Accueil > Musique > 2011 > Death In Vegas - Trans-Love Energies

Death In Vegas - Trans-Love Energies

lundi 19 décembre 2011, par Marc

Qu’est-ce que c’est ?


Cette fois, ça sent la fin d’année avec ces critiques qui trainent sur les étagères depuis un bon bout de temps.

Pour paraphraser un morceau légendaire des Talking Heads : « Death In Vegas, qu’est-ce que c’est ? ». Il m’est assez difficile de répondre à la question, tant la versatilité de la formation anglaise est grande. Si vous y ajoutez une pile impressionnante dans des styles très différents (d’Iggy Pop à Hope Sandoval) et un album complet en sorte d’hommage au Krautrock, il y a de quoi franchement se perdre. Avec Richard Fearless seul aux commandes à présent, la cohérence semble plus de mise. Cet album a en tout cas une coloration propre.

Annoncé comme assez garage, ce Trans-Love Energies est tout de même varié, reposant parfois sur très peu de moyens (très bon Your Loft My Acid) ou se faisant plus luxuriant (Savage Love). Si parfois on frise l’apathie (Medication) et flirte carrément avec le dub (Lightning Bolt) et le drone (Drone Reich), l’intensité n’est pas toujours loin (Coum). Witchdance dégage une étrange sensation d’arrêt, de suspension à et de tout cet album un peu avare en sensations fortes mais qui a clairement privilégié la cohérence.

On ne note donc que deux soubresauts. Tout d’abord, Black Hole se sert de la rampe de lancement du premier morceau (et de ses accords) pour amorcer un des seuls virages brusques de l’album. En toute fin, on profite de la belle santé de Savage Love qui explose littéralement dans des ficelles pas trop fines mais auxquelles on s’abandonne de bonne grâce. Trois accords suffisent parfois…

Il semble que dorénavant Death In Vegas veuille tirer dans une direction à la fois. Fort heureusement, il arrive à tirer avec des intensités différentes. Au final, on trouvera un album de bonne facture, qui semble étrangement éloigné et distant, et arrive en quelques occasions à sortir de sa coquille.

http://www.deathinvegasmusic.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)