Accueil du site > Musique > 2011 > dEUS - Keep You Close

dEUS - Keep You Close

lundi 19 septembre 2011, par Laurent

Rapprochement


dEUS, c’est sans doute le groupe par lequel tout a commencé. Plus qu’une formation musicale, c’était l’étoile la plus brillante d’une véritable constellation, le centre d’un système accueillant dans son orbite maintes autres planètes anversoises sur le point de donner au rock belge ses lettres de vortex. Que ne donnerait-on pour revivre, au cœur des passions adolescentes, la première écoute de Suds & Soda ou Theme from Turnpike ? Le problème, avec ces atomes chargés d’électrons libres, c’est que les aléas d’une vie d’auberge à la Grande-Ourse nous ont progressivement privés d’une conjonction de talents hors normes. On redisait encore récemment le choix de Stef Kamil Carlens, parti avec sa poésie déglinguée et sa voix de coucou carnassier. Exit aussi, Rudy Trouvé et sa folie macabre. Mais sur “The Ideal Crash”, troisième album carré et irréprochable, il y avait Craig Ward et Danny Mommens pour donner le change et maintenir la tension.

Puis le tournant : Tom Barman s’est mis en tête de réaliser un film. Pour dEUS, six longues années de silence radio se sont écoulées ; de part et d’autre, le groupe aura connu deux vies. La seconde dure depuis 2005 et a vu la paire Barman-Janzoons s’entourer d’une section rythmique musclée mais décidément moins cérébrale... et plus sage. Le recrutement de Mauro Pawlowski, ex-chien fou des Evil Superstars, offrait une perspective rassurante. On l’a pourtant vu se tenir à carreaux dans les concerts, presque muselé. Sur “Keep You Close”, on l’entend régulièrement pousser quelques hurlements, mais jamais cracher à la face de la mélodie.

Qu’à cela ne tienne : disque cadré, poli, “Keep You Close” n’en est pas moins le plus réussi de ce dEUS d’après. Certes, le temps du génie buissonnier est bien loin, les surprises n’ont plus voix au chapitre depuis belle lurette, mais on retrouve enfin un peu de la solidité de “The Ideal Crash”, qui avait tant déçu à sa sortie avant de révéler toute sa force. Les chansons de “Keep You Close” offrent une palette chromatique désespérément limitée, néanmoins leur homogénéité garantit une constance qualitative au niveau forcément remarquable. Pour un album de dEUS, ça pourrait être une déception de plus ; pour un album de rock, belge qui plus est, c’est du travail de cadors.

Au casque, la musique de dEUS reste un impressionnant clafoutis sonore, au sens harmonique jamais pris en défaut. La plage titulaire introduit l’album en glissant sur des motifs familiers, ceux d’un Nohing Really Ends revisité upper tempo mais avec les mêmes ingrédients : cordes, chœurs et vibraphone. L’addictif Ghosts fait subir le même lifting au schéma bien connu d’Instant Street ou Little Arithmetics : de la ritournelle limpide au finale endiablé de plus en plus rageur. On a beau connaître ça par cœur, on se reprend jusqu’à plus soif cette dose de fougue maligne, si possible en poussant le volume à fond parce que le rock, c’est bien connu, emmerde joyeusement les tympans.

Et l’énergie ne manque pas ici : Dark Sets In ressemble à s’y méprendre au morceau rentre-dedans mais complexe que dEUS n’a plus su parachever depuis Put Your Freaks Up Front, avec un pont aux allures de pont-levis et une montée en puissance qui fait transpirer l’oreille. Ailleurs, la force est canalisée. The Final Blast est une ballade en eaux troubles servie par des ululements étranges ; quant à la glaçante Twice, elle alterne couplets soyeux et refrains déchirants. À côté de ces coups de maître(s), Second Nature pécherait presque par absence de gimmick. Car dès que dEUS a retrouvé un peu de son mojo tordu, le moindre excès de banalité – y compris sur un titre au demeurant parfait – se vit comme un manquement à mille promesses. C’est le thème central de “Keep You Close”, album qui tisse d’innombrables fils entre le voulu et le pu, entre le fantasmé et le reçu. Le disque du compromis.

S’il y a un titre faible parmi les neuf du lot, ce pourrait bien être le single, Constant Now ; encore qu’au fur et à mesure des écoutes on lui découvre un arrière-goût de bizarrerie de plus en plus appréciable malgré – ou grâce à – ses cuivres façon funk new-yorkais circa 1987. Les morceaux lents aussi sont d’une classe impérieuse, du talk-over brumeux sur The End of Romance aux envolées orchestrales d’Easy, chanson de clôture incroyable de majesté bancale, de désolation grandiose.

Ce qu’il y a de formidable avec cet album, c’est donc qu’on ne l’espérait plus. Si c’est le disque du compromis, c’est aussi parce qu’il réconcilie enfin les deux vies de dEUS, synthétise bien mieux que le boursouflé “Vantage Point” leurs aspirations de rockeurs king size et leur penchant pour la marge. Bref, “Keep You Close” nous rapproche de dEUS en faisant brillamment le point sur dix-huit années d’intelligence musicale. Et ça, d’un groupe vénéré à ce stade de son parcours et du nôtre, c’est précisément tout ce qu’on attendait.

Article écrit par Laurent

Share on Facebook

Répondre à cet article

5 Messages de forum

  • dEUS - Keep You Close 19 septembre 2011 14:36

    Tout bon article rien à ajouter...

    Répondre à ce message

  • dEUS - Keep You Close 20 septembre 2011 12:11, par bousval

    Même si je te rejoins sur pas mal de points concernant certains morceaux (Dark Sets In, Ghosts, Twice, Easy), mes impressions sont nettement moins enthousiastes.
    Pour moi cet album prêche solidement par son manque d’idées neuves et par ses fautes de goût parfois trop gênantes que pour faire semblant de ne pas les entendre. Ma chronique : : http://www.goldsoundz.be/albums/deu...

    Ne boude pas ton plaisir pour autant !

    Voir en ligne : http://www.goldsoundz.be/

    Répondre à ce message

  • dEUS - Keep You Close 24 octobre 2011 00:33

    super papier !
    mais je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi en ce qui concerne le manque d’envergure de keep you close ; ce disque est très abouti en ce qui concerne la palette de couleurs et de sons ; certes DEUS ne surprend plus forcement mais le peuvent ils encore tant ce groupe confine au genie depuis plusieurs decennies ; ne doit on pas etre heureux juste d’avoir une nouvelle livrée de ce niveau ?
    par contre tout à fait d’accord sur une chose qui revient dans ton article : la necessité d’ecouter et de reecouter pour saisir tout ce que tom et ses acolytres nous offrent. deus ce n’est pas de la musique faineante. il faut savoir se l’offrir. et puis pour dark sets in reecoute sun ra sur pocket revolution (album totalement sous estimé, certes inegal mais contenant 4/5 morceaux d’envergure). m

    Répondre à ce message

  • dEUS - Keep You Close 2 avril 2013 13:32

    OK. Bonne analyse de cet album. Mais en ce qui concerne Vantage Point, je ne suis pas d’accord avec Laurent. Pour Moi Vantage Point est une perle par sa justesse et son atmosphère sophistiquée et très agréable. C’est mon album préféré de dEUS.

    Répondre à ce message

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0