Accueil > Critiques > 2011

Fionn Regan - 100 Acres Of Sycamore

vendredi 16 septembre 2011, par marc

Lagarde et Michard


Il est évidemment bien trop tôt pour tirer des conclusions annuelles, mais c’est dans le rayon étendu du folk luxuriant et personnel que beaucoup de satisfactions me sont venues ces derniers mois. On pourra citer Einar Stray, Loch Lomond ou Tree Ring (et Other Lives pour montrer que je suis) dans cette caste. Dans le genre, le troisième album de l’Irlandais est d’un classicisme plus poussé, presque absolu. Comme paré pour le Lagarde et Michard.

De fantaisie il ne sera donc pas question, mais à vrai dire on s’en moque. Parce que la plage titulaire qui ouvre l’album ne permet pas le doute. Simple et poignant, relevé de violons qui mènent la danse, qui s’enroulent autour de la belle voix, forts de leur limpidité, c’est rien moins qu’un des morceaux forts de cette année. On convoque pour l’occasion la tendance plus fouillée de l’insurpassable Nick Drake. A ce niveau, il n’y a pas d’alternative, il faut être impeccable. Et dans le genre, l’Irlandais l’est indéniablement. La maitre anglais peut aussi servir de point de repère quand l’aspect plus acoustique est évoqué (Sow Mare Bitch Vixen).

Pour le lecteur (c’est vous) comme pour le scribouillard (c’est moi), il est ennuyeux de constater qu’il est difficile de commenter l’excellence. Parce que les morceaux sont beaux tout simplement (The Horses Are Asleep). Dogwood Blossom montre ainsi cette relation particulière que la musique peut établir d’âme d’artiste à âme d’auditeur.

Enlevez tout sauf la guitare et la voix, et il se débrouille comme un grand (North Star Lover, Dogwood Blossom). Mais il peut mettre un peu d’élégie et ça fonctionne aussi très bien (Vodka Sorrow). Ce grand écart a déjà été tenté et réussi par un Andrew Bird dont il a la grâce et l’élégance (The Lake District) sans vouloir en répliquer la flamboyance.

Golden Light pratique un exercice bien connu : faire le Radiohead. Dans le genre, on peut retrouver la simplicité désolée d’un Finn ou Perfume Genius. On n’a pas eu des masses d’Irlandais dans ces colonnes, et dans un genre plus polémique (oh ! si peu…), je dirais aussi que cet album a la grâce et la simplicité qui ont fait défaut à Villagers. On sent qu’un rien de sucre pourrait déstabiliser l’impeccable For A Nightingale mais il n’en est rien. On avait eu la sensation d’une éclosion de talent à confirmer avec Johnny Flynn l’an passé, on a carrément un album hors d’âge avec Fionn Regan. Voilà un album qui prend un aller simple sans retour pour le classement de fin d’année. Ce sera la seule concession faite à son intemporalité.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Fionn Regan - 100 Acres Of Sycamore 16 septembre 2011 20:37, par Laurent

    Oh, wow... qu’est-ce que ça donne envie dis donc ! J’avais été si peu touché par le précédent que je m’apprêtais à passer bêtement à côté de celui-ci. Je répare l’erreur incessamment !

    repondre message

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)