Accueil > Critiques > 2011

Mechanical Bride - Living With Ants

vendredi 23 septembre 2011, par Laurent

Sonnet


L’épouse mécanique marche vers l’autel –
Il y a trois étés qu’on attendait les noces –
Voleuse de cœurs que ses chœurs de chair et d’os
Immergent dans le cuivre d’un jazz infidèle.

Nue sous le voile, elle semble aller vers sa fin,
Gorgée du noir et blanc d’un piano baladeur.
Walk into the forest, lui dit une voix sœur :
Ici la couleur du feu teint le goût du vin.

Touchée par la rage sourde de l’indicible,
Hérissant sa peau de pêche, la louve craque,
Avançant au combat pour pleurer près des lacs.

Nuit, révèle-moi tout de sa beauté visible ;
Traduis-moi le cancan de ses démons qui dansent ;
Son union, bénis-la ; je chéris mon alliance !


Répondre à cet article

2 Messages

  • Mechanical Bride - Living With Ants 23 septembre 2011 22:04, par Mmarsupilami

    M’appliquant à entrer dans ta chronique là

    Où elle commence, aussitôt, je me

    Rends compte que ce nom me dit quelque chose.

    Et, donc, je cherche dans mes archives personnelles, toutes ces notes accumulées au fil des ans.

    Tout y est et j’y retrouve un album, autoproduit en 1999, téléchargé deux ans plus tard chez emusic.

    Ha, il m’avait bien plu, ce premier opus chez CD Baby, même si en dix ans, les sons se sont effacés comme la vague astique la grève !

    Ah, que oui, puisqu’à l’époque, je lui avais accorde un vaillant 9/10, preuve chez moi d’une accroche réelle pour un garage raide, beatlesien et sympathique.

    Non, par contre, depuis, je ne l’ai plus réécouté...

    Alors, je vais taper mon oreille sur celui-ci.

    Gageons que ce sera un bon, car

    Il est vachement bien évalué par Esprits Critiques

    Reste à apprécier cette oeuvre au-delà des lettres

    Loin de confondre accroche (dix ans plus tôt), acrostiche (toute récente) et asticage (à venir)...

    repondre message

    • Mechanical Bride - Living With Ants 24 septembre 2011 08:32, par Laurent

      Tu t’étais donc levé de bonne heure (et tu me pardonneras de ne pas te répondre par acrostiche interposé), j’avais oublié à quel point "More Than a Girl" datait. J’avais pour ma part découvert la peu prolifique artiste "il y a trois étés" avec "Part II : EP’s" et me suis depuis morfondu en attendant ce troisième volet. Qui, tu l’auras compris, a largement dépassé mes expectations. Désolé de ne rien en dire de très abstrait mais parfois, la pensée primitive parle une langue que la raison ne connaît pas !

      Pour te mettre la puce à l’oreille cependant, sache qu’il y a autant en commun entre la Mechanical Bride d’avant et celle d’après, qu’entre Kim Deal et Lisa Germano. Bref, "tu es dedans pour une surprise" comme disent nos amis britons. Je te la souhaite agréable.

      Bonjour chez toi.

      PS :
      Donc, comme je parcourais tes petites
      Revues, j’appris - ô la surprise immense -
      Un retour, après dix années d’absence,
      Garant d’émotions neuves et licites.
      Sitôt lu, sitôt vu : "Anatomy" !
      Tout à se jouer de ma curiosité
      Ou s’apprêtant à venir dissiper
      Réminiscences floues et nostalgie,
      En décevant mes souvenirs chéris...

      repondre message

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)

  • Jungstötter - Air

    Quand on a découvert Jungstötter, c’était presque trop beau pour être vrai. En se situant aux confluents de tant de choses qu’on aimait comme Patrick Wolf ou Soap&Skin (dont il a assuré les premières parties) ou Anohni, il a délivré avec Love Is un de nos albums préférés de ces dernières années. C’était aussi l’occasion de retrouver des collaborateurs talentueux comme P.A. Hülsenbeck qui d’ailleurs est (...)