Accueil > Musique > 2011 > William Elliott Whitmore - Field Songs

William Elliott Whitmore - Field Songs

jeudi 14 juillet 2011, par Marc

L’esprit grandes prairies


Il est souvent hasardeux de juger un flacon à son étiquette. Souvent, mais pas toujours. Quand sur la pochette du dernier album de William Elliott Whitmore des fermiers rentrent du foin, on peut raisonnablement penser qu’on n’aura pas affaire à de la musique qui évoque les tags, le métro et les embouteillages. Il faut dire qu’on connait ce chanteur, qu’on avait déjà plongé dans son folk rural et authentique, et apprécié les chansons simples et touchantes de son précédent Animals In The Dark

A mille lieux de l’imitation, d’Européens se fantasmant un midwest inexistant dans leur chambre du vieux monde (avec des réussites extrêmement variables), cet album sent le foin, la fumée du feu, le diesel du van, enfin tout ce qu’on est en droit d’attendre de l’authenticité. Pour que l’illusion soit complète dans le métro, il a même ajouté des chants d’oiseaux entre les morceaux. Parmi ceux-ci d’ailleurs, on n’en retrouve pas de plus ample et orchestré comme sur son précédent album (celui-ci est le huitième). Tout au plus a-t-on droit à une grosse caisse imperturbable en guise de rythmique (Don’t Need). Pour le reste, une guitare ou un banjo font l’affaire.

La voix est éraillée et grave tout juste comme il faut, avec le grain qu’il faut (un peu plus que le Springsteen acoustique). Et les paroles ne traitent pas de trafic de crack ou de l’opportunité de scission de l’arrondissement électoral de Tulsa-Wichita-Vilvoorde, mais de vie rurale, de rédemption, d’amours perdues.

Comme toutes les musiques trop typées et vite cernées, il serait tentant de ne montrer qu’une raillerie amusée. Pourtant, il y a ici une dose de morceaux qui prouve que la passion et la sincérité peuvent passer outre les modes, même si cette rugosité campagnarde est pour l’éternité à l’abri des affres de la hype. Sans doute qu’il existe des kilopelles de chanteurs semblables, là-bas, mais c’est celui-ci qui nous arrive et il est vraiment bon. Alors on l’accueille, on est comme ça. Bourbon ?

http://www.myspace.com/williamewhitmore
http://www.williamelliottwhitmore.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Jawhar - Tasweerah

    Un Nick Drake des sables, c’est ainsi qu’on nous l’avait présenté, c’est ainsi qu’on l’avait aimé. Mais Jawhar est un artiste, de ceux qui rechignent à se cantonner à un procédé, aussi riche soit-il. Et ce quatrième album s’éloigne sensiblement de cette référence de base. Pas par caprice, c’est tout simplement un effet secondaire de son évolution.
    L’emploi de la langue arabe est toujours un marqueur fort de la musique du Belgo-Tunisien. Evidemment l’anglais ne peut que fonctionner vu les genres pratiqués (Born (...)