Accueil > Musique > 2011 > Sunnybrook - Water Me Glow

Sunnybrook - Water Me Glow

dimanche 7 août 2011, par Marc

Noyons le morceau


Il y a discret et discret. Et puis il y a carrément introuvable. Le projet de Paul North (de Denton, Texas) est même passé hors du radar de Pitchfork, c’est dire. Et si cet album nous inspire une critique complète, et pas une mention en format court, ce n’est pas seulement pour jeter un petit coup de projecteur sur un album confidenteil, mais celui-ci montre de façon claire comment rater un album en surfant sur une vague déjà fort chargée en aspirants.

La vague dont on parle est assez large, et comprend une bonne partie des bidouilleurs de sons, en tous cas tous ceux qui passent autant de temps à ciseler l’aspect que l’écriture. On entend donc les chœurs éthérés, un peu tribaux, des morceaux plus classiques rendus plus originaux par des apports ensoleillés (Big Waving Hands), mais, de Woods à Le Loup, on a déjà entendu ça en jamais moins bien. Les morceaux ne sont même pas mauvais (Hej) mais la comparaison n’est jamais vraiment flatteuse.

Parfois le traitement ensevelit carrément le morceau. Go With The Wild est ainsi annihilé par les couches de son et le traitement global, flou et indistinct. On pensait bien qu’on se lasserait de cet effet de musique enregistrée sur bande puis passée au lave-linge (Melody Mainline). Voilà, c’est fait. L’infanticide semble exister aussi en matière musicale puisqu’on noie Strangers sans vergogne.

Après avoir parlé d’Animal Collective comme ingrédient, je me pose une question plus pragmatique : ça n’existerait pas simplement en plug-in ? Ou alors Bradford Cox n’aurait-il pas programmé un loop pour produire un Resonnance ou Drifter ? Ca serait pratique, il suffirait de donner une longueur exagérée pour que l’ambiance tente de s’installer. Disons, 13’37’’.

Je n’irai pas jusqu’à dire que la morale est sauve, mais si cet album m’a occasionnellement irrité, il a en tout cas confirmé si besoin en était que la musique n’est pas (qu’)une question de recettes. Il n’y a aucune prétention sur cet album de toute façon très confidentiel, mais même et surtout pour les musiques plus aventureuses, l’essai est loin d’être chaque fois transformé.

www.myspace.com/sunnybrookmusic

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)