Accueil > Musique > 2011 > William Elliott Whitmore - Field Songs

William Elliott Whitmore - Field Songs

jeudi 14 juillet 2011, par Marc

L’esprit grandes prairies


Il est souvent hasardeux de juger un flacon à son étiquette. Souvent, mais pas toujours. Quand sur la pochette du dernier album de William Elliott Whitmore des fermiers rentrent du foin, on peut raisonnablement penser qu’on n’aura pas affaire à de la musique qui évoque les tags, le métro et les embouteillages. Il faut dire qu’on connait ce chanteur, qu’on avait déjà plongé dans son folk rural et authentique, et apprécié les chansons simples et touchantes de son précédent Animals In The Dark

A mille lieux de l’imitation, d’Européens se fantasmant un midwest inexistant dans leur chambre du vieux monde (avec des réussites extrêmement variables), cet album sent le foin, la fumée du feu, le diesel du van, enfin tout ce qu’on est en droit d’attendre de l’authenticité. Pour que l’illusion soit complète dans le métro, il a même ajouté des chants d’oiseaux entre les morceaux. Parmi ceux-ci d’ailleurs, on n’en retrouve pas de plus ample et orchestré comme sur son précédent album (celui-ci est le huitième). Tout au plus a-t-on droit à une grosse caisse imperturbable en guise de rythmique (Don’t Need). Pour le reste, une guitare ou un banjo font l’affaire.

La voix est éraillée et grave tout juste comme il faut, avec le grain qu’il faut (un peu plus que le Springsteen acoustique). Et les paroles ne traitent pas de trafic de crack ou de l’opportunité de scission de l’arrondissement électoral de Tulsa-Wichita-Vilvoorde, mais de vie rurale, de rédemption, d’amours perdues.

Comme toutes les musiques trop typées et vite cernées, il serait tentant de ne montrer qu’une raillerie amusée. Pourtant, il y a ici une dose de morceaux qui prouve que la passion et la sincérité peuvent passer outre les modes, même si cette rugosité campagnarde est pour l’éternité à l’abri des affres de la hype. Sans doute qu’il existe des kilopelles de chanteurs semblables, là-bas, mais c’est celui-ci qui nous arrive et il est vraiment bon. Alors on l’accueille, on est comme ça. Bourbon ?

http://www.myspace.com/williamewhitmore
http://www.williamelliottwhitmore.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)