Accueil du site > Musique > 2011 > Richard Walters - Pacing

Richard Walters - Pacing

mercredi 15 juin 2011, par Laurent

Gueule de bois


M’enfin, Richard, qu’est-ce tu fous ?? Arrête, tu vois bien qu’il y a des gens qui regardent ! S’teplaît, c’est embarrassant, j’te jure... Excusez-le, hein, messieurs-dames, je ne sais pas ce qui prend mon ami mais d’habitude il n’est pas comme ça, je vous promets. Richard, reprends-toi s’teplaît, tu es en train de te ridiculiser devant tout le monde ! Je te préviens, si tu continues, je m’en vais et je te laisse tout seul... Arrête ça tout de suite, tu m’entends ? C’est pas drôle, tu ressembles plus à rien ! Franchement, tu fais pitié.

Faut pas lui en vouloir, madame, c’est quelqu’un de bien vous savez... Vous l’auriez vu il y a deux ans, c’était quelque chose ! “The Animal”, qu’on l’appelait : mais pas bestial pour un sou hein... Non non, mon Richard c’est une créature farouche, une vraie crème quand il veut ! Je sais bien qu’on ne dirait pas là, mais c’est vraiment quelqu’un de raffiné au départ, pas du tout le genre à faire le fier-à-bras dans la rue en… Richard !!! Ça suffit maintenant ! Tu fais peur à la dame avec tes gros sabots, calme-toi !

Honnêtement, je ne sais pas ce qu’il a ingurgité pour se mettre dans des états pareils... Vous connaissez Bell X1, madame ? C’est un groupe irlandais. Eh ben pareil : avant, c’était ballades acoustiques hypersensibles, grâce pudique en veux-tu en voilà, et puis en une fois ils se sont mis à mettre de l’électro-pop là-dedans et on ne les a plus reconnus. Mon gars Richard aussi c’est un cœur d’artichaut au départ, tout sauf le type qui se la jouerait grande gueule avec des refrains radio, mais bon, là il ne tourne pas rond vous comprenez...

Rhaaaa ! Noooon, Richard ! Pas mes pompes, merde, elles sont toutes neuves ! Regarde ce que t’as fait ! Ah, t’es dégueulasse, vraiment... en plus il y a plein de morceaux, c’est immonde ! Qu’est-ce que t’as bouffé ? On dirait des bouts de Coldplay... ah non, pire, c’est du Keane. Pouah ! T’es con Richard, tu sais bien que t’es incapable de digérer ça... Je te préviens, c’est la dernière fois que je te fais confiance. T’es pas foutu de faire attention à ce que tu goûtes et chaque... Hé, madame ! Attendez, revenez !

Voilà ! T’es fier de toi, Richard ? Mais ouais, c’est ça, va te finir dans une boîte pourrie à faire ton Depeche Mode du pauvre ! Mais moi je me barre !! Quoi, qu’est-ce qu’il y a ? Tu chiales, maintenant ?? Ah non, mon vieux, c’est trop tard pour jouer la carte du pleurnichard doué, elle est partie maintenant ! C’est pas avec quelques jolis mots que tu vas rattraper tes conneries ! Non mais qu’est-ce qui t’est passé par la tête ? Tu pouvais pas rester posé, être un peu subtil ? Je te connais Richard, c’est pas toi ce cirque ! Ça te ressemble pas, ça...

Bon allez, viens, je te ramène chez toi. Mais promets-moi que tu me referas jamais un machin pareil ! Tu le sais, que je t’aime bien Richard... Tu le sais hein ? Eh ben alors ? C’était quoi, ça ? C’est pas des façons de me remercier, dis donc. C’est juste égoïste. Et puis ça sert à rien, tu vois bien : tu fais juste fuir tout le monde... Allez, va te coucher et essaye de passer une bonne nuit, parce qu’après y’aura du boulot. Et je te raconte pas la gueule de bois demain matin...

Article écrit par Laurent

Share on Facebook

Répondre à cet article

3 Messages de forum

  • Richard Walters - Pacing 15 juin 2011 15:42, par Julien

    Pouvez me dire comment ajouter votre blog a mes flux RSS ?

    tarif location de voiture

    Location de voitures en e parc comprend une location de voiture de Nice sur l’annuaire des entreprises du 0. Trouvez les numeros de telephone et location de voiture adresses des location de voiture de Nice. Location de voiture

    Répondre à ce message

    • Richard Walters - Pacing 15 juin 2011 15:56, par Laurent

      Si je ne dis pas de bêtise il y a un lien en bas de page...

      Répondre à ce message

      • Richard Walters - Pacing 16 juin 2011 21:10, par Mmarsupilami

        Ouch ! Curieux et pressé d’écouter ça. Les grands écarts ridicules, j’adore ! Quand je pense que j’avais plutôt apprécié le premier (c’est peu dire) et que j’ai toute confiance en tes appréciations globales (bon, les divergences, on en parlera une autre fois), je suis déjà en train de rouler sur la carpette à relire ma chronique (sous titre générique "Recette du bon singer-songwriter") de cet album que j’appréciai tant.

        Des arrangements qui doivent toute leur beauté à la sobriété. C’est saisissant, sur la plupart des morceaux, il n’y a grosso modo que de la guitare. Mais toute apparition de choeur, de chorus dédoublé, d’instruments supplémentaires (piano, viloncelle) est d’une simplicité désarmante et tombe tellement à propos que son absence paraîtrait inconcevable.

        Euh, hrm ! _ :-D

        Répondre à ce message

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0