez DFA. Cette cure de rigueur avec James Murphy nous a valu un des bons moments de l’année 2009. On espérait donc le voir persévérer dans cette voie. On retrouve donc logiquement la patte du label de James Murphy, jusqu’à la caricature (la signature des cowbells d’I Walked Alone). Mais si le maitre des lieux s’est laissé enfermer dans un procédé sans en retrouver la fièvre, le bouillant Jona a gardé intacte sa motivation.

Il attaque donc franco de port, par un Utopia. Ce bouillant et prometteur départ ne s’achèvera pourtant pas dans le feu d’artifice espéré. Notamment parce que comme presque toujours, il est plus difficile d’évoluer à basse vitesse tout en maintenant l’intérêt (Love In The Dark). Les successeurs de The Knife ne sont pas encore trouvés. C’est sans doute là que l’album pêche par un excès de confiance, par une propension non démontrée à rester intéressant quand l’énergie n’est plus là. Holy Roller par exemple manque soit d’énergie soit de folie. Les moments les plus à mêmes de faire tendre l’oreille sont des chorus qui s’envolent un peu (I Walked Alone) et nous montrent de quoi le groupe est capable.

Paradise Engineering peut faire penser à Anne Clark. La déclamation féminine sur fond électro est il est vrai un point de comparaison facile. La voix de Claire L. Evans (arrivée sur l’album précédent) est sympathique mais touche ses limites sur la plage titulaire. On ne passe pas impunément de la déclamation à la mélodie sans y laisser des plumes, il suffit de connaitre ses limites. Ou de les repousser le temps du joyeux bordel de Beam Me Up qui rappelle les belles heures des B52’s.

Yacht peut compter sur deux qualités qui peuvent se combiner de façon enthousiasmante : une créativité débridée qui n’a pas peur d’une pop tordue et un engagement de tous les instants. Dès qu’il délaisse un de ces deux avantages et sort de sa zone de confort, le charme se rompt et nous laisse avec une demi-réussite. Arrivé avant son prédécesseur, on aurait sans doute salué l’effort, mais pas de chance, arrivé en troisième lieu, il marque un certain recul.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)