Accueil > Musique > 2011 > Like Horses Do - Like Horses Do EP

Like Horses Do - Like Horses Do EP

vendredi 5 août 2011, par Marc

Le bon cheval


De temps en temps, il est bon de présenter un jeune groupe, de découvrir un potentiel compagnon de route. Celui-ci est un trio français qui a compris que la pop, ça peut se muscler à coups de beats. Pourtant, pour ce groupe hexagonal, ce sont des références plus belges qui m’ont d’abord été rappelées pour The Stars. Le Ghinzu de Blow ou dEUS par exemple. On a plus infâmant en réserve dans notre petit royaume.

Le temps de regretter que le premier morceau s’évanouisse dans un fondu alors qu’on l’aurait bien imaginé réattaquer, on a déjà compris qu’il se passe quelque chose au niveau de ce gros son, pour en faire des pièces bastonneuses pas forcément taillées pour le dancefloor, à la manière d’un Blackstrobe. Sur WSWTW, la subtilité est priée d’attendre son tour parce que l’efficacité a pris sa place. En petit en-cas, comme ça, c’est bienvenu. Mais on pourrait aussi imaginer qu’un DJ jouasse vienne remettre son grain de sel là-dedans.

Tout n’est pas abordé avec une masse pour caisse claire, cet EP est tempéré de touches qu’on pourrait rapprocher de Depeche Mode récents, ou Goldfrapp (Silent Whisper). On pense à la façon glam de la belle Alisson quand déboule la voix féminine sur My Planet, encore que quelques accents de Daft Punk y émergent aussi. On peut donc dire qu’il se passe des choses sur ce morceau de moins de cinq minutes que je conseille.

Comme trop souvent hélas, les commentaires sur les formations débutantes comportent bien des références. C’est non seulement un tic de dossier de presse, mais un comportement compréhensible quand la variété d’un premier EP doit servir de carte de visite pour la suite. Dans le cas qui nous occupe, je pourrai dire ce que j’y ai apprécié la puissance du son et la tranquille assurance d’un groupe qui attend son heure.

www.myspace.com/likehorsesdo

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi membre de C’mon Tigre qui avait déjà tenté et réussi de grands écarts et on retrouve ce bel éclectisme (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui est explorée ici par le batteur et percussionniste Jean-Baptiste Geoffroy (aussi membre de formations au (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version de cet album basé sur des enregistrements glanés au long de 5 années de créations est déjà sortie l’an (...)

  • Jeanne Added – By Your Side

    Il est parfois facile avec du recul de tracer une trajectoire musicale. Si on considère que le second de ses excellents albums montrait un certain assagissement, celui-ci confirme cette tendance, avec un déplacement de l’équilibre qui nous plait moins comme on va le voir.
    Si on écoute aujourd’hui un album de Jeanne Added, c’est qu’on a décelé tout de suite dans sa synth-pop une interprétation au-dessus de la moyenne. On le sent dès It’s a Lie. Hey Boy est plus calme que ce qu’on lui connaissait et on (...)

  • VKNG - Illumination

    Les nouveaux groupes peuvent aussi être formés par des gens aguerris. Outre les super-groupes qui matérialisent l’envie d’artistes établis (pensons à FFS et EL Vy dans un passé récent), il y a le cas plus rare qui nous occupe ici, à savoir deux amis d’enfance ayant déjà acquis séparément de l’expérience.
    VKNG (prononcez ‘Viking’, c’est plus facile) est à la base un duo français. Maxime Delpierre est un guitariste et producteur qui a collaboré avec des gens comme Rachid Taha, Damon Albarn ou Mick Jones et (...)

  • Lilly Wood & the Prick - Invincible Friends

    Entre deux
    Arrivé sur ma platine au printemps, vite oublié parmi les frivolités estivales, l’album de Lilly Wood & the Prick a tenté quelques timides retours en automne, toujours discrètement présent dans mes listes de lecture sur foi de quelques tubes en puissance jamais transformés en amis pour la vie. Et pourtant, au milieu des premiers flocons de neige qui annoncent un nouvel hiver toujours plus long et rigoureux, la chaleureuse mélancolie de Prayer in C révèle comme l’âtre élémentaire (...)

  • The Clonious - Between The Dots

    Le pointilliste
    Voilà un album qui vient à point éponger une soif de découverte musicale, de quoi m’empêcher un petit temps de tourner en rond sur les sites de vente en ligne spécialisés de musiques électroniques ... anglosaxonnes. (bref sur bleep) D’ailleurs c’est sur le site allemand à l’origine plus orienté hiphop et culture street hhv que j’ai croisé le chemin de Paul Movahedi alias The Clonious.
    Fini de s’humecter les lèvres de samples electro peu originaux, voilà du lourd, de la fusion des genres, (...)

  • Birdy Nam Nam - Manual For Successful Rioting

    La tueurie de l’année ?
    Les quatres membres, Crazy B, Little Mike, DJ Need et DJ Pone, de Birdy Nam Nam sortent en ce début d’année leur second album, produit par du "beau" monde, Yuksek et Justice.
    Ces champions du monde par équipe de turntablism au concours DMC en 2002 (la même année que le talentueux japonais DJKentaro en solo) avaient sorti un premier album prometteur d’abstract Hip-Hop. De bonnes ambiances, du bon son haché par les techniques de turntablism, c’était tout de même un peu trop (...)