Accueil > Critiques > 2011

Paul Kalkbrenner - Icke Wieder

jeudi 28 juillet 2011, par marc

Les équipes de sprinters mettent en route


Paul Kalkbrenner, c’est l’histoire d’un malentendu, d’un chouette morceau (Sky and Sand) dégotté au détour d’un grand album qui devient un tube quand on était déjà passé à autre chose. Cet album profitait d’un film que personne n’a vu pour reprendre certains morceaux fameux, qu’ils soient de lui (Gebrunn Gebrunn), ou non (Mango de Sasha Funke). Seb vous en avait à l’époque dit tout le bien qu’il en pensait d’ailleurs.

Ce qui fonctionnait chez Kalkbrenner, c’est soit un gout putassier bien placé (son tube, des courtes réussites comme Revolte), ou une tension palpable et entêtante (les morceaux mentionnés). Putassier, ce l’est maintenant trop peu, rendant certains morceaux carrément mornes (Schnakeln) ou laborieux (Des Stabe Reuse). Il semblerait que Kalkbrenner ait évité le spectaculaire, les vocaux, enfin tout ce qui pourrait sembler pop. Ce n’est pas un problème en soi si on trouve des alternatives pour appâter le chaland non connaisseur que je suis.

De plus c’est un album dont l’intérêt croit lors de l’écoute. Qui commence lentement quoi, qui n’évolue pas vers plus de flamboyance mais plus de tempo (Kruppzeug). Le premier morceau est ainsi une promesse d’évolution qui ne viendra pas. Et le décollage sera placide, linéaire comme le placement des basses de Gutes Nitzwerk. Il ne semble se soucier de l’efficacité que sur Kleines Bubu. Le gimmick de violon synthétique est quand même une idée faible pour tenir tout le morceau. On retrouve alors avec plaisir une d’intensité toute minimale sur Sagte Der Baer.

En ce mois de juillet, les allusions cyclistes sont tentantes, à défaut d’être véritablement classe. On peut donc voir cet album comme une étape de plaine, un peu résignée. De celles qu’on regarde parce qu’on a le temps et qu’on aime ça sans trop se poser de questions, qui se traine un peu avec des échappés condamnés avant de voir les équipes de sprinters assurer un train soutenu et sans accélération véritable. Il manque tout de même le sprint royal pour couronner le tout.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Paul Kalkbrenner - Icke Wieder 28 juillet 2011 09:20, par Mmarsupilami

    Si le dernier morceau monte un peu, ça pourrait convenir à un coureur explosif. Philippe Gilbert ?

    Philiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiipe !

    repondre message

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)

  • Odyssée - Arid Fields

    La nature est un décor, certes, mais pour beaucoup de musiciens, c’est un contexte, voire une inspiration. On se souvient par exemple des expériences Echolocation d’Andrew Bird ou des prestations au grand air de Kwoon, la liste étant loin d’être exhaustive. Odyssée est Edouard Lebrun et, installé dans un chalet des Alpes depuis 2020, il a développé un système de synthétiseur auto-alimenté qui lui (...)