Accueil > Musique > 2011 > Miossec - Chansons Ordinaires

Miossec - Chansons Ordinaires

vendredi 30 septembre 2011, par Marc

Miossec ordinaire


Rarement il n’a été aussi difficile d’être objectif qu’avec Miossec. Critiquer un de ses albums, mettre un quota d’étoiles, c’est aussi incongru que remplir une fiche d’évaluation d’un parent. Mais on va jouer le jeu, le but étant de donner l’envie (ou pas) d’écouter le huitième album de l’ami Breton.

Si vous voulez jouer au jeu des sept erreurs avant de vous procurer ces "Chansons Ordinaires", on peut dire sans risque de trop se tromper que le ton est plus électrique, mais comme souvent chez lui, la musique passe derrière les paroles mises en avant. Tradition française oblige. Cet habillage lui va en tout cas bien au teint frais puisqu’un peu de rentre-dedans est bienvenu et ce ton plus enlevé cadre bien avec ses nouvelles aspirations, ce qu’on retrouve au détour d’un Chanson d’Insomniaque ou de la prenante Chanson Dramatique. Seule la Chanson Qui Laisse Des Traces relâche un peu la pression.

Après certains arrangements brillants du précédent "Finistériens" (dus à Yann Tiersen), on ne peut pas chercher d’émotion musicale pure, mais ces guitares empêchent l’impression d’écouter de la variété. Comme souvent, on se dit aussi qu’une personnalité pareille pourrait supporter une musique plus brute ou plus aventureuse. Mais nous sommes d’accord, ce n’est pas ce qu’on vient chercher ici, et quelques titres tirent franchement leur épingle du jeu, ce qui a toujours été le cas avec lui. Chanson d’un Fait Divers est de celles-là, où le faits divers n’est jamais précisé, et c’est cette longue mise en place qui fait le sel du morceau.

Il y a toujours des saillies assez drôles, il n’y a que lui pour commencer une chanson l’air de rien par « J’aimerais tant te voir morte/Comme dans les chansons d’autrefois » dont un des refrains est « C’était mieux avant/Tout était plus décadent » ou ponctuer l’assez cyniquement objective Chanson Sympathique d’aphorismes du « Ce n’est pas parce que tu ressembles à rien que ça fait de toi quelqu’un de bien. », parmi une collection d’autres qu’il serait fastidieux de monter en épingle.

Il y a seize ans déjà (eh oui), ses chansons suintaient le vécu. Il n’est donc pas étonnant qu’elles soient encore plus pétries d’expérience. Paradoxalement, elles semblent moins désabusées. A l’instar d’un Jean-Louis Murat (dont le "Grand Lièvre" vient de nous être livré) ou d’autres, son univers est une suite de conventions (ou ses tics comme ses phrases saturées de mots) au sein desquelles il peut développer de nouvelles histoires qu’on sait apprécier par avance. Tout comme il n’est pas obligatoire de penser que les vampires existent en vrai pour apprécier la fiction qui se sert de ces poncifs pour créer des fictions, il ne faut pas prendre pour argent comptant toutes ses marottes. Et avec la même base qu’on a la fausse impression de cerner, on écoute son huitième album comme on a écouté les sept autres, avec une facilité déconcertante. On a parfois du mal à croire qu’on entend ces chansons pour la première fois.

On ne remerciera jamais assez Christophe Miossec. Si l’homme semble apaisé et sobre, ses chansons qu’il dit ordinaires le sont finalement en son chef et c’est ça qui nous plait, cette propension à transcender le quotidien jamais démentie, une verve qu’on aime retrouver de temps en temps.

http://www.christophemiossec.com/2011/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Miossec - Chansons Ordinaires 30 septembre 2011 20:58, par Laurent

    Je suis ravi que tu aies si généreusement salué la sortie d’un album que j’apprécie tout autant ! Miossec ne déçoit décidément (presque) jamais sur album (et presque toujours sur scène ^^).

    repondre message

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)