Accueil > Critiques > 2011

Deerhunter - Rhapsody Originals

mercredi 29 juin 2011, par Marc

Version électrique


Deerhunter fascine. Du moins c’est l’effet qu’il a sur certains donc je me compte. Une des raisons de mon attachement est cette propension à montrer plusieurs visages, différents mais cohérents. Et c’est dans cette optique qu’un live est un exercice moins anodin qu’il n’y parait puisque les morceaux y sont transfigurés, pour en faire des exercices électriques et tendus. Aborder ce groupe par ce biais, c’est aussi se contraindre à une vue un peu parcellaire, le prendre pour un groupe de rock, ce qu’il est peut-être finalement.

Parce qu’on peut dire que Deerhunter sur le papier, c’est un fameux fourre-tout. De la noirceur de d’un Joy Division robotique (même si cet aspect est limité à quelques morceaux) à l’abstraction pop d’un Animal Collective en passant par des influences shoegaze et krautrock (rock progressif allemand des années ’70, matrice de bien de bonnes choses actuelles), il y a en effet un peu de tout chez le groupe d’Atlanta. On retrouve la plupart de ces composantes ici, et ils sont allés chercher aussi bien le formidable Nothing Ever Happened que le plus obscur Wash Off pris du Fluorescent Grey EP.

Desire Lines/Hazel est un peu gâché par un son qui n’est pas à la hauteur, un chant moins assuré, mais les parties instrumentales sont au point. Et on en vient à dégainer une référence de plus (de trop ?), celle de Sonic Youth pour l’insolente liberté guitaristique, cette improbable grâce née du chaos que même les maitres de New-York n’arrivent pas à accrocher à chaque fois et qui a fait croire à tellement de groupes qu’il suffisait de pousser les amplis très longtemps pour que quelque chose d’intéressant en sorte. Ici, leurs influences kraut sauvent la mise et on les suit sans effort pendant les plus de 10 minutes du morceau, même s’il faut se rendre compte qu’en cas de fatigue, il faudra envisager de se passer d’un concert pareil. Certaines digressions passent très bien en concert mais semblent parfois un peu longuettes une fois écoutées au casque.

Même si je dois avouer que je peux passer de très longues périodes sans écouter d’albums de Bradford Cox, à chaque fois le charme opère. Le son de ce concert enregistré au festival SXSW d’Austin pour le site Rhapsody n’est pas exceptionnel, un peu brouillon et brut pour susciter des écoutes fréquentes. Comme tout live qui se respecte, il servira tout au mieux de rappel de bons moments pour ceux qui y ont déjà assisté, d’introduction au curieux, et d’incitant pour les indécis. C’est plutôt dans la première catégorie que je me situe pour cette atypique formation qui a n’est pas pour rien dans le son de notre époque. Cette confirmation valait bien un live fût-il anecdotique.

http://www.rhapsody.com/#/artist/deerhunter/album/rhapsody-original

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • The Coral Sea - Golden Planet Sky

    J’ai fréquenté la beauté/Je n’en ai rien gardé
    Si Jean-Louis Murat parle pour lui, on peut pour notre part témoigner qu’on n’a jamais oublié la beauté qui sourdait des albums de Rey Villalobos en tant que House of Wolves. Il a fallu une mise en lumière de l’indispensable Laurent pour qu’on se rende compte qu’il officiait maintenant en tant que The Coral Sea. Et constater par ailleurs que l’album qui était (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos (...)