Accueil > Critiques > 2011

Waters - Out In The Light

samedi 10 septembre 2011, par marc

Après Port


Dans la longue série d’événements qui m’ont échappé, il y a eu le split de Port O’Brien au printemps 2010. Van Pierszalowski, le chanteur-guitariste et leader, a donc décidé de mettre un terme au ballet incessant des tournées et est parti se ressourcer en Norvège. Lors de ce break l’envie de composer l’a repris, et il s’est mis à voyager. C’est en Norvège que le Californien est retourné, et a formé un groupe avec qui il a (assez vite) enregistré cet album à Dallas, Tx.

On le voit, la genèse de cet album est inhabituelle, pourtant malgré ces pérégrinations, on retrouve pas mal de choses de ce qu’on a aimé chez Port O’Brien, montrant à quel point son rôle était crucial. Première constatation, c’est le versant plus électrique de la très éclectique formation qui est à l’honneur ici. Sachez-le avant d’aborder cet album, on est souvent plus proches des délires du Crazy Horse (le groupe hein…) que du feu de camp. Il attaque franco, dans un style que Neil Young ne renierait pas. Mêler des mélodies et des guitares, ça donne souvent de la power-pop (genre assez éloigné de mes aspirations) Tout est question de son, et le résultat est assez différent, comme le seraient de des versions vitaminées de perles folk plutôt que pop. Il y a donc de l’énergie rock avec de varies mélodies et un ton toujours aussi identifiable et singulier.

On peut donc avoir des moments plus pesants comme O Holy Break Of Day et c’est réjouissant d’avoir ce rock un peu poisseux et décomplexé. Evidemment, c’est plus viscéral et moins joli que ce qu’on connait, mais l’intensité reste. Pour quelqu’un qui ne s’offre que rarement des guitares en paquet, c’est un défouloir plaisant. Il reste cependant des balades ou d’agréables mid-tempos comme Ones You Had Before.

Une des vraies forces de Port O’Brien, c’était de tirer dans plein de directions en visant juste, imposant à chaque coup sa personnalité. La reconversion de son leader l’oriente plus clairement dans une direction au détriment des autres, mais comme il n’a pas laissé son appétit de composition en friche, on prendra cette énergie avec plaisir.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)