Accueil > Musique > 2011 > Paul Kalkbrenner - Icke Wieder

Paul Kalkbrenner - Icke Wieder

jeudi 28 juillet 2011, par Marc

Les équipes de sprinters mettent en route


Paul Kalkbrenner, c’est l’histoire d’un malentendu, d’un chouette morceau (Sky and Sand) dégotté au détour d’un grand album qui devient un tube quand on était déjà passé à autre chose. Cet album profitait d’un film que personne n’a vu pour reprendre certains morceaux fameux, qu’ils soient de lui (Gebrunn Gebrunn), ou non (Mango de Sasha Funke). Seb vous en avait à l’époque dit tout le bien qu’il en pensait d’ailleurs.

Ce qui fonctionnait chez Kalkbrenner, c’est soit un gout putassier bien placé (son tube, des courtes réussites comme Revolte), ou une tension palpable et entêtante (les morceaux mentionnés). Putassier, ce l’est maintenant trop peu, rendant certains morceaux carrément mornes (Schnakeln) ou laborieux (Des Stabe Reuse). Il semblerait que Kalkbrenner ait évité le spectaculaire, les vocaux, enfin tout ce qui pourrait sembler pop. Ce n’est pas un problème en soi si on trouve des alternatives pour appâter le chaland non connaisseur que je suis.

De plus c’est un album dont l’intérêt croit lors de l’écoute. Qui commence lentement quoi, qui n’évolue pas vers plus de flamboyance mais plus de tempo (Kruppzeug). Le premier morceau est ainsi une promesse d’évolution qui ne viendra pas. Et le décollage sera placide, linéaire comme le placement des basses de Gutes Nitzwerk. Il ne semble se soucier de l’efficacité que sur Kleines Bubu. Le gimmick de violon synthétique est quand même une idée faible pour tenir tout le morceau. On retrouve alors avec plaisir une d’intensité toute minimale sur Sagte Der Baer.

En ce mois de juillet, les allusions cyclistes sont tentantes, à défaut d’être véritablement classe. On peut donc voir cet album comme une étape de plaine, un peu résignée. De celles qu’on regarde parce qu’on a le temps et qu’on aime ça sans trop se poser de questions, qui se traine un peu avec des échappés condamnés avant de voir les équipes de sprinters assurer un train soutenu et sans accélération véritable. Il manque tout de même le sprint royal pour couronner le tout.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Paul Kalkbrenner - Icke Wieder 28 juillet 2011 09:20, par Mmarsupilami

    Si le dernier morceau monte un peu, ça pourrait convenir à un coureur explosif. Philippe Gilbert ?

    Philiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiipe !

    repondre message

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)