Accueil > Musique > 2011 > Apparat - The Devil’s Walk

Apparat - The Devil’s Walk

samedi 24 septembre 2011, par Marc

Vorsprung durch Technik


« L’avantage par la technique » était le slogan d’une marque automobile teutonne, et une expression qui a été souvent reprise pour l’industrie allemande en générale. Le Berlinois Sasha Ring qui est derrière Apparat pourrait revendiquer ce credo tant sa maitrise est manifeste. Bien malin qui pourra le cerner d’ailleurs puisqu’il nous a été donné de le suivre avec Ellen Allien le temps de l’excellent Orchestra Of Bubbles, tout seul au Beursschouwburg pour une prestation mémorable, en collaboration avec Modeselector pour l’expérience mitigée de Moderat qui a affadi quelques tueries promises et en concert avec un ‘vrai’ groupe aux Ardentes.

Depuis Walls, celui qui dit s’ « intéresser plus au design de sons qu’aux beats » n’avait pourtant pas livré d’album solo. On le retrouve donc avec plaisir, parce que suivre un artiste dans son cheminement est toujours intéressant.

La question qui m’a taraudé au fil des écoutes était la pertinence d’ajouter des voix. Parce que le chant est souvent simple, un peu de tête et effacé alors que la musique est complexe et riche. Une voix est naturellement un point d’accroche pour l’auditeur, qu’on le veuille ou non, et on en vient à penser que c’est une distraction ici, tant la maitrise (on y revient) est patente.

Qu’on ne se méprenne pas, la voix est en place et repose sur de vraies mélodies, n’est pas un instrument comme les autres comme c’est parfois le cas chez certains groupes de post-rock. Mais elle n’a pas le charisme intrinsèque de grands interprètes, alors que sa musique reste aussi mystérieuse, riche, foisonnante. Song of Los se cantonne à un registre rêveur alors que l’état d’esprit pourrait être plus sombre et profond.

La démonstration en est donnée quand une invitée chère à nos cœurs apporte sa touche. Anja Plaschg (Soap & Skin) reste envoutante et peut donner des frissons en une demi-phrase, même sur un mode discret et moins viscéral que ses productions. Inviter des chanteurs ou chanteuses de cet acabit-là est définitivement une piste à creuser pour le futur parce que Goodbye est une réussite.

Sur cet album, on n’est d’ailleurs pas à l’abri d’un morceau qui saute à la tronche. Ca peut venir d’un morceau en suspension (Candil De La Calle) intelligemment prolongés du sens mélodique et de la mélancolie de The Soft Voices Die et ses violons synthétiques. Ou alors quand l’intensité monte d’un cran sur Ash black Veil. On peut penser à certains Radiohead récents mais je trouve ceci plus profond et chaleureux. Ce morceau prouve d’ailleurs l’étendue de la différence avec le simplisme d’un Archive auquel on songe parfois pour une comparaison forcément moins flatteuse

La musique d’Apparat ne perd rien de sa magie, de sa fascination. Mais son obstination à vouloir être chanteur rend moins flagrante cette excellence. La voix est un point de fixation de l’attention qui peut détourner de la subtilité du contexte. Il aurait sans doute beaucoup à gagner à jouer sur ses indéniables forces.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membre de C’Mon Tigre dont on vous a parlé récemment) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. (...)

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)