Accueil > Musique > 2011 > Loney, Dear - Hall Music

Loney, Dear - Hall Music

samedi 5 novembre 2011, par Marc

Distant


Il faut parfois se rendre à l’évidence, à un moment donné, il faut arrêter de chercher ce qu’on ne pourra pas trouver. L’album précédent de Loney, Dear était un de mes préférés de 2009, tout simplement et (il ne faut pas le cacher plus longtemps) cet album constitue une petite déception. L’exercice du jour consistera à chercher pourquoi un artiste qui m’a procuré de tellement bons moments ne me touche presque plus.

Pourtant, presque tout est là, en place, paré pour l’embrasement. Mais on se sent comme devant un appétissant assortiment d’apéritifs qu’il faudra manger seul parce que l’invité ne se montre pas. Lors de mon premier contact avec Dear John, plusieurs titres m’avaient explosé à la face tout de suite, dont les deux excellents up-tempos qui servaient d’amorce, plus le feu d’artifice irrésistible de Distant. Ici, la quantité écoutent n’ont pas permis de fixer un seul titre. Les mélodies sont moins présentes, au bénéfice supposé d’une ambiance.

My Hear
t pourrait aussi monter, mais on ne le sent pas. Il est impossible d’exclure que ce soit ma perception qui soit biaisée, mais ce morceau laisse un peu sur sa faim quand on veut le considérer comme le point d’orgue de ce Hall Music. Calm Down s’éteint également lentement dans un chorus de cloches au lieu d’exploser. On constate d’ailleurs que plusieurs morceaux se prennent les pieds dans le tapis de fins dont on ne perçoit pas la trame. Alors que les morceaux plus lents apparaissaient comme des respirations, un Maria, Is That You semble enfoncer le clou de l’apathie.

On n’était pas non plus bloqués à la base, mais rien à faire, si c’est toujours joli, l’émotion ne jaillit plus. Alors que la mélancolie et un certain entrain se mariaient facilement pour créer un mélange occasionnellement euphorique, le climat plus uniformément languide ne permet plus les coups d’éclat. Cette tendance, on l’avait déjà perçue il y a quelques années chez sa compatriote Sarah Assbring (El Perro Del Mar). Il semble plus loin de sa musique. Largo serait ainsi un morceau poignant joué à distance.

Après deux albums impeccables, ce n’est pas de lui qu’on aurait attendu une baisse de régime. Loney Dear a produit avec ce Hall Music un album délicat, précieux, mais qui ne présente que peu de point d’accroche, d’éléments qui pourraient permettre de nous donner des raisons de chercher encore. On guettera donc directement le quatrième album, sachant qu’un talent pareil ne nous laissera pas longtemps en rade.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

6 Messages

  • Loney, Dear - Hall Music 5 novembre 2011 19:44, par Mmarsupilami

    C’est l’usure du temps...
    Un moment, faut évoluer un peu !
     :-D

    repondre message

    • Loney, Dear - Hall Music 6 novembre 2011 12:21, par Marc

      Ce n’est pas tant le manque d’évolution que le manque d’émotion suscitée qui me gêne...

      repondre message

      • Loney, Dear - Hall Music 6 novembre 2011 15:14, par Mmarsupilami

        Et je crois que l’un et l’autre se tiennent. Même chose en gastronomie : pour un plat fin, la première fois, c’est la découverte et une explosion d’émotion. A la troisième fois, le plat est identique, mais l’émotion ne surprend plus les papilles...

        Oh, la belle métaphore !

         :-D

        repondre message

  • Loney, Dear - Hall Music 7 novembre 2011 10:13, par Erwan

    Le genre de disque qui me demande pas mal de temps avant de me faire un avis définitif, mais quoi qu’il en soit je te trouve un peu dur. Par contre Hall Music est déjà son sixième album, oui comme le temps passe vite ^^

    repondre message

    • Loney, Dear - Hall Music 7 novembre 2011 13:26, par Marc

      J’ai justement voulu éviter de réaction déçue à chaud, et je suis revenu souvent sur cet album, mais rien à faire, je n’ai pas été emporté comme avant par ce sixième (c’est dingue...) album. Suite au prochain épisode donc.

      repondre message

  • Loney, Dear - Hall Music 7 novembre 2011 13:35, par Laurent

    Moi je suis Marc sur le coup. J’ai réécouté tous les Loney Dear et il manque tout bonnement un truc à celui-ci... Pas sûr que la déception vienne de l’absence de renouvellement. Il y a vraiment une étincelle en moins.

    repondre message

  • Nadine Khouri - Another Life

    Quand on retient un nom des années et des centaines de critiques plus tard, c’est plutôt bon signe, non ? C’est ce qui s’est passé avec Nadine Khouri dont l’écho de The Salted Air résonne encore à l’heure de découvrir cet Another Life. Ce n’est pas qu’il était flashy pourtant, ou que le style soit si singulier. Mais les morceaux font leur chemin tout seuls. Il y a des artistes qui font ça mieux, c’est comme ça. On retrouve logiquement ces qualités ici. Et d’emblée, avec un Another Life presque arrêté. On (...)

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Josefin Runsteen - HANA Three bodies (Original Soundtrack)

    Même si on n’est pas exactement un service public, un peu de gai savoir s’impose parfois. Le Butoh est une danse de performance minimaliste créée au Japon en 1959. La danseuse suédoise Frauke a donc demandé à sa compatriote Josefin Runsteen de créer une bande-son pour une performance et c’est ce qui constitue l’objet musical du jour.
    La lisière entre les musiques électronique et classique est fréquentée et c’est dans ce (large) registre qu’on trouve ce HANA. De la musique de danse, donc, mais pas de (...)

  • Annika and the Forest - Même la Nuit

    On l’avoue, un talent féminin éclectique et un peu électronique, c’est quelque chose qui nous plait. On peut penser à Bat For Lashes, Harrys Gym, Jeanne Added, Odd Beholder ou autres et on ajoutera donc la Suédoise Annika Grill et son troisième album.
    On est d’emblée mis à l’aise par un petit air de Metric dans leurs moments les plus gorgés de beats et de guitares combinées (Thinking Crazy). On apprécie qu’Empty Space soit empli de cette énergie. Mais ce n’est pas la seule pour un album qui évolue au (...)

  • Frida Hyvönen - Dream of Independance

    Ce n’est pas parce qu’une artiste nous a marqués fortement qu’elle ne peut pas échapper momentanément à notre radar. Ils faut dire que si certaines de ses productions plus récentes que son album d’il y a 9 ans ne se sont pas signalées, c’est aussi parce qu’elles étaient chantées en Suédois. Et puis la toute dernière fois qu’on l’avait aperçue, c’était aux côtés de First Aid Kit pour une soirée hommage à Leonard Cohen qui fait actuellement l’objet d’une sortie en ce moment.
    Une chanson de Frida Hyvönen, c’est (...)

  • First Aid Kit - Ruins

    Elles en ont fait du chemin, les Suédoises de First Aid Kit. Il y a un peu plus de 8 ans, on les découvrait dans une petite Rotonde en ouverture de Megafaun et Port O’Brien et maintenant elles jouent à guichets fermés après une expatriation réussie aux Etats-Unis. La recette marche donc et les sœurs Klara et Johanna Söderberg n’ont visiblement pas l’intention de la changer. Deux voix à l’unisson, des morceaux au classicisme indéniable mais parfois habités d’une fraîcheur plaisante.
    Ce quatrième album (...)