Accueil > Musique > 2011 > Snowmine - Laminate Pet Animal

Snowmine - Laminate Pet Animal

samedi 20 août 2011, par Marc

Solaire


Il me semble que bien des nouveaux noms nous sont proposés récemment. Un exemple ? Ce quintette de Brooklyn qui semble ne pas avoir agité beaucoup de vent lors de sa sortie.

Pourtant, l’amateur d’indie de la grosse pomme trouvera bien vite ses marques avec cette musique plus composite et complexe qu’elle n’y parait. Simple et très légère en surface, mais assez foisonnante dans le détail. Mais j’avoue que c’est en cherchant bien que j’en suis venu à faire cette découverte parce que les enrichissements en cordes (The Hill) ou en beats (Danger In The Snow) restent digestes. Dans les faits, j’ai pu songer avoir trouvé le chainon manquant entre Memory Tapes (pour l’ambiance soyeuse) et Yeasayer (la voix y fait souvent penser).

Mais ce sont les amateurs des Shins qui seront sans doute les moins dépaysés. Certains morceaux n’en ont pas la limpidité (This One, Penny), mais la pop ensoleillée, les guitares cristallines ou en nuages de Let Me In s’en approchent bien plus. Ne cherchez plus, le meilleur morceau de l’album est là. Sans doute aussi parce que certains autres morceaux pêchent par manque de limpidité mélodique, ce qui ne pardonne pas en pop (Beast In Air, Beast In Water) ou se cantonnent dans une pop solaire plus convenue (Piece Of Your Pie). Etrangement, ce n’est qu’à l’extrême fin du dernier morceau qu’un peu de nervosité point à la surface.

La recherche sur le son qui amène une uniformité de traitement (style bande laissée au lave-vaisselle) que l’on déplore souvent a un étrange effet secondaire, celui de faire passer tout ce qui s’éloigne de ce dogme comme un peu trop lisse et froid. C’est ce qui fera peut-être passer quelques auditeurs potentiels à côté de cet album plaisant et bien fini.

http://snowmine.bandcamp.com/
http://www.myspace.com/snowmine

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)