Accueil > Musique > 2011 > Death In Vegas - Trans-Love Energies

Death In Vegas - Trans-Love Energies

lundi 19 décembre 2011, par Marc

Qu’est-ce que c’est ?


Cette fois, ça sent la fin d’année avec ces critiques qui trainent sur les étagères depuis un bon bout de temps.

Pour paraphraser un morceau légendaire des Talking Heads : « Death In Vegas, qu’est-ce que c’est ? ». Il m’est assez difficile de répondre à la question, tant la versatilité de la formation anglaise est grande. Si vous y ajoutez une pile impressionnante dans des styles très différents (d’Iggy Pop à Hope Sandoval) et un album complet en sorte d’hommage au Krautrock, il y a de quoi franchement se perdre. Avec Richard Fearless seul aux commandes à présent, la cohérence semble plus de mise. Cet album a en tout cas une coloration propre.

Annoncé comme assez garage, ce Trans-Love Energies est tout de même varié, reposant parfois sur très peu de moyens (très bon Your Loft My Acid) ou se faisant plus luxuriant (Savage Love). Si parfois on frise l’apathie (Medication) et flirte carrément avec le dub (Lightning Bolt) et le drone (Drone Reich), l’intensité n’est pas toujours loin (Coum). Witchdance dégage une étrange sensation d’arrêt, de suspension à et de tout cet album un peu avare en sensations fortes mais qui a clairement privilégié la cohérence.

On ne note donc que deux soubresauts. Tout d’abord, Black Hole se sert de la rampe de lancement du premier morceau (et de ses accords) pour amorcer un des seuls virages brusques de l’album. En toute fin, on profite de la belle santé de Savage Love qui explose littéralement dans des ficelles pas trop fines mais auxquelles on s’abandonne de bonne grâce. Trois accords suffisent parfois…

Il semble que dorénavant Death In Vegas veuille tirer dans une direction à la fois. Fort heureusement, il arrive à tirer avec des intensités différentes. Au final, on trouvera un album de bonne facture, qui semble étrangement éloigné et distant, et arrive en quelques occasions à sortir de sa coquille.

http://www.deathinvegasmusic.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi membre de C’mon Tigre qui avait déjà tenté et réussi de grands écarts et on retrouve ce bel éclectisme (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui est explorée ici par le batteur et percussionniste Jean-Baptiste Geoffroy (aussi membre de formations au (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version de cet album basé sur des enregistrements glanés au long de 5 années de créations est déjà sortie l’an (...)

  • Jeanne Added – By Your Side

    Il est parfois facile avec du recul de tracer une trajectoire musicale. Si on considère que le second de ses excellents albums montrait un certain assagissement, celui-ci confirme cette tendance, avec un déplacement de l’équilibre qui nous plait moins comme on va le voir.
    Si on écoute aujourd’hui un album de Jeanne Added, c’est qu’on a décelé tout de suite dans sa synth-pop une interprétation au-dessus de la moyenne. On le sent dès It’s a Lie. Hey Boy est plus calme que ce qu’on lui connaissait et on (...)