Accueil > Critiques > 2011

Intergalactic Lovers - Greetings and Salutations

mardi 16 août 2011, par marc

Début d’après-midi


Encore une fois, il sera admis que l’origine d’un groupe est secondaire, mais dans nos colonnes, une provenance d’Alost est plus exotique que, disons, Seattle ou Montreal. Comme il est probable qu’on entende parler de ce groupe malgré le manque de porosité de la frontière linguistique, le premier album des Intergalactic Lovers mérite qu’on s’y attarde.

Si n s’y attarde, c’est aussi parce que cet album est moins prévisible qu’on pourrait le penser de premier abord. Jouons aux portraits chinois, c’est tellement futile. Si cet album était un moment de la journée, il serait le début d’après-midi, cette heure où on balance entre nécessité de travailler et aspiration au repos. Il y a cette ambivalence ici, celle du devoir de bon élève trop bien peigné qui fait ses coups en douce à la récré.

Des voix féminines, ce n’est pas ce qui a manqué récemment (Hannah Peel, Deb Oh, Lia Ices, Little Scream…) ou pas (Dido). Celle de Lara Cherdaoui est un peu plus policée peut-être, mais peut se faire plus démonstrative, un peu à la manière de Florence And The Machines (Howl). En tout cas, elle remplit bien l’espace quand le tempo ralentit.

N’allez pas penser qu’agréable est une qualité secondaire pour un album, même si d’une manière générale, tout est trop ripoliné pour vraiment faire chavirer. La musique est un peu trop lisse pour qu’un I Killed Before And I’ll Do It Again puisse susciter l’effet désiré. Mais si on ne prête pas attention à ce détail, ce pop-rock policé comporte de bonnes idées. Bruises est ainsi fort agréable (même si très loin du morceau du même nom de Chairlift) et c’est vers ce moment-là que l’album devient plus intéressant, nous livrant les deux temps d’un Drive plus intense. N’attendez pas qu’ils se mettent à rugir, mais ils montrent que l’étendue de leurs possibilités est plus grande qu’on aurait pu le penser.

C’est un premier album, donc le style demandera encore à être raffiné, et un choix devra sans doute être fait entre du passe-partout très bien fait et un esprit plus aventureux. Il va de soi que la seconde option me plairait bien mieux mais j’y crois moyen. Sur base de ce premier album qui a été fort bien reçu outre-taalgrens, les espoirs sont légitimes et si vous cherchez de la douceur, il n’y a pas de raison de se priver.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Peritelle - l’Ampleur des Dégâts

    Alors que les dossiers de presse font état d’un album qui n’existe que dans la tête de ceux qui le défendent, il est difficile de faire mieux que Un album de la presque-maturité où la mélancolie succède presque au second degré... Cela risque d’en faire pleurer plus d’un·e !
    Cette laconique présentation met le doigt sur ce qui fait la spécificité de Peritelle, ’presque’. Parce que c’est dans ces (...)