Accueil > Musique > 2011 > Bento - III (Be This Ocean !)

Bento - III (Be This Ocean !)

vendredi 2 septembre 2011, par Marc

Mondo bento


Les groupes ayant un article sur wikipedia sont assez courants, ce qui est d’ailleurs plutôt pratique pour ne pas vous raconter trop de carabistouilles. Plus rares sont ceux qui se sont constitué un wiki. C’est le cas de Bento et ça se lit ici. Quand on a abordé le groupe par ce biais, on s’imagine aisément à une expérience délirante et opaque. En fait, ce n’est pas exactement ça. Délirant et inventif, ça l’est sans doute aucun, mais obscur ou hermétique, certainement pas. Leur délire wikiesque a au moins le mérite de préciser que ce ne sont pas des opportunistes, mais des pratiquants du délire de talent.

Leur première sortie s’appelle III, mais à ce niveau-ci, vous aurez compris que la logique ne pourra être qu’interne et personnelle. Cette fois, le détail des titres ne sera pas éclairant, puisque les morceaux n’en ont pas vraiment. De plus, certains sont articulés en plusieurs parties. Pourquoi l’accoler dès lors que les morceaux n’ont pas de titre ? Pourquoi pas en fait ? C’est plutôt comme ça qu’ils pensent je crois. On peut donc au sein d’un même ‘morceau’ passer du délire proche d’un Dan Deacon qui dérive vers un garage psychédélique, le tout accolé à une balade éthérée. C’est en effet dans la zone franche que fréquente l’électron libre de Philadelphie qu’il conviendra de trouver des cousinages.

Vous aurez compris, futés que vous êtes, qu’on passera par tout l’arc-en-ciel, un peu psychédélique, kraut, garage, tout. Ils ont même des morceaux pop évidents dans leur sac à malice et ne reculent pas devant des parodies de radio avec morceaux incrustés ou du japonais (à vue d’oreille). Constants sont par contre l’accent frenchy (je m’en veux de remarquer ça tellement souvent, mais rien à faire, je le remarque) et le ton ensoleillé.

Ou veulent-ils en venir ? C’est une question qui me vient rarement à l’esprit, la musique se suffisant souvent à elle-même. Mais après la cryptique et plaisante présentation, l’album tire dans tellement de directions qu’il semble virtuellement impossible de se faire un avis. L’album est un appel aux moyens et on peu dire qu’occasionnellement, on comprend l’envie d’étoffer le son (il est bon ceci dit), d’offrir à ces compositions variées plus d’ampleur.

Se cacher derrière un concept pour masquer l’indigence des compositions, très peu pour Bento. Cette bande-là a besoin d’espace d’expression pour son trop-plein d’imagination tout simplement. Oui, c’est copieux, et si la nuit a été mauvaise la cote d’alerte peut être atteinte, mais ces touche-à-tout ont un tel manque de préjugés et de complexes que leur appétit est communicatif.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Tamar Aphek - All Bets are Off

    On ne peut nier l’importance de la jeunesse, le mythe tenace du premier album. On sait qu’il y aura toujours des albums venus de nulle part pour récompenser notre patience et notre dévouement. On n’a qu’une seule chance de faire une bonne première impression et la jeune Israélienne Tamar Aphek la saisit à pleine mains. Son premier album (il y a eu un EP avant ça) démarre sur les chapeaux de roues, avec un ton qui rappelle Liars dans la propension à utiliser des rythmes fiévreux sans être abscons. (...)

  • MamaKilla - We Coo

    MamaKilla (on prononce ‘Mama kiya’ visiblement) est un power-duo avec Stéphane Del Castillo au chant et à la guitare, Boris Barzul à la batterie et aux samples. La formule est souvent reprise, notamment pour faire beaucoup de bruit ou assumer de bons délires psychédéliques. C’est un peu le cas ici, mais si on vous en parle, c’est surtout parce qu’il y a autre chose.
    On prend ses marques avec We Coo qui se pose en stoner dense et plutôt lent. Mais la tangente est vite prise dès Go and Tidy Up your (...)

  • Freedom Candlemaker - Beaming Light

    Vous reprendrez encore une petite lampée de pop grecque ? Pas de panique, Lefteris Moumtzis s’exprime en anglais, le nom du projet étant même la traduction littérale du patronyme du Chypriote.
    On entre tout de suite dans son univers cotonneux avec un son très doux. Mais on aura aussi de la variété puisque après l’ample début il varie et syncope. On aura droit aussi à une dose de psychédélisme. Le son étant un peu lisse et le ton fort détendu malgré le tempo jamais lymphatique, c’est un album qui pourra (...)

  • Saint Sadrill - Pierrefilant

    Harmonies vocales en avant, grand départ sur un morceau de 11 minutes, on ne peut pas dire que la musique de Saint Sadrill vise les personnes pressées. Pourtant, le projet du Français Antoine Mermet et de ses comparses n’a rien de torturé. Elle musique prend son temps mais pas nécessairement pour flâner en route (ce qui serait son droit le plus strict) mais pour qu’on profite du climat installé.
    On note encore plus de tension sur Corq qui en devient un gros morceau, riche de sa pulsation, de sa (...)