Accueil > Musique > 2011 > Mister Heavenly - Out Of Love

Mister Heavenly - Out Of Love

mercredi 24 août 2011, par Marc

Tous ensemble, ouais !


L’union fait la force n’est pas seulement la devise d’un pays qui tend à l’oublier, c’est peut-être aussi ce que ce sont dit trois joyeux drilles au moment de former Mister Heavenly. On retrouve dans ce groupe Nick Thorburn (chanteur guitariste) d’Islands, Honus Honus de Man Man et le batteur de Modest Mouse Joe Plummer,, donc trois membres de formations dont on a déjà pu dire du bien. Avec en sus l’impayable Michael Cera pour certains concerts.

Mister Heavenly semble s’être mis en tête de créer un genre nouveau, forme mutante de doo-wop (un goût commun à ce qu’il paraît) qu’ils ont baptisé pour l’occasion doom-wop. Et de fait, on trouve un piano sautillant (charmant Charlyne et sa guitare limpide) et Your Girl est baigné de cette ambiance nostalgique. Mais rien à faire, leur amour du branque organisé reprend le dessus quoiqu’il arrive. C’est patent sur la plage titulaire qui n’aurait jamais eu ce son dans les années ’50.

A partir du casting, il est presqu’inévitable de vouloir retrouver des traces des groupes qu’on a bien aimés, comme le côté lourd et bricolé à la fois des faux branleurs de Modest Mouse, l’amour des remontées et le chant personnel d’Islands (qui m’a carrément fait penser à Bowie sur Diddy Eyes, ce qui ne m’avait jamais frappé auparavant) et le bastringue de Man Man (flagrant sur I Am A Hologram). Et puis le point commun entre ces trois formations, c’est cette maitrise de la folie, du dérapage toujours contrôlé. On retrouve cette impression de talent rigolard et pas dupe. Il y a donc des traces de toutes les origines, et le mélange, s’il n’est pas à proprement parler détonnant, est à tout le moins plaisant (moins quand ils se lancent dans du reggae évidemment).

Dire que cette association de bienfaiteurs est une des réussites de l’année serait un peu distordre la réalité. Ceci dit, il est difficile de nier qu’on rentre dans cet album comme chez soi, comme quand on découvre sur facebook que des gens qu’on connait d’horizons différents sont connectés. La pertinence de l’exercice tient aussi de la cohérence des styles et leur mélange à l’euphorie communicative fera plaisir à ceux qui apprécient un de ces groupes (ou les trois, c’est ce que je vous souhaite).

http://www.misterheavenly.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)